4 visites

La bourgeoisie de plateaux tĂ©lĂ© semble unanime. Il faut se ranger d’un bloc derriĂšre l’Ukraine et son si hĂ©roĂŻque prĂ©sident Zelensky. Mieux. Il faut plus d’armes, plus de bombes, plus de morts pour pouvoir sauver le monde libre de l’affreux Poutine. Il faudrait mĂȘme carrĂ©ment faire la guerre Ă  Poutine. Face Ă  cette demande toujours plus pressante nous avons une proposition politique : allez y les gars !

DĂšs le 24 fĂ©vrier ça a Ă©tĂ© la curĂ©e sur tous les plateaux tĂ©lĂ©. Il faut trouver du monde pour commenter l’invasion. Les spĂ©cialistes de stratĂ©gies militaires et de la vie ukrainienne sont trop occupĂ©s, alors il faut meubler avec des spĂ©cialistes sur le tas tous plus ou moins insipides. Nathalie Saint Cricq, Raphael Enthoven, BHL Ă©videmment, rien ne nous sera Ă©pargnĂ©. La guerre amĂšne son lot de viols, de meurtres de masses et de toutes les horreurs possible, mais ça, c’est la goutte de trop.

Car ces Ă©ditorialistes, tremblant d’excitation Ă  la vue des bombardements sur Kiev, les mains moites en pensant Ă  la part d’audimat qu’ils sont en train de se trancher, n’ont qu’une obsession : nous faire rentrer en guerre.

Cette frange particuliĂšre de la bourgeoisie mĂ©diatique dont la personne la plus illustre est l’inĂ©narrable Bernard Henry LĂ©vi ressort lors de tous les conflits armĂ©s pour « dĂ©fendre le monde libre Â». Ce monde libre, qui n’est rien d’autre que l’impĂ©rialisme US et ses avatars, est un mantra pour ces « intellectuels Â» nĂ©o conservateurs. Ils ont militĂ© pour l’intervention dans les balkans dans les annĂ©es 90, en Irak (quel succĂšs !) ou encore en Libye (incroyable d’efficacitĂ©) avec Ă  chaque fois une rhĂ©torique bien rodĂ©e : la guerre est un moindre mal face aux horreurs de ceux que le camp occidental Ă©rige en « axe du mal Â». Miloseviç, Saddam Hussein, Khadafi et maintenant Poutine, ces dictatures lĂ  n’ont pas ou plus la cĂŽte pour les AmĂ©ricains et deviennent les supers mĂ©chants de Disney. Il n’est Ă©videmment pas question de dĂ©fendre ici le bilan des dictatures susnommĂ©es ou mĂȘme de relativiser leurs crimes mais les nĂ©oconservateurs n’ont que peu de discours sur les lapidations publiques de femmes adultĂ©rines en Arabie Saoudite ou les exactions multiples perpĂ©trĂ©es par les bouchers mis en place par la France dans ses anciennes colonies
 Pour noyer le poisson de leurs horreurs, les nĂ©o conservateurs saupoudrent toujours leurs discours bellicistes et guerriers de philosophie. ImprĂ©gnĂ©s de l’esprit des lumiĂšres et d’un humanisme surplombant, ces dĂ©goĂ»tants personnages, tout droit sortis de leurs salons, sont extrĂȘmement cultivĂ©s.


Jugez plutĂŽt. Au moment d’appeler le monde occidental Ă  rentrer en guerre, RaphaĂ«l Glucksman, intellectuel montant de BFMTV et ancien candidat PS, est tout en emphase : « Mais nos Ă©lites biberonnĂ©es au mythe de la paix perpĂ©tuelle sauront-elles faire face Ă  la tempĂȘte qu’elles ont si longtemps refusĂ© de voir venir ? L’Europe trouvera-t-elle la force de naĂźtre de ce chaos que les anciens Grecs plaçaient aux origines du monde, ou bien s’y noiera-t-elle par impuissance et apathie ? Â»(Tribune dans Le Monde, 15 mars 2022) « Si nous ne dĂ©fendons pas l’Ukraine pour nos principes, alors faisons-le pour nos intĂ©rĂȘts vitaux Â». Les grecs quoi. Le mec nous a sorti des rĂ©fĂ©rences Ă  nos cours de 6Ăšme sur l’antiquitĂ© pour justifier de livrer des lances missiles aux Ukrainiens. Alors ça ne vous aura pas Ă©chappĂ©, les grecs n’ont rien Ă  voir lĂ  dedans et il s’agissait juste pour Glusckman de rappeler qu’il Ă©tait trĂšs cultivĂ©. Attention une culture lĂ©gitime, une vraie, avec du savoir et tout. Pas un truc vulgaire et sale. Pas la saletĂ© et la vulgaritĂ© des soldats, qui crĂšvent dans la boue. Pas la vulgaritĂ© du peuple russe qui a le mauvais goĂ»t d’élire rĂ©guliĂšrement Vladimir Poutine et qui va en chier encore un peu plus avec des batteries de sanctions Ă©conomiques qui ne toucheront pas les structures du pouvoir russe. Ça ne sera donc pas une guerre vulgaire mais bien une guerre raffinĂ©e. Une guerre au nom de la civilisation. Une guerre avec des jouuuulies images, avec des jolis tanks qui explosent vu du ciel. Avec Ă©videmment des moments forts comme lors des dĂ©couvertes de charnier de Boutcha oĂč les monstruositĂ©s de l’armĂ©e russe sont Ă©rigĂ©s comme des bouchers d’un autre temps. BHL qualifiera ce massacre « d’Ouradour en Ukraine Â». Ce sera l’occasion de rappeler leur humanisme sans borne. On ne les entendra pas parler des exactions de l’armĂ©e ukrainienne qui sont Ă©videmment nombreuses puisque c’est une armĂ©e en campagne comme les autres. On les verra aussi trĂšs rĂ©tifs Ă  rappeler la prĂ©sence pourtant importante des nĂ©o nazis dans l’appareil militaire ukrainien.

Mais nous devons le rappeler avant de trop s’énerver sur des personnes qui n’en valent pas la peine : ces gens lĂ  ne sont rien et ne seront rien sans l’appareil mĂ©diatique qui les accompagne. Un appareil mĂ©diatique qui ne veut qu’un chose : plus de guerre. Plus de guerre pour alimenter la sociĂ©tĂ© spectaculaire marchande, pour alimenter la machine Ă©conomique, plus de guerre pour permettre Ă  l’occident de se tailler encore plus de parts de marchĂ©. Plus de guerre enfin, pour nous endoctriner, nous faire vivre dans une Ă©tat de guerre construit depuis une petite dizaine d’annĂ©e. Un Ă©tat de guerre qui permettra de passer toutes les pires lois existantes.

Alors vous les « intellectuels Â» du pouvoir, les VRP des marchands de canons, si vous voulez aller Ă  la guerre allez-y. Et restez-y.

M.

OCL-Paris




Source: Oclibertaire.lautre.net