11h00 – rassemblement devant la Préfecture contre la relance des projets d’extraction du gaz de schiste au Sahara par le gouvernement algérien, la multinationale Total, et le gouvernement français ;

12h00 – départ de la marche vers le Consulat d’Algérie pour exiger la libération des prisonniers politiques et une transition démocratique.

Le gouvernement algérien à court de légitimité fait appel à Total pour relancer une fois de plus les énergies fossiles. Le gaz de schiste, c’est une nouvelle augmentation des émissions de gaz à effet de serre, et une pollution irrémédiable des sols et des eaux souterraines au Sahara. L’ensemble du mouvement démocratique algérien est solidaire de la population du Sahara pour refuser ces projets. En France la mobilisation des citoyens a imposé l’interdiction de l’extraction du gaz de schiste. Nous refusons que Total fasse en Algérie ce qui lui est interdit en France.

Et le samedi suivant, 29 février le CADSA organisera une conférence sur le même sujet (heure et lieu à préciser).

Lien événement : https://www.facebook.com/events/609728179819251/

Attac Marseille et Survie Marseille soutiennent cette manifestation et la dénonciation de Total, multinationale colonialiste et impérialiste largement dénoncée dans le monde et pas loin aussi, pour son projet de raffinerie de la Mède…



Pour informations, Survie participe avec Les Amis de la Terre et quatre associations ougandaises (AFIEGO, CRED, NAPE/Amis de la Terre Ouganda et NAVODA) à une plainte contre le groupe Total concernant son méga-projet pétrolier en Ouganda.


Article publié le 21 Fév 2020 sur Mars-infos.org