Mars 24, 2021
Par La Bogue
428 visites


Printemps des Libertés #2

SAMEDI 27 MARSDIMANCHE 28 MARS / GUÉRET

Marches pour le climat et la liberté !

Climat, libertés, éducation, santé… De toute part, nos vies sont attaquées.

Il y a un an la déclaration de l’état d’urgence sanitaire et la mise en place du premier confinement nous prenait au dépourvu. Un virus inconnu menaçait notre sécurité et nous devions tous nous enfermer chez nous pour quelques semaines, ne plus nous voir, ne plus nous toucher, ne plus nous déplacer. La plupart des secteurs économiques étaient mis à l’arrêt excepté les « secteurs essentiels », et avec eux leurs travailleurs et travailleuses au chômage technique…

Il y a un an, nous acceptions toutes et tous de mettre nos vies entre parenthèse pour le bien de commun.

Il y a un an, on entendait évoquer « le monde d’après » avec espoir. Le confinement passé, nous aurions pris conscience de l’importance de prendre soin les uns et les unes des autres, comme de la planète…

Il y a un an nous avions rêvé que le virus pourrait avoir raison du capitalisme qui nous dévore toutes et tous.

Nous avions tort.

Un an plus tard, tout est reparti, et de plus belle. Il ne s’agit plus de sauver nos vies, mais de sauver l’économie. Le seul réel changement concerne nos libertés. L’état d’urgence se prolonge indéfiniment avec sa cohorte de restrictions, d’interdictions et de contradictions. Les masques hier inutiles sont aujourd’hui obligatoires. Nous n’avons plus de vie sociale en dehors de notre vie professionnelle. On nous enjoint à prendre toutes les précautions sanitaires possibles (port du masque, distanciation, interdiction de rassemblement…) quitte à sombrer dans la dépression et à laisser mourir nos grands-parents dans la solitude d’un EHPAD ou d’un hôpital transformé une sorte de « bunker » sanitaire ; alors que dans le même temps le gouvernement continue de fermer des lits et des services à hospitaliers. Le personnel soignant comme celui des grandes surfaces hier glorifié comme les héros et héroïnes de la Nation sont tombés dans l’oubli, une médaille et une vague augmentation pour les plus chanceux et chanceuses, la gloire seule en bandoulière pour les autres…

La crise sanitaire sert de prétexte à l’oppression. Les lois et décrets sécuritaires se multiplient et sont en train de tisser la toile d’un système ouvertement autoritaire :

La loi « Sécurité globale » va permettre l’utilisation généralisée de drones et de caméras de surveillance équipé(e)s pour la reconnaissance faciale, elle va étendre les pouvoirs de la police municipale tout en restreignant la liberté de la presse, et la liberté d’informer et d’être informé(e)s…

La loi « Confortant les principes républicains » s’attaque à la liberté d’association et à la possibilité de choisir l’éducation de ses enfants…

Les décrets de « Sécurité publique » publiés en décembre 2020 et en vigueur depuis, permettent de ficher les militants et militantes non plus seulement pour leur actes, mais aussi pour leurs opinions politiques, religieuses et philosophiques. Ils permettent le fichage de leurs enfants mineurs…

Malgré les multiples manifestations qui ont eu lieu depuis novembre dernier contre ces lois et décrets, le gouvernement n’a pas reculé. Il a ignoré la plupart des propositions citoyennes pour le climat. Il encourage le développement d’industries polluantes, les recouvrant parfois d’une aura de « développement durable », prétendant ainsi sauver l’économie, mais offrant en réalité nos territoires, et nos vies, en pâtures à des industriels sans scrupules avides de profits avant toute chose.

Alors que la population est fragilisée par cette crise sanitaire qui s’est inévitablement muée en crise économique, le gouvernement prétend faire des économies en réformant l’assurance chômage et en faisant perdre 1/3 de leurs revenus aux demandeurs d’emploi !

Quel est ce gouvernement qui piétine ainsi nos droits et libertés ? Il est temps de réagir, de nous unir. La Liberté est seule garante de notre sécurité.

Exorcisons le spectre de la peur. Ouvrons les yeux sur les manœuvres d’un gouvernement qui prétend nous protéger tout en réprimant toujours plus durement les mouvements de contestation ; tout en faisant des économies sur le dos des plus pauvres, tandis qu’il fait des cadeaux fiscaux de plusieurs milliards aux plus riches ; tout en nous culpabilisant pour les victimes du COVID alors qu’il continue de fermer des lits d’hôpitaux en pleine crise sanitaire !

Nous avons besoin de sécurité sociale plus que de sécurité globale.

Nous avons besoin d’un air respirable, d’une eau potable, d’une nourriture saine et de qualité pour nous et pour les générations à venir.

Nous avons besoin de lien social, de nous réunir, de retourner au cinéma, au théâtre, au bar, aux festivals… Il en va de notre santé mentale.

La convergence des luttes est indispensable !


SAMEDI 27 MARS

ASSEMBLEE DES LUTTES POUR LE CLIMAT ET LA LIBERTÉ !


11 heures – devant la mairie de Guéret

Amènes tes pancartes, tes slogans, tes idées pour construire ensemble les suites de la mobilisation. Un autre avenir est possible !

Le midi c’est cab’AR’eT !

Midi culturel – repas tiré du panier

Amènes de quoi becqueter et tes textes, tes chansons, tes instruments, tes casseroles, tes rêves et tes coups de gueule… pour participer au premier Cabaret des libertés – scène ouverte – attention scène minimaliste, intervention légèrement amplifiée ou acoustique !


DIMANCHE 28 MARS

MARCHE POUR LE CLIMAT / Vélorution :


départ 15 heures, place Bonnyaud, Guéret

retour vers 18 heures

Pour les non-cyclistes : OCCUPATION de la place.

Fabrication de banderoles, pancartes, jeux… Amène tes vieux draps, de la peinture, du carton… ta musique, tes casseroles, ta guitare (un truc qui fait du bruit !)


LFI ; Guéret en selle  ; CGT ; Collectif Stop Loi Sécurité Globale Creuse (Stop Mines 23, Attac 23, NPA 23 ; Le Théâtre d’Or ; Sud-Éducation Limousin ; Creuse Citron ; Le Trou des Combrailles ; Questions Masques Enfants 23 ; Union Communiste Libertaire ; Zone Libre)




Source: Labogue.info