Novembre 12, 2020
Par Indymedia Nantes
280 visites


Autoc_non_au_snu_44-medium
sticker antisnu44

Dscn4921_bis-medium
déco antimilitaro chantenay

En ce 11 novembre, maudissons l’embrigadement !

Le SNU, service national universel, qui entend embrigader la jeunesse dĂšs l’Ăąge de seize ans, s’il s’instaure Ă  grande Ă©chelle, deviendrait obligatoire pour toutes et tous afin de passer les examens et permis. Ce SNU n’est pas enterrĂ©. Une version pour quelque 80 ados a Ă©tĂ© la seul Ă©pisode de la phase test, saison 2, mis en place dĂ©but octobre dernier en Kanakie, exempte de void u presque. La sous ministre de la jeunesse et de l’engagement, l’ex dĂ©putĂ©e de Loire Atlantique Modem Sarah El HaĂŻry s’est fĂ©licitĂ© de cette continuitĂ© a minim du projet destinĂ© Ă  enroler quelques 800 000 jeunes scolaires et apprenti·es, d’ici on ne sait plus quand maintenant.

Pour rĂ©affirmer notre antimilitarisme et le refus de l’embrigadement de la jeunesse, le collectif 44 contre le SNU fait ce clin d’Ɠil Ă  la statue « L’Epave », rĂ©alisĂ©e en 1926 par Paul Auban. Dans le parc Marcel Schwob au-dessus de la carriĂšre Misery, cette Bretonne maudissant la mer (qui lui a ravi son fils) a une copie presque conforme, « Picarde maudissant la guerre », rĂ©alisĂ©e par le mĂȘme sculpteur et Ă©rigĂ©e Ă  Peronne dans la Somme.
Rappelons que les femmes ont joué un rÎle important dans le refus de la boucherie de 14-18.
Entre un camp scout et une cĂ©rĂ©monie au garde Ă  vous, Sarah El HaĂŻry, -ex dĂ©putĂ© du 44- devenue sous ministre Ă  la jeunesse et Ă  l’engagement, considĂšre toujours ce SNU forcĂ©, en uniforme, encadrĂ© par des officiers, comme une parade aux maux de l’Ă©poque.
Il paraĂźt inconcevable de confier Ă  des militaires le modelage des esprits et l’information des adolescents, en les contraignant Ă  un sĂ©jour militarisĂ© parsemĂ© d’un peu de vert, d’« Ă©ducation civique », et de nationalisme, associĂ© Ă  une session de travail gratuit sans protection sociale.
Outre son coĂ»t faramineux, alors que c’est l’Éducation qu’il faut davantage financer, ce « dispositif » prĂ©tend utiliser la coercition pour servir l’engagement de la jeunesse.
Sans avoir besoin du SNU, la jeunesse s’engage, pour l’Ă©cologie, les droits, l’antiracisme… Elle se fait d’ailleurs souvent gazer et brutaliser. DĂ©cidemment : le SNU, c’est toujours non !

Contact en Loire-Atlantique : [email protected]
Facebook : <a href="http://www.facebook.com/collectif44contresnu.

www.facebook.com/collectif44contresnu.>




Source: Nantes.indymedia.org