Dans un communiqué, la famille Garand revient sur les deux années qui ont suivi la mort d’Angelo, abattu par les gendarmes du GIGN, et sur la nécessaire lutte contre le racisme et la violence d’État.


analyse et réflexion

/
Répression – prisons,
Une