Le mercredi 5 juin 2013 notre camarade Clément Méric a été tué par des militants d’extrême droite. Depuis cette date des marches et des rassemblements sont organisés chaque année afin de lui rendre hommage et de rappeler ce simple fait : l’extrême droite tue.

Cependant, si Clément est devenu le symbole de cette violence, il convient également de rendre hommage à toutes les victimes de l’extrême droite. Citons, par exemple, Pávlos Fýssas poignardé à mort par l’Aube Dorée le 18 septembre 2013 ou plus récemment l’assassinat par balle de l’international de rugby Federico Martín Aramburú par des militants de l’organisation nationaliste étudiante GUD (Groupe Union Défense) pour les avoir empêché d’exercer leurs violences racistes. Ce dernier évènement nous rappelle que les violences d’extrême droite peuvent toucher toute personne s’opposant à leur idéologie. Il ne s’agit pas seulement de victimes isolées, la violence de l’extrême-droite se manifeste aussi sous forme de tueries de masse et d’actions terroristes.

À une époque où l’extrême droite institutionnelle obtient 42% des voix à une élection présidentielle, il est plus que nécessaire de nous rassembler et de faire front commun contre ces idées et leurs conséquences mortifères. Sous couvert de représentation populaire et de lutte contre « les élites » elles mènent en réalité une guerre contre les personnes racisées, les plus précaires et défavorisés d’entre nous mais aussi les femmes, les personnes LGBTQI et, plus largement, contre toute personne s’opposant à leur volonté de classer l’humanité en catégories distinctes de personnes ayant des droits différents, voire pas de droit du tout.

C’est pourquoi nous appelons à une grande marche d’union le 11 juin 14h au métro Saint Michel afin de rendre hommage aux victimes de l’extrême droite.

L’extrême droite tue.

La Coordination Antifasciste de Toulouse et Alentours.




Source: Iaata.info