Juin 12, 2021
Par Rebellyon
249 visites


Après une année particulière, 2021 signe le retour de la Marche des Fiertés à Lyon. Dans un contexte difficile pour nos associations et nos communautés, il est plus que jamais important de faire entendre nos voix.

Comme chaque année, il est difficile de mettre en avant un axe particulier de nos luttes sans avoir l’impression de délaisser les autres. Mais dans le contexte actuel, nous avons fait le choix de nous unir contre le fascisme.

APPEL POUR LA MARCHE DES FIERTES DE LYON, 2021

Après une année particulière, 2021 signe le retour de la Marche des Fiertés à Lyon. Dans un contexte difficile pour nos associations et nos communautés, il est plus que jamais important de faire entendre nos voix.

Comme chaque année, il est difficile de mettre en avant un axe particulier de nos luttes sans avoir l’impression de délaisser les autres. Mais dans le contexte actuel, nous avons fait le choix de nous unir contre le fascisme.

Il est impératif de rappeler que l’extrême droite est un péril mortel pour toutes les communautés minorisées. Le mouvement pour les droits LGBTIAQ+ est un mouvement pour la liberté, pour l’égalité et pour l’émancipation. Il est par essence incompatible avec l’extrême droite, quel que soit le déguisement de circonstance que prend le fascisme.

Celui-ci se retrouve à travers les discours de haine qui progressent inlassablement, jusque dans nos communautés. À Lyon, des milices fascistes s’en prennent physiquement aux personnes minorisées et aux militant-es-x. Ces attaques ont entre autres visé, de manière systématique, l’ensemble des derniers rassemblements LGBTIAQ+ et féministes ainsi que des locaux militants. Face à ces attaques, ne cédons rien : soyons fier-es-x et uni-es-x.

Nous dénonçons également toujours, la violence de l’État.

À l’heure où nous écrivons, le gouvernement vient d’annoncer le rejet de la proposition de loi visant à interdire les thérapies de conversion. Il y a quelques mois, il avait déjà rejeté l’interdiction des mutilations sur les personnes intersexes.

La grande promesse du quinquennat pour l’ouverture de la PMA pour toustes est au point mort. Par ailleurs, le texte qui pourrait être voté actuellement exclut les lesbiennes, les personnes trans et limite l’accès des personnes racisées à la procédure en refusant l’appariement.

Sur le Mariage pour Tous, comment peut-on le célébrer quand les personnes handicapées en sont privées au risque de perdre leur Allocation Adulte Handicapé (AAH) ? Pour l’égalité on repassera.

Pour la solidarité, le compte n’y est pas non plus. Les personnes les plus précaires et isolées de nos communautés ont été délaissées tout au long de la crise sanitaire et sociale.

Les personnes souhaitant un accès aux soins ou à la prévention pour le VIH, les hépatites et les IST et MST ont été passées au second plan.

La loi de pénalisation des client-es précarise et met toujours en danger les travailleuse-eur-s du sexe.

Les associations communautaires ont vu leurs activités grandement mises en difficultés. Celles-ci sont pourtant des espaces nécessaires pour venir en aide aux personnes trans’ et non-binaires ainsi que pour les personnes migrantes quand il faut s’en sortir face aux obstacles administratifs que leur imposent l’Etat.

Ce sont également des lieux de sociabilisation, d’entraide essentiels et de culture où nombre de personnes peuvent trouver refuge. Les contraintes imposées à nos activités ont notamment mis en danger des mineur-es de nos communautés. Face au silence et à l’inaction de l’Etat, les associations se sont comme toujours débrouillées pour compenser.

Le gouvernement préfère reprendre les discours de l’extrême-droite. La loi « sécurité globale » nourrit le recul de nos libertés, notamment au sein des communautés minorisées dans leur ensemble, tandis que le projet de loi « contre le séparatisme » vise de manière violente les communautés racisées et musulmanes.

La liste des violences de l’Etat et les personnes impactées est encore longue et nous ne les oublions pas. C’est pour nous toustes que nous sommes réuni-es-x aujourd’hui et que nous clamons pour cette Marche : Violences fascistes, violences d’Etat : reprenons la rue, exigeons nos droits !

À samedi,

le CFL

- PRIDE DE LYON Dernières informations et rappels-

Mesures sanitaires, respect du consentement, sécurité, place des partis politiques, …

Tout ce que vous devez savoir pour que votre Pride se déroule dans les meilleures conditions !

MESURES SANITAIRES

Le Pass sanitaire n’est pas obligatoire pour venir à la Marche. Le port du masque tout au long de l’événement est obligatoire et sera contrôlé.

Si vous présentez des symptômes du COVID, avez été testé-es positif-ves ou si vous êtes cas contact, merci de ne pas rejoindre la manifestation.Dans la mesure du possible, respectez 1m de distance entre les groupes / les personnes.

Evitez les « free hugs » et « free kiss » avec les personnes en dehors de votre groupe.

CONSENTEMENT

Ne touchez pas une personne (ni ses cheveux, ses vêtements, son aide au déplacement…) sans autorisation explicite de sa part.

Ne prenez pas de photos / ne filmez pas les visages sans autorisation explicite de la part des personnes.

CURITÉ

Pour toute question, rapprochez vous des bénévoles (brassards verts) ou du Service d’Ordre (brassards roses).

En cas de problème au sein du cortège ou à l’extérieur, vous pouvez également faire appel à ce dernier.

En cas de problème nécessitant une aide médicale / des premiers secours, criez « médic ! »

Evitez de rester seul-e et repartez du rassemblement en groupe si possible.

RESPECT

Respectez l’auto-détermination des personnes qui vous entourent, n’hésitez pas à demander les pronoms qu’une personne utilise ou à faire attention à la façon dont elle se genre.

La Pride n’est pas le lieu pour les questions indiscrètes sur les pratiques sexuelles, les opérations, les handicaps…

PARTIS POLITIQUES ET ÉLU-E-S

Chacun-e peut se joindre à la manifestation en son nom. Nous demandons cependant aux partis politiques de défiler sans drapeaux et aux élu-es de ne pas venir avec leurs écharpes.

Nous souhaitons éviter les récupérations politiques.

JOURNALISTES

Comme mentionné dans le point sur le consentement, nous comptons sur vous pour ne pas filmer / photographier de visages clairement reconnaissables sans avoir demandé l’autorisation explicite au préalable.

Nous rappelons que l’outing peut mener à des violences à l’encontre des personnes LGBTIAQ+.

Un bénévole contact presse sera présent sur l’événement.

CORTEGES

Nous comptons sur vous pour respecter les parties de la manifestation qui sont en non-mixité. Les plans ont été diffusés hier sur nos réseaux et vous pourrez vous adresser aux bénévoles si vous ne trouvez pas le cortège que vous souhaitez rejoindre.

Bonne Marche des Fiertés !




Source: Rebellyon.info