Janvier 30, 2021
Par Rapports De Force
150 visites


Alors que la menace d’un nouveau confinement saute finalement le week-end, les opposants Ă  la loi sĂ©curitĂ© globale manifesteront samedi dans tout le pays. D’autres manifestations sont prĂ©vues pour la journĂ©e de grĂšve interprofessionnelle du 4 fĂ©vrier, Ă  moins que le refus d’Emmanuel Macron de confiner le pays tout de suite ne tienne pas, et que des restrictions de dĂ©placement plus fortes soient prises.

GrĂšves et manifestations

Interdiction des licenciements

Autour de 2000 personnes ont manifestĂ© Ă  Paris samedi 23 janvier dans l’aprĂšs-midi Ă  l’appel de la CGT TUI France, Ă  l’origine d’un regroupement de syndicats d’entreprises en butte Ă  des licenciements et d’autres structures syndicales. Objectif du dĂ©filĂ© : interdire les licenciements et les suppressions d’emplois (lire notre article).

D’une grĂšve assez rĂ©ussie dans l’éducation


MalgrĂ© un climat modĂ©rĂ©ment propice Ă  la mobilisation (lire notre article), la journĂ©e d’action des personnels de l’Éducation nationale du 26 janvier a rĂ©uni au moins un agent sur quatre dans la grĂšve (lire notre article). Plusieurs milliers de personnes ont dĂ©filĂ© Ă  Paris, ainsi qu’à Nantes et Lyon.


à une journĂ©e interprofessionnelle le 4 fĂ©vrier

La pĂ©riode morose ne pĂšse pas que dans l’Éducation nationale, pour autant une journĂ©e de grĂšve interprofessionnelle se profile pour jeudi prochain, Ă  l’appel de la CGT, Solidaires, la FSU et plusieurs organisations de jeunesse. PensĂ©e comme une rampe de lancement avec des grĂšves sectorielles dans la seconde moitiĂ© de janvier, elle veut dĂ©noncer « une avalanche de plans de licenciements Â» dont l’objectif est avant tout de prĂ©server et maintenir le niveau de profits des patrons.

DĂ©jĂ  quatre semaines de grĂšve Ă  Grandpuits

La grĂšve se poursuit Ă  la raffinerie de Grandpuits en Seine-et-Marne. CommencĂ©e le 4 janvier, elle tente mĂȘme de se durcir et d’entraĂźner d’autres raffineries. Mardi, les grĂ©vistes ont manifestĂ© devant le siĂšge de Total. Jeudi, plusieurs associations et ONG Ă©cologistes ont sorti un rapport pour dĂ©noncer la communication « verte » du groupe pĂ©trolier (lire notre article).

Bras de fer chez Carambar

MalgrĂ© 40 % de salariĂ©s en arrĂȘt maladie et une production en berne (-75 % selon un syndicaliste), la direction d’Eurazeo, le fonds d’investissement qui a rachetĂ© Carambar il y a deux ans, ne lĂąche pas grand-chose. Des nĂ©gociations entre direction et syndicats ont Ă©chouĂ© jeudi Ă  Marcq-en-BarƓul (59). Du coup, un nouvel arrĂȘt de travail a eu lieu ce vendredi contre le transfert, avec rĂ©duction de salaire, de 105 des 112 salariĂ©s vers le site de Lutti.

Livreurs des plateformes en grĂšve

Vendredi 29 janvier avait lieu le troisiĂšme appel national Ă  la grĂšve, lancĂ© par la CGT livreurs depuis l’automne 2020. OrganisĂ©s en collectifs autonomes ou au sein de la rĂ©cente CGT, les actions de livreurs se multiplient depuis peu et tentent de faire plier les plateformes. Nous proposons un Ă©tat des lieux du rapport de force (notre article).

À Schneider Electric, le PSE ne met pas fin à la grùve

Lundi 25 janvier, les salariĂ©s du site de Lattes (34) de Schneider Electric Ă©taient encore en grĂšve. Et ce, en dĂ©pit de la signature d’un « plan de sauvegarde de l’emploi Â» le jeudi prĂ©cĂ©dent. MĂȘme si celui-ci enregistrait une prime de 5000 â‚Ź et la possibilitĂ© de dĂ©part anticipĂ© Ă  la retraite, les contreparties sociales restent insuffisantes pour les syndicats du site dont les portes doivent fermer d’ici la fin de l’annĂ©e. Comme depuis le dĂ©but de leur mouvement (lire notre article), ils comptent sur une prime supplĂ©mentaire de 5000 â‚Ź. Une maigre consolation par rapport aux 25 000 â‚Ź demandĂ©s par reprĂ©sentants des salariĂ©s Ă  l’origine.

Fin de grĂšve Ă  la Stef

42 jours de grĂšve pour 70 salariĂ©s, et mĂȘme une grĂšve de la faim pour quelques-uns, afin d’obtenir une augmentation de salaire de 100 â‚Ź, dans cette entreprise du secteur de la logistique. Et finalement un accord de fin de conflit en dĂ©but de semaine comprenant une revalorisation salariale de 50 â‚Ź en deux fois : 35 â‚Ź immĂ©diatement et 15 â‚Ź l’annĂ©e prochaine. Le tout accompagnĂ© d’une augmentation de 1,30 â‚Ź de la prime panier (autour de 25 â‚Ź par mois) et l’octroi d’une prime de transport de 65 centimes par jour (prĂšs de 15 â‚Ź par mois), selon un responsable de l’union dĂ©partementale CGT du Tarn-et-Garonne.

Police

Nouvelles manifestations contre la loi sécurité globale

Avant que le texte arrive au SĂ©nat en mars, la coordination nationale Stop loi sĂ©curitĂ© globale appellent Ă  manifester partout en France pour faire tomber la proposition de loi. Au moins 60 rendez-vous sont programmĂ©s sur l’ensemble du territoire (voir la carte des manifestations).

Teufeurs

PrĂ©sents en nombre lors des manifestations du 16 janvier contre la loi sur la sĂ©curitĂ© globale, les teufeurs ont organisĂ© plusieurs rassemblements le samedi suivant. À Rennes, un millier d’entre eux se sont rassemblĂ©s contre la rĂ©pression qui a suivi la fĂȘte de Lieuron dans le mĂȘme dĂ©partement. AprĂšs quelques heures, la police est intervenue pour saisir le matĂ©riel d’un sound system qui tentait de s’installer, puis a fait usage de gaz lacrymogĂšnes et utilisĂ© un canon Ă  eau. Quatorze manifestants ont Ă©tĂ© interpellĂ©s.

« Beauvau de la sĂ©curité » pour rĂ©tablir la confiance

Alors que l’IFOP nous apprend (nous rappelle ?) que la confiance dans la police est avant tout une histoire d’ñge et de classe sociale (notre article), GĂ©rald Darmanin tente justement de la rĂ©tablir en organisant un « Beauvau de la sĂ©curité ». LancĂ© ce lundi 25 janvier, ce « grand dĂ©bat » sauce police a pour but, d’aprĂšs les mots du gouvernement, d’« amĂ©liorer les conditions d’exercice » des forces de l’ordre et de « consolider » les liens avec les Français. En guise d’invitĂ©s : les trois principaux syndicats de policiers : Alliance, FO-Police et Unsa-Police, mais aussi des maires et des « citoyens ». Les conclusions de ces Ă©changes doivent servir de base Ă  la future loi d’orientation et de programmation de la sĂ©curitĂ© intĂ©rieure (Lopsi) prĂ©vue en 2022.

ContrĂŽles au faciĂšs

Six organisations, parmi lesquelles Amnesty International, ont lancĂ© mercredi une action de groupe en justice contre l’État pour qu’il fasse cesser la pratique des contrĂŽles au faciĂšs. L’État a quatre mois pour rĂ©pondre, avant la possible saisie d’un juge (en savoir plus).

PSE, licenciements, chĂŽmage

Bien plus de 5800 emplois en moins dans l’aĂ©ro dans le Sud-Ouest

Les entreprises de la filiĂšre aĂ©ronautique et spatiale du Grand Sud-Ouest (Occitanie et Nouvelle-Aquitaine) ont supprimĂ© 5 800 emplois au cours des neuf premiers mois de 2020, a annoncĂ© l’Insee cette semaine. Or ce chiffre ne comprend pas les emplois en intĂ©rim qui ont Ă©tĂ© les premiers Ă  ĂȘtre supprimĂ©s dans la filiĂšre.

Moins 10 000 emplois dans la banque en Allemagne

La Commerzbank, deuxiĂšme banque allemande, a annoncĂ© jeudi un projet de restructuration visant Ă  faire 1,4 milliard d’euros d’économies d’ici 2024. Inutile de vous faire un dessin, celles-ci seront faites sur le dos des salariĂ©s, avec la suppression de 10 000 emplois.

Nocibé veut fermer 62 magasins en France

« Environ 500 des 2 400 magasins europĂ©ens seront fermĂ©s d’ici Ă  l’automne 2022 », a indiquĂ© le groupe allemand Douglas dans un communiquĂ©. Au total, 2 500 postes sont menacĂ©s par ces fermetures en Europe, dont « environ 350 » en France, oĂč le groupe est connu pour sa marque de cosmĂ©tiques NocibĂ©. La CFE-CGC a dĂ©noncĂ© un plan bien trop lourd.

RĂ©forme de la rĂ©forme de l’assurance chĂŽmage

Entre un second volet de la rĂ©forme retoquĂ© par le Conseil d’État (lire notre article) et la « promesse » d’une adaptation rapide des rĂšgles pour tenir compte de la crise sanitaire, l’entrĂ©e en vigueur complĂšte au 1er avril 2021 des deux volets a du plomb dans l’aile. Pourtant il s’agit toujours de la date officielle et le gouvernement manƓuvre toujours pour faire passer son recul des droits des chĂŽmeurs. La ministre du Travail a avancĂ© lundi auprĂšs des syndicats un nouveau mode de calcul du salaire journalier de rĂ©fĂ©rence (SJR), basĂ© cette fois-ci sur un plancher minimum et sur une partie de la rĂ©forme qui ne s’appliquerait pas aux moins de 26 ans. Une rĂ©union plĂ©niĂšre est prĂ©vue Ă  la mi-fĂ©vrier avec les organisations professionnelles.

(DĂ©)croissance

Le PIB de la France a chutĂ© de 8,3 % en 2020.

Du cÎté du gouvernement

3 milliards pour les quartiers populaires

D’une main le gouvernement propose un texte sur le sĂ©paratisme, de l’autre il promet d’injecter pas moins de 3,3 milliards d’euros pour les quartiers populaires – mĂȘme si certains crĂ©dits annoncĂ©s avaient dĂ©jĂ  Ă©tĂ© engagĂ©s. Parmi ces 3,3 milliards, 2 milliards iront Ă  la rĂ©novation urbaine.

La dissolution de Génération Identitaire étudiée par Darmanin

Et voilĂ  que Darmanin s’autopropulse hĂ©ros de la lutte antifasciste. « J’ai demandĂ© aux services du ministĂšre de l’IntĂ©rieur de rĂ©unir les Ă©lĂ©ments qui permettraient de proposer la dissolution de GĂ©nĂ©ration identitaire », a annoncĂ© ce mardi le premier flic de France qui se dit « particuliĂšrement scandalisé » par les actions anti-migrants du groupe d’extrĂȘme droite dans les PyrĂ©nĂ©es.

3919 : le gouvernement recule

Le gouvernement suspend la procĂ©dure de mise en concurrence du 3919 (en savoir plus), le numĂ©ro d’appel pour les femmes victimes de violences conjugales. La FĂ©dĂ©ration nationale SolidaritĂ© femmes, Ă  l’origine du numĂ©ro il y a prĂšs de 30 ans, avait saisi la justice la semaine derniĂšre.

Monde d’aprùs

En dĂ©but de semaine, la CFDT a proposĂ© Ă  Jean Castex une mission tripartite État-syndicats-patronat, pour rĂ©flĂ©chir Ă  l’aprĂšs-crise. S’il a considĂ©rĂ© l’idĂ©e intĂ©ressante, pour l’heure le Premier ministre reçoit syndicats et patronat en vue d’une confĂ©rence du dialogue social au mois de mars. Au programme : remettre en avant une rĂ©forme du chĂŽmage, qui ne trouve grĂące aux yeux d’aucun syndicat, et entretenir le flou sur le devenir d’une rĂ©forme des retraites que l’ensemble des organisations syndicales jugent malvenue pour l’heure, mĂȘme la CFDT. Pendant ce temps, Emmanuel Macron a rĂ©uni 100 patrons Ă©trangers en visioconfĂ©rence pour leur vanter l’investissement en France.

Et aussi

Sur le front du Covid

Un troisiĂšme confinement menace, mĂȘme si le gouvernement s’est laissĂ© encore quelques jours avec quelques mesures supplĂ©mentaires dont la portĂ©e paraĂźt limitĂ©e et ne pourra pas ĂȘtre connue avant deux semaines. Ailleurs, au Liban comme aux Pays-Bas, des affrontements avec la police ont accompagnĂ© les restrictions de libertĂ© de dĂ©placement. ParallĂšlement, la campagne vaccinale progresse doucement, au rythme des manques de doses en France comme en Europe, liĂ©s Ă  des retards dans la production et Ă  la nature des contrats passĂ©s avec les laboratoires. Mais infiniment plus vite que dans les pays du Sud, dĂ©favorisĂ©s par la concurrence entre les États. Et ce, malgrĂ© qu’une immunitĂ© efficace ne puisse se penser qu’à l’échelle planĂ©taire. Au risque de voir de nouveaux variants mettre en Ă©chec les campagnes vaccinales d’aujourd’hui.

Milliardaires au calme

Alors que la pandĂ©mie fait basculer des millions de personnes dans la pauvretĂ©, les 1 000 milliardaires les plus fortunĂ©s de la planĂšte ont retrouvĂ© en neuf mois seulement leur niveau de richesse d’avant la crise, constate Oxfam (en savoir plus).

Ils ne sont plus les oubliés du Ségur

Savoir apprĂ©cier une victoire. AprĂšs manifestations et nĂ©gociations (notre article), environ 20 000 agents de la fonction publique hospitaliĂšre, non concernĂ©s par les revalorisations du « SĂ©gur de la santé », devraient toucher 183 euros nets de plus par mois. L’enveloppe budgĂ©taire serait de l’ordre de 65 millions d’euros par an.




Source: Rapportsdeforce.fr