Trois manifestations syndicales ont eu lieu jeudi 9, vendredi 10 et samedi 11 janvier. Les jours précédents ont été marqués par la mort de Cédric Viouchat, interpellé puis immobilisé au sol avec utilisation de la technique dite du plaquage ventral ainsi que des images d’une police déchaînée lors de la manifestation parisienne du 9 janvier (dont un tir de LBD à bout portant). On parle enfin de violences policières sur les ondes.

Communiqué du comité de liaison contre les violences policières (Lyon)

lundi 13 janvier 2020

Deux des manifestations lyonnaises, déclarées et à l’appel des syndicats, ont pu accéder à la place Bellecour, ce qui n’était plus le cas depuis un moment. La manifestation du vendredi 10 a pu accéder au siège du MEDEF. Le comité de liaison contre les violences policières établit un bilan provisoire des pratiques policières qui ont marqué ces journées.

Jeudi 9 janvier

Trajet de la manifestation de la Manufacture jusqu’à Bellecour.

Le comité a constaté peu de forces de police visibles jusqu’au croisement de l’avenue Gambetta avec l’avenue de Saxe. En revanche, dès que des camions ou des policiers sur pieds sont visibles, l’atmosphère se tend.

Bilan des observations sur cette manifestation :

Samedi 11 janvier

Trajet de la manifestation de la place Lyautey à la place Bellecour

  • Contrôles et fouilles des passants lors du rassemblement au départ, place Liautey. En revanche, à partir du quai Jean Moulin et jusqu’à la rue de la Barre, toutes les rues perpendiculaires étaient bloquées. Multiples témoignages et constat membres du comité
  • Approximativement vers 16h 30 une centaine de manifestants se dirige place Antonin Poncet. Charge, intervention de la BAC. Constat membres du comité
  • Un manifestant a reçu un tir de LBD à l’abdomen, il a été soigné par un street medic. C’était alors que la plupart des manifestants s’étaient dispersés mais les forces de l’ordre étaient nombreuses, postées à tous les accès de la place. Témoignage street medic (celui qui a soigné)
  • De 16h30 à … plus tard que 17h30, une cinquantaine de personnes restent place Bellecour, quelques gilets jaunes parmi eux, les passants passent, les policiers et la Bac se déplacent sur la place en petites unités mobiles. Rien à signaler jusqu’à 17h30, mais à cette heure il y a encore quelques manifestants et des forces de l’ordre. Constat membre du comité



    Samedi fin de journée
  • Nous avons appris par la presse que samedi vers 16h, une grenade lacrymogène a atterri dans l’appartement d’une personne qui filmait la manifestation depuis son balcon, rue de la Barre. Filmer depuis chez soi est devenu dangereux, à l’approche d’une manifestation fermez vos fenêtres ! Et souvenons-nous de Zineb Redouane…

Le comité de liaison contre les violences policières (Lyon) regroupe des individus et plusieurs collectifs et structures : Commission justice des assemblées des gilets jaunes de Lyon – Association des victimes de crimes sécuritaires – Collectif de blessés « Dévisageons l’état » – Caisse de solidarité – Ligue des droits de l’homme – Syndicat des avocats de France – Solidaires 69 – Collectif 21 Octobre – Planning familial 69 – Libre Pensée du Rhône – Collectif d’avocats : « les activistes du droit » – NPA – Ensemble – UD CGT 69 – Attac Rhône.

Si vous êtes témoin de violences policières, envoyez votre témoignage : [email protected]

Blog : https://surveillonsles.art.blog/