Juin 7, 2021
Par Le Numéro Zéro
195 visites


Venez marcher avec SOS Colombie St Étienne, le vendredi 18 juin Ă  19h Bourse du travail !

Appel urgent à la solidarité du peuple français.

Nous rejetons fermement et condamnons les actes de violences contre les femmes commises par les forces de l’ordre durant le mouvement social en Colombie. Tout particuliĂšrement, les violences qui portent atteinte Ă  la libertĂ© et intĂ©gritĂ© sexuelle. Chacune de ces agressions sont inadmissibles et condamnables. 

Depuis le 28 avril 2021, suite Ă  un appel Ă  la grĂšve nationale, le peuple colombien est dans la rue. Les femmes de tous secteurs sociaux, communautĂ©s et tout ages demandent de meilleurs conditions de vie et exigent le respect de leurs droits Ă  : la santĂ©, l’éducation, au travail. La rĂ©ponse du gouvernement a Ă©tĂ© la rĂ©pression de la population, donnant lieu Ă  une vague de massacres, d’agressions oĂč le but principal est la terreur. Cette politique de terreur les femmes sont les premiĂšres Ă  la subir : elle sont tuĂ©es, violĂ©es, torturĂ©es
Les forces policiĂšres au niveau national ont violĂ©s 22 femmes. Des agents de la police nationale et de l’armĂ©e ont Ă©tĂ© dĂ©noncĂ©s pour meurtres, graves lĂ©sions oculaires, disparitions forcĂ©es, tortures contre les femmes et les hommes. Ils sont lourdement armĂ©s face Ă  des civils dĂ©munis. Les consĂ©quences de ces actes sur les femmes ont des effets traumatiques sur la santĂ© psychique, physique tout autant que pour leurs familles. C’est une guerre psychologique atroce !

Nous en tant que femmes et lesbiennes fĂ©ministes, nous sommes solidaires avec les femmes victimes de violences en Colombie. Quand les victimes des forces de l’ordre sont des femmes, les agressions s’inscrivent dans une politique de rĂ©pression et d’autoritarisme de l’État, c’est-Ă -dire que l’État Colombien est l’unique responsable de ces agressions qui constituent des violations des droits humains. Exigeons de la communautĂ© internationale et des organismes internationaux des droits humains le rejet du rĂ©gime Colombien actuel. 

Nous ne sommes pas surprises de voir que l’état Colombien s’attaque aux femmes. L’histoire se rĂ©pĂšte, dans cette sociĂ©tĂ© patriarcale, le sexisme et ses violences sont courantes. Les femmes ne sont pas seulement des victimes sans dĂ©fense et vulnĂ©rable elles sont bien plus que cela. Elles dĂ©tiennent un rĂŽle actif de participation dans la reconstruction sociale, la construction de la paix, l’économie familiale et ce n’est pas par hasard que l’état s’attaque Ă  elles. Elles sont un maillon clĂ© de la survivance Ă©conomique des familles et des solidaritĂ©s intrafamiliales. 

D’ailleurs elles s’engagent comme les mamans de premiĂšre ligne, les jeunes, les Ă©tudiantes, les afro-descendantes, les indigĂšnes, les lesbiennes, les trans. Elles continuent malgrĂ© les dures conditions Ă  s’exposer au risque d’ĂȘtre violĂ©es, maltraitĂ©es, blessĂ©es ou disparues forcĂ©es. Toutes ces violences sexuelles n’ont pas comme finalitĂ© le sexe en lui-mĂȘme, c’est l’exercice du pouvoir de genre sur les corps qui causent des soumissions, des douleurs, des souffrances et des destructions. Un des objectifs de la police est d’exterminer un groupe social ou une organisation et les violences de genre sont l’une des armes qu’elle utilise.

Les violences sexuelles contre les femmes survenues en Colombie sont considĂ©rĂ©es comme tortures et comme crimes contre l’humanitĂ© ! Si personne ne condamne ces crimes, ce sera un appel Ă  perpĂ©tuer la reproduction de la violence sexuelle. Cela va invisibiliser des fĂ©minicides. En les condamnant, une reconnaissance sociale existera. Les femmes ont droit Ă  la vĂ©ritĂ©, la rĂ©paration, l’indemnisation et la justice. La sanction des coupables garantit la non rĂ©pĂ©tition des faits. Au niveau individuel, c’est permettre la reconstruction psychique et corporelle. L’impunitĂ© est un crime ! Venez dire stop : aux fĂ©minicides, aux agressions sexuelles, aux violences contre les femmes, aux disparitions forcĂ©es, Ă  la torture, aux dĂ©tentions arbitraires !

Cette marche est silencieuse. Venez vous recueillir avec nous durant cet hommage aux femmes. On vous invite Ă  un deuil public pour nos camarades colombiennes.

ArrĂȘtons la guerre contre les femmes !

SOS Colombie Saint-Étienne

soscolombieste chez protonmail.com




Source: Lenumerozero.info