Janvier 7, 2022
Par Le Numéro Zéro
380 visites


La politique du gouvernement est tout sauf sanitaire. Le pouvoir actuel a supprimĂ© des lits de rĂ©animation et d’hospitalisation en pleine pandĂ©mie. Il rend le passage aux urgences payant dĂšs l’entrĂ©e dans le service et non remboursĂ© par la sĂ©curitĂ© sociale s’il n’est pas suivi d’une hospitalisation, etc. La pandĂ©mie est un prĂ©texte de plus pour expĂ©rimenter des lois liberticides. Contre ces politiques liberticides et anti-sociales, rendez-vous samedi 8 janvier Ă  14h, place Jean JaurĂšs.

Lire ici, l’appel Ă  manifestation publiĂ© sur le site de Nantes RĂ©voltĂ©e

“Les derniĂšres annonces gouvernementales prĂȘtent Ă  rire : interdiction des concerts debout, pas de gros feux d’artifices pour le 31, interdiction de vente d’alcool et de nourriture sur la voie publique le 31
 Bref, des pseudos mesures pour faire croire que le gouvernement est en action contre la pandĂ©mie. Surtout, l’exĂ©cutif veut mettre en place un pass vaccinal Ă  la fois absurde et dangereux. Absurde, parce que si le vaccin limite la contagiositĂ© du covid, il n’empĂȘche pas d’ĂȘtre porteur du virus, alors qu’un test nĂ©gatif acte qu’on ne l’est pas. Dangereux, parce que c’est un moyen de contrĂŽle dĂ©mesurĂ© livrant des donnĂ©es mĂ©dicales que seul.e notre mĂ©decin traitant est censĂ©.e connaĂźtre.

En rĂ©alitĂ©, la politique du gouvernement est tout sauf sanitaire. Le pouvoir actuel a supprimĂ© des lits de rĂ©animation et d’hospitalisation en pleine pandĂ©mie. Il suspend les soignant.es qui refusent de prĂ©senter un pass sanitaire. Il rend le passage aux urgences payant dĂšs l’entrĂ©e dans le service et non remboursĂ© par la sĂ©curitĂ© sociale s’il n’est pas suivi d’une hospitalisation
 Il continue de casser la sĂ©curitĂ© sociale. Il veut faire de l’hĂŽpital une entreprise rentable, il fait de la santĂ© une marchandise. Exactement comme les labo pharmaceutiques, qui s’accaparent la recherche publique et dĂ©posent des brevets sur les mĂ©dicaments et les vaccins, crĂ©ant des inĂ©galitĂ©s terribles dans l’accĂšs aux soins. Il expulse les sans-abris qui trouvent refuge dans des bĂątiments abandonnĂ©s ou vouĂ©s Ă  la destruction.

Quel intĂ©rĂȘt, alors, pour le gouvernement, de prendre des mesures tout sauf sanitaires en pleine pandĂ©mie ?

Il s’agit de profiter de la sidĂ©ration gĂ©nĂ©rale pour imposer des outils de contrĂŽle. Aujourd’hui, le QR code est relatif Ă  des donnĂ©es mĂ©dicales, demain, quelles seront les donnĂ©es inscrites dessus ?

Le gouvernement fait de la com : il doit montrer qu’il agit, et non qu’il est parfaitement incompĂ©tent. Et il dĂ©tourne l’attention. L’explosion du prix de gaz, de l’électricitĂ©, de l’essence, des loyers, les rĂ©formes des APL et du chĂŽmage, ont plongĂ© des centaines de milliers de foyers dans une grande difficultĂ© financiĂšre. Pendant ce temps, il impose des mesures anti-sanitaires dont se saisit notamment l’extrĂȘme droite. Cet Ă©tĂ©, les manifestations contre le pass sanitaire ont vu des groupes d’extrĂȘme droite armĂ©s attaquer les cortĂšges progressistes. Le pouvoir espĂšre qu’il en sera de mĂȘme en ce dĂ©but d’annĂ©e 2022. Il prĂ©fĂšre la prĂ©sence de l’extrĂȘme droite Ă  une explosion sociale qui rĂ©clamerait la justice sociale, la juste distribution des richesses, l’égalitĂ© et la libertĂ© en mĂȘme temps. Or, l’extrĂȘme droite a toujours Ă©tĂ© contre les libertĂ©s et la justice sociale. Les rĂ©gimes fascistes ont Ă©tĂ© des pĂ©riodes de restrictions terribles des droits et libertĂ©s, d’assassinats massifs d’opposant.es et de groupes sociaux qui ne correspondent pas Ă  la norme d’extrĂȘme droite (exilĂ©.es, Roms, Tziganes, personnes racisĂ©es, personnes queer, trans, non binaires
). Le pouvoir fait le choix du fascisme face Ă  celui du progressisme.

À l’opposĂ© de ces valeurs, nous exigeons :

– l’accĂšs aux soins pour toutes et tous, la levĂ©e des brevets sur les vaccins, la socialisation du pharmaceutique

– la suppression du pass sanitaire et l’abandon du projet de pass vaccinal

– le remboursement inconditionnel des tests PCR

– des embauches de soignant.es et le retour des lits qui ont Ă©tĂ© supprimĂ©s depuis 10 ans

– une stratĂ©gie internationale Ă©galitaire en terme de santĂ© publique

– l’abolition des Ă©tats d’urgence, de la loi sĂ©curitĂ© globale et de la loi « sĂ©paratismes Â», et de toute la sociĂ©tĂ© de contrĂŽle et de surveillance qui ont permis l’instauration de ces pass anti-sanitaires”




Source: Lenumerozero.info