L’expulsion illégale d’un ressortissant centrafricain mise en œuvre par la préfète d’Indre-et-Loire, Corinne Orzechowski, le 12 juillet 2019 au matin, lui avait valu d’être interpellée publiquement par La Cimade. L’association, qui apporte un soutien politique et juridique aux personnes migrantes, intervient au sein du camp de rétention administrative de Rennes, où était enfermé l’homme expulsé par la préfète.

Interpellée de nouveau sur la violation caractérisée du droit qu’elle se vantait d’assumer « sans état d’âme », la préfète a rétorqué, le 19 juillet dans la soirée, dans un style bien particulier :

« Loi respectée la demande d asile n’a jamais été formalisée Cessez de diffuser des informations approximatives Manipulation »

Source : Twitter

Une assertion contredite quelques instants plus tard par un salarié de La Cimade intervenant au CRA de Rennes, qui affirme : « La demande d’asile a été formalisée. Nous vous avons envoyé le procès-verbal de dépôt par mail » [1].


Article publié le 20 Juil 2019 sur Larotative.info