Bite Back / lundi 3 août 2020

Plusieurs camps d’engraissement, ici de poulets dans la Marne, ont été tagués avec des messages faisant le lien entre l’esclavage animal et les épidémies de virus d’origine zoonotique, passées, présentes ou futures.


Alors que les clusters se multiplient en France, principalement dans des abattoirs, que les médias continuent à occulter le lien entre zoophagie et pandémie, les États ne prennent PAS les mesures nécessaires pour protéger la population, mais débloquent des milliards d’euros d’argent public pour sauver leur économie.
Nous avons le devoir de les forcer à faire ce lien et à agir en conséquence. Parce qu’au-delà des victimes humaines du Covid19, les victimes du spécisme se comptent par milliers de milliards chaque année.
Cette soif de sang est un non-sens total.

Plusieurs autres fermes seront nos cibles dans les jours qui suivent.
Nous exhortons les animalistes du monde entier à faire de même.
On ne remporte pas une guerre avec des fleurs comme seules armes.


Article publié le 09 Août 2020 sur Attaque.noblogs.org