Malgré une reprise de la circulation du Covid-19, avec plusieurs journées dépassant les 3000 nouveaux cas avérés, les organisations patronales n’ont eu de cesse ces derniers jours de réclamer l’absence de mesures générales. À la place, elles préconisaient « le bon sens » et un dialogue social entreprise par entreprise. Et ce, bien que près d’un quart des clusters découverts en cette période de vacances l’ont été en entreprise, et que le Haut conseil de santé publique désigne l’ensemble des lieux clos comme un facteur de risque épidémique.

Ce coup-ci le patronat n’a, semble-t-il, pas été suivi par le gouvernement qui a annoncé, par la voix de la ministre du Travail ce mardi 18 août, le port obligatoire du masque en entreprise d’ici la fin du mois d’août : « dans tous les espaces clos et partagés ». Seule exception : les personnes travaillant seules dans un lieu clos. Reste à connaître la forme juridique que cette obligation prendra. Pendant le confinement, le ministère du Travail avait édité 48 fiches de recommandation par métiers. À compter du 11 mai, un protocole était venu compléter ce dispositif. Mais dans les deux cas, ces « normes » ne caractérisaient pas d’infractions. Elles n’étaient finalement pas réellement contraignantes en en droit.


Article publié le 18 Août 2020 sur Rapportsdeforce.fr