Ce dimanche 8 avril, manifestation à 12h sur la passerelle du Palais de Justice. Contre la répression de l’Etat espagnol contre le peuple de Catalogne. Pour la libération des prisonnier-e-s politiques. Pour le droit du peuple de Catalogne à choisir son avenir. A l’appel du collectif lyonnais de solidarité avec la Catalogne. Apportez des vêtements jaunes et noirs, des ballons jaunes, des rubans jaunes et votre énergie pour crier contre la répression.

Solidarité Avec le Peuple Catalan.

Non a la Repression en Catalogne


712 maires sont traduits devant les tribunaux pour la tenue pacifique du référendum du 1er octobre 2017 convoqué par le Parlement Catalan, suite aux 18 refus que lui a opposé le gouvernement espagnol visant à organiser un référendum légal comme en Écosse il y a deux ans.

Le 1er-Oct 2,3 millions de catalan-e-s ont rempli les urnes avec des bulletins de vote ; malgré la violence policière de la Guardia Civil, accomplissant un formidable acte démocratique et pacifique.

Le gouvernement espagnol met sous tutelle les institutions Catalanes et embastille les indépendantistes qu’ils soient élu-e-s , responsables ou membres d’associations citoyennes comme l’ANC (Assemblée Nationale Catalane), l’Omnium Cultural, ou les CDR (Comités de Défense de la République). Le Président légitime de la Generalitat est menacé d’extradition et d’emprisonnement (malgré une majorité indépendantiste reconduite légalement le 21 décembre 2017).

D’importantes manifestations ont eu lieu à Barcelone et dans toute la Catalogne suite à l’arrestation de Carles Puigdemont. Elles ont été violemment réprimées. Des rassemblements et manifestations de protestation se sont aussi déroulés dans d’autres régions d’Espagne, en France, en Allemagne…

Il y a 9 prisonnier-e-s d’opinion en Espagne, sous menace de peines exorbitantes allant jusqu’ à 30 ans de prison pour « rébellion » !

La nouvelle majorité indépendantiste issue des élections du 21/12 est toujours empêchée de gouverner par l’État. La solution est à rechercher sur le terrain politique et démocratique en laissant le peuple catalan décider lui-même son avenir.

La justice allemande a déclaré la charge de « rébellion » comme inacceptable, car il n’y a pas eu de violence. Cependant, la justice espagnole continue à construire des accusations « sur mesure ».

C’est pourquoi nous demandons :

— La libération immédiate de tous.te.s les détenu.e.s politiques.

— La levée de tous les chefs d’accusation lancés à leur encontre.

— La fin de la mise sous tutelle des institutions catalanes, via l’article 155.

— Le respect de la majorité élue au Parlement catalan le 21/12 et du Gouvernement qu’il se choisira.

— Le respect du droit à l’autodétermination du peuple catalan.

— Que cesse l’appui du Gouvernement français et de la majorité des gouvernements de l’Union Européenne à la politique répressive du gouvernement espagnol envers

la Catalogne.