Mars 27, 2022
Par CNT Travail & Affaires sociales
349 visites

Le 15 mars 2022, Ă  l’appel de l’intersyndicale CNT – CGT – SUD – FSU du MinistĂšre du travail, a eu lieu une journĂ©e de mobilisation nationale Ă  Paris avec une manifestation devant les bureaux parisiens de l’Organisation internationale du travail (OIT) et un meeting retransmis en direct de la maison des MĂ©tallos.

Le point de dĂ©part de la manifestation – devant le siĂšge parisien de l’OIT – n’a pas Ă©tĂ© choisi au hasard, tout comme la date. En effet, mardi 15 mars Muriel PENICAUD, ancienne Ministre du travail française, Ă©tait auditionnĂ©e par le conseil d’administration de l’OIT pour dĂ©fendre sa candidature Ă  la direction de cette organisation.

Cette candidate prĂ©sentĂ©e par l’État français est une des responsables de la situation catastrophique de nos services, pendant qu’elle Ă©tait ministre l’inspection du travail a Ă©tĂ© rĂ©primĂ©e et muselĂ©e. Sa candidature, et plus encore sa potentielle Ă©lection, serait un scandale, car l’OIT est une organisation internationale supposĂ©e dĂ©fendre les droits des travailleur·ses !

Le cortĂšge de 150 Ă  200 collĂšgues et soutiens s’est ensuite dirigĂ© vers les locaux des « ressources humaines Â» des MinistĂšres sociaux qui comprend notamment le ministĂšre du travail ou de la santĂ©. Des collĂšgues sont venus d’un peu partout en France: Grand Est, Nouvelle Aquitaine, Auvergne RhĂŽne-Alpes, Provence-Alpes-CĂŽte d’Azur, Hauts-de-France, etc.

Sur place, manifestaient Ă©galement des manipulateurs radio en lutte pour leurs salaires, leurs conditions de travail, l’exposition aux rayonnements, le travail de nuit, etc.

CĂ©cile de la CGT-TEFP a fait un Ă©tat de lieux du ministĂšre, notamment aprĂšs 10 ans de suppressions de postes.

Sarah de SUD TRAVAIL a expliquĂ© comment les services Emploi de notre ministĂšre fonctionnent: les plans sociaux des entreprises « sensibles Â» sont validĂ©s quoi qu’il en coĂ»te, on demande aux agent·e·s des statistiques qui n’existent pas en urgence parce que la ministre ou la prĂ©fecture les demande
 On a laissĂ© Ă  des agent·e·s prĂ©caires la gestion des 27 milliards d’euros d’aides de l’activitĂ© partielle pendant la crise, la « politique emploi Â» ne fonctionne que par coups de pub


Gilles pour la CNT-TEFP est revenu sur l’application de l’idĂ©ologie managĂ©riale Ă  nos services depuis une quinzaine d’annĂ©es, avec comme consĂ©quence une politique de valorisation permanente singeant des critĂšres de rentabilitĂ© du privĂ©, Ă  coups de plans d’actions et politique du chiffre. Politique qui s’accompagne d’une inflation d’échelons hiĂ©rarchiques, au nom du renforcement du « pilotage Â» alors qu’on supprime toujours plus de postes d’agent·e·s de terrain.

La consĂ©quences est une institution qui se referme de plus en plus sur elle-mĂȘme et s’éloigne des demandes des travailleurs·ses, considĂ©rĂ©es comme variables d’ajustement. « On est en train d’inventer le service public sans public« . L’idĂ©ologie managĂ©riale attaque l’autonomie et par voie de consĂ©quence l’indĂ©pendance des agent·e·s. Le maintien d’un service public au service de son public passe Ă©galement par la lutte contre l’idĂ©ologie managĂ©riale, ses consĂ©quences et ceux qui s’en font les promoteurs.

StĂ©phanie de la FSU a expliquĂ© comment les rĂ©centes rĂ©formes du droit du travail ont profondĂ©ment fragilisĂ© les droits des travailleurs·ses : dĂ©rogations conventionnelles, baisse des moyens des reprĂ©sentant·e·s du personnel


Bernard Thibault, ancien reprĂ©sentant de la France Ă  l’OIT (Organisation internationale du travail) est intervenu pour parler de la rĂ©pression syndicale qui a lieu dans notre ministĂšre comme ailleurs et du scandale que constituerait la nomination de Muriel PĂ©nicaud Ă  la tĂȘte de l’OIT.

DaniĂšle Linhart, sociologue, a pris la parole pour revenir sur les stratĂ©gies managĂ©riales faites de rĂ©organisations permanentes et d’attaques contre les repĂšres de mĂ©tiers et l’identitĂ© professionnelle, afin de maintenir les travailleurs sous emprise et en insĂ©curitĂ© permanente, de dĂ©stabiliser les collectifs de travail au nom de la promotion de l’individu. Elle a rendu hommage en conclusion au syndicalisme, qui assure un rĂŽle de sentinelle indispensable dans ce contexte.

L’ensemble des participant-e-s en sont sorti.es motivĂ©.es pour poursuivre la mobilisation et continuer Ă  alerter sur la situation de nos services.

Alors aprÚs cette premiÚre initiative, retrouvons nous toutes et tous les 20, 21 et 22 juin pour les 3Úmes assises nationales du ministÚre du travail, qui se dérouleront à la bourse départementale du travail de Bobigny !

L’intervention de la CNT TEFP par Gilles concernant l’impact des dĂ©rives managĂ©riales sur les agent·e·s de l’inspection du travail et le service public rendu aux travailleurs·ses :

La totalitĂ© du meeting avec les interventions de CĂ©cile Clamme (CGT TEFP), Sarah Aknin (SUD TAS), Gilles Gourc (CNT TEFP), StĂ©phanie HudĂ© (SNUTEFE FSU), Bernard Thibault (ancien reprĂ©sentant de la France Ă  l’OIT), DaniĂšle Linhart (sociologue), puis les interventions et questions du public :




Source: Cnt-tas.org