Octobre 23, 2021
Par Rapports De Force
331 visites


  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une grande manifestation antifasciste s’est tenue à Lyon ce samedi 23 octobre, rassemblant plusieurs milliers de personne. La ville, particulièrement touchée par les violences d’extrême droite, relève la tête à l’heure où plusieurs militants antifascistes sont inquiétés par la justice alors que les militants d’extrême droite restent impunis.

Une trentaine de militants d’extrême droite aperçus derrière deux rangées de CRS au niveau de la place du Change. De l’autre côté du cordon policier, plus de 2500 manifestants et manifestantes (1800 selon la préfecture) défilent contre les violences d’extrême droite. A Lyon, ce samedi 23 octobre, la démonstration de force était clairement du côté antifasciste. Visible jusque dans le parcours déposé : passant sur les quais de la Saône à quelque pas du vieux Lyon, bastion de l’extrême droite lyonnaise.

La manifestation du jour succède à une première tentative de mobilisation nationale qui aurait dû avoir lieu samedi 3 avril dernier à Lyon, suite à l’attaque de la librairie libertaire La Plume noire. Elle avait été interdite par la préfecture du Rhône et s’était finalement tenue fin mai dans les pentes de la Croix-Rousse.

Si l’événement du jour n’a pas réellement de dimension nationale, l’envergure de la manifestation excède le cadre strictement local. Quelques figures militantes ont d’ailleurs fait le déplacement : Thomas Portes de Génération.s, Éric Coquerel de la France Insoumise, tous deux impliqués dans l’appel national à manifester contre l’extrême droite le 12 juillet, ou encore Gaël Quirante, syndicaliste postier en lutte et membre du NPA.

Dans la manifestation, les cortèges du NPA, de l’UCL + CNT et celui des militantes queers et féministes sont particulièrement fournis. Les deux groupes antifascistes lyonnais prennent le cortège en étau : la Jeune Garde, impliquée dans l’organisation de la manifestation du jour en tête et la GALE (Groupe Antifasciste Lyon et Environ) en queue. La CGT, Solidaires et la FSU sont également présents même s’ils semblent avoir davantage peiné à mobiliser. La France Insoumise, le PCF et EELV sont visibles, mais loin de constituer le groupe des troupes.

Lyon laboratoire de l’extrême droite

La manifestation du jour donne de l’oxygène au mouvement social lyonnais, après une année durant laquelle nombre de militants progressistes ont été la cible des violences de l’extrême droite. Attaque de la librairie et local politique anarchiste la Plume Noire, tentative d’attaque de manifestations féministes et lesbiennes et agressions de militants progressistes… à Lyon, 10 faits de violences d’extrême droite ont été portés à notre connaissance cette année (voir notre carte). C’est bien plus que dans toutes les autres villes françaises puisque la deuxième ville la plus touchée en 2021 est Toulouse avec cinq faits recensés.

Voir en plein écran

« Il y a une violence qui pèse sur nos luttes. Ça nous rappelle qu’une dimension antifasciste doit apparaître dans nos mouvements », confie une militante de l’organisation Lesbiennes contre le patriarcat, victime d’une attaque fasciste fin avril 2021. « La violences de l’extrême droite a un impact direct sur notre activité militante. Lorsqu’on va au local on est toujours vigilant, on essaie de ne jamais être seul », explique Lucile, militante à l’UCL, organisation communiste libertaire donc les locaux ont été vandalisés par une coalition fasciste en mars 2021.

Fermer les locaux fascistes

Pour contrer l’extrême droite, les militants antifascistes lyonnais demandent de longue date la fermeture des locaux fascistes qui essaimaient dans la ville il y a encore quelques années. « En les empêchant de se rassembler et de s’organiser, on ne met pas directement fin à leurs agissements mais on les frêne et on les empêche de s’installer », explique Raphaël Arnault, porte-parole de la Jeune Garde Lyon.

Mais malgré la dissolution de Génération Identitaire le 3 mars 2020, leurs locaux, la Traboule et l’Agogée (respectivement un bar associatif et une salle de boxe située dans le vieux Lyon) n’ont jamais vraiment fermé.

Le 8 septembre, les militants du groupe déchu ont même annoncé publiquement la fusion des deux salles en une seule nommée « Les Remparts ». Malgré les annonces en grande pompe de Gérald Darmanin, qui a réaffirmé le 7 octobre à l’occasion d’un déplacement dans la ville, sa volonté fermer les locaux identitaires, fermer ce lieu n’est pas si aisée puisqu’il est géré non pas par l’association dissoute mais par une autre, elle aussi nommée l’Agogée.

« Même si ce n’est pas la même association, on sait que ce sont les mêmes militants qui la fréquentent », assure Thomas Portes, également membre de l’Observatoire National de l’Extrême Droite. « Comme par hasard lorsqu’il s’agit des fachos, les caméras de surveillance ne marchent pas », note Lucile de l’UCL, particulièrement remontée contre l’attitude de la préfecture du Rhône.

7 antifascistes inculpés

La manifestation du jour a également été l’occasion de rappeler l’impunité judiciaire dont bénéficient, à l’heure actuelle, les militants d’extrême droite violents. A l’inverse, le parquet lyonnais a placé 4 militants et sympathisants du Groupe Antifasciste Lyon et Environ (GALE) en détention provisoire et 3 autres sous contrôle judiciaire pour avoir « commis des violences en réunion sur une personne à raison de son appartenance présumée à un groupe d’extrême droite », lors d’une manifestation anti passe du 28 août 2021 (voir carte). Ces 7 personnes seront jugées par le tribunal correctionnel de Lyon, le 4 novembre 2021.

« Si on veut s’en prendre à la violence politique, il faut s’en prendre à ceux qui envoient des gens à l’hôpital, pas à ceux qui insultent des militants fascistes », commente Lucile de l’UCL. Pour la GALE : « dans le contexte politique actuel, la préfecture suit un agenda de droite et d’extrême droite ».

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  



Source: Rapportsdeforce.fr