Octobre 25, 2020
Par Marseille Infos Autonomes
94 visites


La manif avait commencé à 14h30 sur le Vieux Port, puis s’était rendu aux Feuillants devant la maison de Zineb pour des prises de paroles. Dès le début, le dispositif policier était énorme. Plus d’une centaines de robocops,des équipes de bacqueux, et même un drone, pour une manifestation de quelque centaines de personnes. Est-ce que ce déploiement de force était causé par la venu de ministres ce jour là à Marseille, ou est-ce juste maintenant la norme d’un état de plus en plus policier ?

La manif a remonté la Canebière dans une ambiance pesante, entièrement encadrée par un U policier, ne laissant qu’une seule direction possible, celle du cours Franklin Roosevelt, qui a été coupé au niveau de la rue St Savournin. Environ 200 personnes se retrouvent ainsi prises au piège dans une nasse à 15h30, qui va durer plus de quatre heures. Les flics annoncent qu’il sera possible de sortir une personne à la fois, en montrant ses papiers. Une tactique classique pour pouvoir isoler les gens, et qui met en danger celles et ceux parmi nous qui n’ont pas de papiers ou ne veulent pas les donner. Collectivement le choix est donc fait de refuser de sortir, tant que nous ne pourrons pas toustes sortir sans contrôle. Chaque nouvelle annonce du flic au mégaphone est alors noyée sous le bruit de « On sort sans contrôle, ou on n’sort pas ! ».

La stratégie est simple. Une nasse est une privation de liberté, « justifiée » par une vérification d’identité. Cette dernière ne peut pas durer plus de 4h, sans un motif de placement en garde à vue. On a donc 4h à attendre ensemble et on pourra toustes sortir. En attendant on cause, on chante, ça joue au cartes et ça redécouvre les jeux de colos de vacances. Des voisin.es ouvrent leurs porte pour utiliser les toilettes, des copaines viennent en soutien nous jettent des bouteilles d’eau et des gâteaux par-dessus le cordon de CRS. Merci à elleux ! Une personne se sera même arrêtée par les condés pour avoir lancé des gâteaux…

Au bout des quatre heures, les flics remettent les casques et sert les rangs, la pression monte. Mais finalement ils proposeront de nous laisser sortir par groupe de cinq, sans contrôle. On accepte et tout se passe bien, il ne reste plus qu’une heure pour aller boire un coup avant le couvre feu !

C’est pas courant de voir des nasses à Marseille, mais celle d’hier à montré que si on reste solidaire face aux flics, et qu’on refuse toustes ensemble d’en sortir, autrement qu’ensemble et sans contrôle, on y arrive !




Source: Mars-infos.org