C’est le Collectif des habitants de la Maison Blanche qui publie sur Facebook les vidéos annonçant le meurtre de Mehdi, 18 ans, et dont nous retranscrivons les paroles ici.

« Il était à l’arrière de la voiture. De ce qu’on a compris, ils se sont fait poursuivre jusqu’à l’entrée de ce tunnel […] ils sont sortis en courant, lui il est resté dans la voiture. Dès qu’il a ouvert la porte, ils lui ont tiré dessus […] ils lui ont tiré dessus, ils l’ont laissé par terre. […] Ils l’ont mis au sol, ils l’ont menotté, lui ont mis des pieds dans la tête, au lieu d’appeler les pompiers. »

Selon un témoin, « ils lui ont tiré dessus sans avertissement », puis quand les témoins les interpellent et tentent de se rapprocher, la police les gaze pour les faire reculer.

Et un second témoignage des faits :

Une Clio avec quatre jeunes dedans dont Medhi, 18 ans, a été stoppée par un véhicule de police. Quand Medhi est sorti de la voiture, les FDO ont fait feu. Ils ont menotté Medhi en pensant qu’il allait « bien », lui ont mis des coups dans la tête avant de se rendre compte (après plusieurs alertes de témoins de la scène) que Medhi allait vraiment mal et d’appeler les pompiers… Ils ont ensuite fait usage de lacrymogènes sur les passants et les témoins (présence d’enfants également). La Provence parle de jeunes qui auraient fait feu en premier mais le témoin affirme le contraire.

« Ils sont où les médias ? Il faut que ça se sache » répète l’homme qui tient la caméra.

Mais le seul article paru pour le moment, sur notre bien-aimée-bien-sourcée La Provence (qui n’a apparemment pas été vue sur place avant la publication), brode sans aucune gêne sur le champ lexical du « braqueur-armé-de-cité » ; comme le font toujours les torchons lorsque la police tue.

Et pour répondre à ce mépris, cette indifférence face à une vie volée, il y a les mots si justes, à 1h30 du matin, du Collectif des habitants de la Maison Blanche :

Ce soir on nous parle d’un braqueur ? Nous ont vous parle d’un petit frère du quartier a qui la vie ne lui a pas fais de cadeau.

Non les témoins confirment qu’il a pas levé l’arme sur eux .

Ils confirment aussi que ils lui ont tiré dessus et qu’ils l’ont frappé au sol malgré les blessures avec des phrases du style « on t’a eu ».

Les témoins ont essayer de calmer le jeu et d’appeler les pompiers mais on les a fais reculer quand ils se sont rendu compte qu’il était en train de suffoquer.

Ce soir Mehdi n’est plus parmis nous.

Ce soir un policier a dit à sa mère devant nous tous « ton fils n’avais qu’à pas voler » c’est ce qui a provoquer la haine. »

Ce soir on a perdu un enfant , un jeune de 18 ans a peine…

Initialement publié sur Marseille Infos Autonome


Article publié le 16 Fév 2020 sur Brest.mediaslibres.org