Août 9, 2022
Par Dijoncter
210 visites

En cas de démarrage d’un nouveau chantier de méga-bassine dans le marais poitevin, on l’arrête en masse le 3e week-end qui suit.

La sécheresse qui sévit une nouvelle fois sur le pays, notamment sur le marais poitevin, confirme dramatiquement l’ensemble des critiques développées par les opposant.es aux méga-bassines : inadaptation intrinsèque du modèle agricole dominant qui vise à démultiplier les bassines face à la crise climatique, impact sur les réseaux hydrologiques extrêmement fragilisés, pompage hivernal malgré des nappes qui peinent à se recharger !

Au vu de la contestation, le chantier test de Mauzé-sur-le-Mignon – 1re d’une nouvelle série de bassines – a été un calvaire pour ses promoteurs, que ce soit pour l’État ou pour les irrigants organisés en société anonyme. Face au diverses actions menées – rendez-vous hebdomadaires, envahissement du chantier, désarmement de plusieurs engins, mobilisations répétées de milliers de personnes – les difficultés de réalisation et les coûts de surveillance se sont démultipliés. Les irrigant.es et la Préfecture sont-ils vraiment prêts à voir ces coûts se reproduire à chaque nouveau chantier ? On peut en douter, d’autant que la présence et la pression policière qu’ils engendrent pèsent lourdement sur les riverain.es, qui constatent jours après jours, l’assèchement de leurs cours d’eau.

Pour le mouvement citoyen de contestation contre les méga-bassines, ce premier chantier a plutôt été un catalyseur qui n’a fait que l’amplifier et fortifier sa détermination. Ce mouvement assume aujourd’hui la nécessité de la désobéissance quand les crimes contre l’eau et les terres sont appuyés par le gouvernement. Il a pris une dimension nationale avec la défense et le partage du commun emblématique qu’est l’eau. Il travaille localement à d’autres projets de territoire alternatifs compatibles avec les enjeux climatiques. Dans le même temps, le protocole institutionnel de légitimation des méga-bassines n’a fait que se désagréger avec la sortie progressive des associations environnementales et de la fédération de pêche.

JPEG - 204.5 ko

C’est l’antagonisme entre deux visions de l’agriculture et in fine du vivant qui s’est clarifié. L’une, agro-industrielle, qui cherche à en achever la marchandisation et la privatisation ; l’autre, paysanne, guidée par l’urgence absolue d’en prendre soin, de le mettre en partage et d’en maintenir la fertilité. Le dernier rempart du lobby agro-industriel tient à son mensonge structurel et à son chantage renouvelé sur sa prétendue nécessité pour nourrir le monde. Mais qui croit encore que l’on répondra aux besoins nourriciers des populations en continuant d’empoisonner les sols et d’assécher les nappes avec une agriculture auto-destructrice historiquement responsable de la disparition des paysan.nes à une échelle mondiale ?

Localement, les lobbys pro-bassines viennent de se voir infliger un désaveu réaffirmé. La cour d’appel a décidé mi-mai après plus de 10 ans de procédures de ratifier l’illégalité – du fait de leur impact environnemental – des 5 bassines mises en œuvre par l’ASA des Roches. Des opposant.es avaient pris les devants ces derniers mois. Deux de ces bassines avaient été préventivement démantelées, dont une le 6 novembre dernier par plusieurs milliers de personnes, tandis que la confédération paysanne revendiquait le démontage de sa pompe.

Mais le clan des pro-bassines, en plein déni de réalité, s’entête encore. Des méga-bassines continuent, à être planifiées en divers endroits du pays. Au moins trois démarrages de chantiers sont annoncés, possiblement à partir d’août, à Prière, Epannes et Sainte-Soline, peut-être d’autres dans la Vienne (86). La bassine en projet d’Epannes, dont un tronçon du futur réseau de canalisation a été démonté lors du printemps maraîchin fin mars, amplifierait les pompages sur le territoire voisin de la commune. Elle réduirait ses ressources en eau potable et mettrait en péril la tourbière du Bourdet. Nous ne pouvons envisager de les laisser faire !

Nous sommes à un moment charnière où nous devons unir nos forces à l’échelle nationale et internationale pour leur faire comprendre que chaque nouveau chantier aura un coût politique et économique ingérable. Puisque le gouvernement – pieds et poings liés avec l’agro-industrie et la FNSEA – malgré tous les effets d’annonce sur une éventuelle « planification écologique », reste incapable de prendre la décision – a minima – d’un moratoire, nous le mettrons en œuvre nous-mêmes.

En cas de démarrage de tout nouveau chantier de méga bassines, nous appelons à nous retrouver 3 semaines plus tard, plus massivement que jamais, pour manifester jusqu’au chantier et se donner les moyens de le mettre à l’arrêt. Nous resterons aussi longtemps qu’il le faudra et reviendrons aussi souvent que nécessaire.

Nous vous invitons d’ici là à faire connaître cet appel partout en France et au-delà, à en diffuser l’affiche sur les murs, dans les cafés, commerces et espaces associatifs, et à organiser des réunions publiques chez vous pour que chacun.e se tienne prêt.es à converger.

Pas un seul chantier de méga-bassine de plus. Agissons pour un juste partage de de l’eau. No Bassaran !

JPEG - 165.8 ko




Source: Dijoncter.info