Jeudi, l’hebdomadaire « Marianne » et le journal de France 2 avaient révélé que deux candidates présentes sur des listes de Martine Vassal proposaient des « procurations simplifiées » sans respecter les procédures.

Interrogée vendredi, Martine Vassal a fustigé « des Parisiens (qui) essayent de créer une polémique qui n’existe pas ici ». Mais dans un communiqué, la candidate a assuré que « si ces faits (étaient) avérés, ils (étaient) inacceptables ».

Ce samedi 13 juin au matin, elle s’est effectivement pris une perquisition pour soupçons de manipulations electorales :

Une enquête préliminaire a été ouverte, a annoncé la procureure Dominique Laurens, samedi 13 juin. Dans le cadre de ces investigations, une perquisition a eu lieu samedi matin au local de campagne de Martine Vassal, a-t-on appris de source proche du dossier.

L’enquête préliminaire, confiée à la police judiciaire, a été ouverte vendredi soir pour tenter de caractériser de possibles « manoeuvres frauduleuses » en vue d’établir ces procurations d’électeurs ainsi que pour « faux et usage de faux », a déclaré Dominique Laurens.

https://www.nouvelobs.com/politique/20200613.OBS30022/municipales-a-marseille-perquisition-au-local-de-martine-vassal.html

En effet, son équipe aurait produit quasiment 5000 fausses procurations.

Yves Morraine, maire LR des 6e et 8e, a d’ailleurs avoué avoir envoyé des mails à des électeurs pour leur proposer de les aider dans la rédaction de leurs procurations.

Des images tournées en caméra cachée dans la permanence de la candidate montrent une collaboratrice faisant signer à une électrice marseillaise ce qu’elle appelle « une procuration simplifiée ». Un document, qui, assure-t-elle, évite de se déplacer au commissariat et de passer devant un officier de police judiciaire. Dans Marianne, c’est une élue LR du 6e secteur qui propose, dans des conversations enregistrées par une autre électrice avec qui Le Monde a également été en contact, le même type de « procuration simplifiée ». Cette fois, la signature du mandant n’est même pas demandée. « Le commissariat nous poinçonne toutes les procurations qu’on leur amène », explique l’élue.

Dans une autre version, on peut même tout faire par correspondance.

Sur la base de SMS reçus par des habitants de deux secteurs, les journalistes ont pu établir que les électeurs s’étaient vus proposer des procurations. “Sans vous déplacer, juste par téléphone”, indique le texto envoyé par une colistière de LR dans le secteur de Martine Vassal.

https://www.huffingtonpost.fr/entry/municipales-a-marseille-le-qg-de-martine-vassal_fr_5ee4a7eec5b65b3a48cb536d

Bon pas grave, Martine, les perquisitions elle connaît, la dernière c’était en 2015

Le bureau et le domicile de Martine Vassal, la présidente Les Républicains du Conseil départemental des Bouches-du-Rhône, ont été perquisitionnés dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte pour « favoritisme, prise illégale d’intérêt, complicité et recel de délits », révèle vendredi France 3 Provence.

Les perquisitions remontent au 10 novembre dernier. Le procureur du Parquet national financier et des policiers, se sont d’abord présentés au siège du Conseil départemental. Martine Vassal était absente. Ils se sont ensuite rendus au domicile de l’élue Les Républicains.

L’enquête préliminaire, elle, a été ouverte le 12 janvier dernier. Elle vise une attribution de marchés de distribution de l’eau et de l’assainissement à la Société des Eaux de Marseille filiale de Veolia en octobre 2013. Un avis de la Chambre régionale des comptes de Provence-Alpes-Côte-d’Azur indiquait que « l’intéressée a donc eu une influence active sur l’adoption par le conseil de communauté des délibérations précitées ».

Alors Martine, en galère, essaye de détourner l’attention en accusant l’ultragauche de vouloir brûler Marseille, prétendant que si elle était élue, des émeutes comme celle de ce week-end à la fin de la manifestation contre les violences policières, n’arriveraient plus.

Martine qui se faisait perquisitionner le matin même s’est vite ruée sur les décombres de quelques poubelles et barrières à côté du cours Julien samedi soir, juste après que les flics y aient tabassé les manifestant.e.s qui refusent de se laisser museler. Bref Martine, en bonne charognarde est venue y exprimer son soutien aux flics qui la perquisitionnaient le matin même, pour tenter de faire vite oublier cet incident de parcours et tirer à boulets rouges sur tout ce qui est à gauche d’elle (c’est à dire presque tout le monde).

Mais les gens ne semblent pas vraiment dupes de la fourberie politique de Martine.



Si il y a des émeutes sous le règne LR finissant de Gaudin ce n’est pas pour rien. Rien que dans la dernière année c’est leur parti qui est responsable des effondrements de la rue d’Aubagne et de la gestion catastrophique de la crise qui a suivi, son parti qui glorifie le travail de la police quand elle tabasse et tue dans les quartiers populaires, son parti qui organise le pillage de la ville par les industriels du tourisme et de la technologie, son parti qui déploie depuis des années la smart-city dont l’objectif de contrôle et de maintien dans son état d’asservissement de la population, est absolument clair aux yeux de tou.s.tes.



La stratégie de Martine Vassal se poursuit dans la droite ligne de la mystérieuse affiche collée par un ou l’autre camp de la droite pour descendre le Printemps Marseillais. Tous les ecrans de fumée sont bons pour nous faire oublier les magouilles et trafics. A l’approche du scrutin, tout le monde se tire dessus dans la politique institutionelle, le 28 juin arrive à grands pas et ça promet d’être drôle.


Article publié le 16 Juin 2020 sur Mars-infos.org