L’annĂ©e derniĂšre le festival MAP Toulouse s’appropriait -avec l’aide de la Mairie et d’Europolia- les façades de l’avenue de Lyon pour y afficher ses photos, dans une grande opĂ©ration de culture-washing de la gentrification [1].

Bien que le festival ait Ă©tĂ© acceuilli glacialement par les habitant-es de Bonnefoy, entre dĂ©sintĂ©rĂȘt, mĂ©pris, haine et dĂ©goĂ»t, sabotage d’oeuvres, zbeulage de vernissage Ă  coups d’oeufs remplis de peinture [2], les “artistes-prout” remettent le couvert.

Rien d’illogique, car aprĂšs tout, l’acceuil du public, peu importe ! Le nerf de la guerre, c’est de continuer Ă  toucher des subventions.

Et puisque pour MAP Toulouse, l’argent n’a pas d’odeur, peu importe que Europolia et la Mairie financent leurs photographies pour cacher, faire oublier la gentrification de tout un faubourg, la fermeture du centre de tri postal de Matabiau, symbole de la violente restructuration des PTT [3], la construction en lieu et place de la future Tour Occitanie, toute cette merde dont personne ne veut. Personne, sauf les riches, et leurs laquais, parfois graffeurs [4], ici photographes.

Cette annĂ©e, donc, le festival MAP Toulouse prend possession de ce qui est prĂ©sentĂ© comme l’ancien centre de tri postal, un “lieu emblĂ©matique rempli de caractĂšre et d’histoire”. Mais quelle histoire exactement ? On n’apprendra pas au festival MAP que ce bĂątiment lĂ  n’a servi de centre de tri que jusqu’à la construction du centre de tri que la plupart des toulousain-es ont connu, celui qui fĂ»t dĂ©moli en 2013. On n’apprendra pas l’histoire des luttes Ă  la gare Matabiau, de celle contre les nazis jusqu’aux grandes grĂšves de 95 en passant par mai 68, on ne parlera pas du personnel roulant virĂ© de matabiau par le Grand Matabiau.

Rien d’illogique cependant, puisque l’histoire, ça n’interesse pas ces gens lĂ . Le fĂ©tichisme du monde ouvrier, ça oui. Le centre de tri postal, ça rappelle l’odeur de la toile des sacs de courrier mĂȘlĂ©e Ă  la sueur des ouvriers PTT qui les chargeaient dans les wagons. Ca appĂąte les bobos.

On en a ras-le-bol de ces artistes qui font la cour aux puissants pour ramasser les miettes de la gentrification et des restructurations du capitalisme, pendant que nous on en souffre, on en crùve. C’est pourquoi nous appelons à s’attaquer à ce festival par tous les moyens possibles et imaginables

Nous vous invitons tout particuliĂšrement Ă  venir zbeuler leur inauguration, qui aura lieu le vendredi 3 juin Ă  partir de 19h. Sont prĂ©vus un discours sur le parvis de la gare, l’ouverture des portes de l’espace “tri postal” (62bd Pierre SĂ©mard, Ă  l’angle du pont de la mĂ©diathĂšque), et une soirĂ©e Ă  la guinquette Museau Musette (88 bd Pierre SĂ©mard, l’ancienne maison des Ă©clusiers).




Source: Iaata.info