Janvier 28, 2022
Par Rebellyon
170 visites

Retrouvons-nous le samedi 12/02 à 14h au Palais de Justice des 24 colonnes pour l’abolition des CRA et de toutes les prisons.

Le contexte électoral actuel, saturé par les mots d’ordre des extrêmes droites, renforce et légitime encore plus que d’habitude les discours sécuritaires. La répression policière et les violences d’Etat ne cessent d’augmenter ; notamment envers les classes populaires, les personnes racisé.es, et les personnes sans-papiers. L’Etat dépense des millions pour le surarmement de sa police, la multiplication des contrôles et des rafles, la répression des mouvements sociaux, le développement des technologies de surveillance et la construction de nouveaux lieux d’enfermement.

Les prisons sont au cœur d’un système pénal injuste, classiste et raciste. Sous prétexte d’assurer la protection de la population, elles isolent et traumatisent ceux et celles qui y sont condamnées, sans visée transformatrice. Bien au contraire, elles répètent et perpétuent les inégalités et marginalisations de nos sociétés . En prison, un.e détenu.e meurt tous les trois jours en France pour des causes multiples : suicide, passage à tabac, refus d’assistance médicale…

Le maintien de l’ordre et le système punitif sont tous deux fermement ancrés dans le racisme comme le démontrent les récentes lois islamophobes, la gestion néocolonialiste des quartiers populaires, la surreprésentation des personnes racisées dans les prisons et la criminalisation des sans-papiers, dans et hors des CRA.

Les Centres de Rétention Administrative sont des prisons où l’État enferme jusqu’à 90 jours les personnes qu’il considère comme irrégulières sur le territoire français parce qu’elles n’ont pas les « bons » papiers, selon l’Etat français. Prisons et CRA s’entretiennent mutuellement ; ils s’inscrivent dans la boucle infernale des rafles, des chasses à l’homme, des contrôles au faciès et des politiques migratoires.

A l’intérieur des 25 CRA et des 187 établissements pénitenciers en France, les violences sont quotidiennes : policières, médicales et administratives, elles sont invisibilisées et visent à marquer les corps et les esprits afin de les soumettre et de les discipliner.

Face à cette situation, les luttes à l’intérieur sont permanentes et prennent des formes multiples : grèves de la faim, refus de promenade, blocages de chambres, automutilations, incendies… Ces derniers temps, de nombreux mouvements de révolte ont éclaté dans les CRA (Paris, Lyon et Lille) et les prisons (Uzerche, Longuenesse, Toul-Ecrouves et Grasse) pour dénoncer l’absence de mesures face à la crise sanitaire, et revendiquer ainsi la libération immédiate de tous.tes les prisonni.ères.

Avec les différents projets de construction, de rénovation et d’extension des CRA et des prisons, le nombre de places d’enfermement ne cesse d’augmenter, alimentant ainsi le business de beaucoup d’entreprises privées et d’associations qui se font du fric sur le dos des prisonni.ères.

A Lyon, un nouveau CRA, situé près de l’aéroport de Saint-Exupéry, a ouvert début janvier et a doublé la capacité d’enfermement dans la région Rhône-Alpes-Auvergne.

Les frontières tuent, les prisons tuent , les CRA tuent. Depuis septembre 2020 : Majid, suicidé le lundi 24 novembre au CRA de Oissel, Wissem, enfermé dans le CPR de Rome et mort le 3 décembre, Fitim Uka, suicidé dans le sous-sol du palais de justice de Bordeaux le 15 décembre, Idir Mederres, décédé le 9 Septembre 2020 au mitard de la prison de Lyon Corbas. Toufik Belrhitri, décédé à la prison de Perpignan le 18 Octobre 2020. Jules, décédé au mitard de la prison de Seysses dans la nuit du 5 au 6 Décembre 2020. Un homme, décédé au mitard de la prison de Rémire-Montjoly le 27 Avril 2020. Une femme, décédée au quartier d’isolement de la prison de Gradignan le 18 Juillet 2020. Alexis, décédé au quartier d’isolement de la prison de Roanne le 18 Juillet 2020. Un homme, décédé au mitard de la prison de Gradignan le 6 Janvier 2021. Jimony Rousseau, décédé le 2 Février 2021 dans la prison de Méaux-Chauconin. Sacha, décédé le 27 Avril 2021 au mitard de la prison de Saint-Brieuc. Un homme, décédé le 23 Juin 2021 à la prison de Villepinte. Un homme, décédé le 13 Août 2021 à la prison de Fleury-Mérogis. Un homme, décédé le 21 Novembre 2021 à la prison de Strasbourg. Une femme, décédée dans la nuit du Jeudi 10 au Vendredi 11 Décembre 2021 à la prison de Gradignan. Un homme, décédé le 30 Décembre 2021 à la prison de Brigue. Yassin Mebarkia est mort le lundi 3 janvier 2022 à la maison d’arrêt de Villefranche-sur-Saône.

L’Etat français est responsable de ces morts : pas de justice, pas de paix.



Retrouvons-nous samedi 12/02 à 14h au Palais de Justice des 24 colonnes pour lutter et nous organiser :

contre les cra

contre l’enfermement

contre les violences policières, pénitentiaires et pénales

contre le racisme

contre les rafles et les controles d’identité

contre les expulsions

contre l’ouverture du nouveau cra et les entreprises qui y collaborent

contre les frontières et pour la régularisation de toustes

contre les violences à l’égard des manifestantxs

A l’appel du collectif Lyonanticra et du collectif Fracas




Source: Rebellyon.info