CHRONOPOST ALFORTVILLE 

SOUTIEN AUX POSTIERS SANS-PAPIERS

Chronopost est une marque de la Poste, spĂ©cialisĂ©e dans l’envoi du courrier express, Ă  des tarifs Ă©levĂ©s qui rapportent beaucoup d’argent Ă  la Poste.

DerriĂšre Chronopost, se cache une rĂ©alitĂ© inhumaine : pour dĂ©charger les camions et trier les colis, la Poste, par une sĂ©rie de sous-traitances en cascade, utilise en toute connaissance des travailleurs sans-papiers soumis Ă  une surexploitation, sans aucun respect de la lĂ©gislation du travail. Ils embauchent Ă  3 et 5 heures du matin pour travailler jusqu’à 7H30. De cette façon, elle leur dĂ©livre des feuilles de paye la plupart du temps infĂ©rieures au mi-temps.

Nous dĂ©nonçons cette hypocrisie qui consiste Ă  fabriquer et maintenir des travailleurs sans droits, qu’on peut alors exploiter au maximum. Il s’agit d’un vĂ©ritable systĂšme organisĂ© pour prĂ©cariser les salariĂ©s, pratiquer le dumping social et faire baisser le coĂ»t unitaire du colis.

Depuis le 11 juin, plusieurs dizaines de ces travailleurs sans-papiers employĂ©s par Chronopost, sont en lutte devant l’agence d’Alfortville, prĂ©sents jour et nuit pour demander leur rĂ©gularisation, soutenus par plusieurs syndicats.

Le 2 juillet une rencontre a eu lieu avec un reprĂ©sentant de la prĂ©fecture. Depuis la prĂ©fecture n’a pas donnĂ© de rĂ©ponse officielle malgrĂ© nos relances. La direction de Chronopost, rencontrĂ©e le 9 juillet, a affirmĂ© qu’elle n’était pas « l’employeur de ces travailleurs Â». Mais elle cautionnait l’entrĂ©e quotidienne de 25 d’entre eux sans badge. Derichebourg, le sous-traitant devant qui a eu lieu une manifestation le 22 aoĂ»t fait silence. Quant Ă  l’agence Mission IntĂ©rim, le pourvoyeur de main-d’Ɠuvre, elle a Ă©tĂ© occupĂ©e le 29 juillet par les salariĂ©s de Chronopost, mais les forces de la prĂ©fecture ont organisĂ© l’évacuation, les empĂȘchant ainsi d’en obtenir les CERFA et les autres documents de rĂ©gularisation.

À ce jour, aprĂšs 3 mois de mobilisation, ni la Poste, ni le MinistĂšre du travail, ni la prĂ©fecture ne parlent de les recevoir malgrĂ© de nombreux courriers et demandes.

Face Ă  ce silence et au dĂ©ni de la rĂ©alitĂ© que subissent des milliers de sans-papiers en France, la Marche des SolidaritĂ©s, qui regroupe des collectifs de sans-papiers et des victimes des violences policiĂšres, appelle Ă  soutenir leurs frĂšres sans-papiers du piquet de Chronopost, au nom de l’égalitĂ© des droits et pour la construction d’une sociĂ©tĂ© meilleure et Ă©galitaire.

La Poste doit recevoir les sans-papiers et les syndicats, reconnaĂźtre son rĂŽle d’employeur, intĂ©grer Ă  ses effectifs ces salariĂ©s en lutte et leur dĂ©livrer les documents nĂ©cessaires Ă  leur rĂ©gularisation.

La prĂ©fecture doit rĂ©gulariser l’ensemble des salariĂ©s de Chronopost 

LibertĂ© de circulation et d’installation en France

RĂ©gularisation de tous les sans-papiers

ÉgalitĂ© des droits

Manifestation Vendredi 6 septembre 2019

DĂ©part Ă  15H30 M° Maisons-Alfort Ecole VĂ©tĂ©rinaire


Article publié le 03 Sep 2019 sur Oclibertaire.lautre.net