Octobre 18, 2021
Par Lundi matin
392 visites


N’ayant peur ni de la concurrence, ni de dire trop de mal de la maréchaussée, voici la dernière émission de nos confrères de Mayday, elle aussi dédiée aux enjeux actuels de sécurité publique.

La promesse de lutter contre la criminalité et de servir toute la population sans distinction est un mythe. Alors on réforme la police ? Non, car le logiciel de la police est et restera le maintien d’un ordre injuste. Réformer la police ne sert qu’à briser les contestations et à renforcer les outils de la répression. Comment transformer cette situation où la police empêche toujours de créer un monde plus désirable ? En commençant par abolir la police, la démanteler bout à bout et se donner les moyens de répondre aux problèmes de façon autonome.

L’abolition de la police, c’est justement le mot d’ordre qui s’est diffusé comme une trainée de poudre dans une partie des cortèges du mouvement black lives matter en 2020. On revient cette semaine dessus avec le collectif Matsuda et on tend aussi notre micro à un psychologue clinicien qui mène une recherche sur les traumatismes liés aux violences policières.

— Le maintien de l’ordre racial (d’après « L’art français de la guerre Â» d’Alexis Jenni, adapté par Sissi)

— Ã‰cho des États-Unis (entretien avec le collectif Matsuda, enregistré par Mouche et réalisé par le Frigo)

— Clinique des violences policières (entretien de Thomas Cuvelier, par Sissi)

— J’appelle la police (sketchs de Mouche et Le Frigo)

— La manifestation (d’après « L’art français de la guerre Â» d’Alexis Jenni, adapté par Sissi)

— La battue (sketch du Frigo et Luigi, d’après un fait divers)

Musiques :

— Bastard – Travel gum

— Daniel Lupi et Danger Mouse

— Beak – Birthday suite




Source: Lundi.am