Août 15, 2021
Par La Mouette Enragée
193 visites


Manifestation anti pass à Boulogne-sur-mer le 14 août : 

une présence disruptive !

La belle unité de façade affichée plusieurs samedis de suite dans les rues de Boulogne-sur-mer à propos du «passe sanitaire» fut, ce 14 août après midi, quelque peu écornée … Il était temps !

Pas dupes de ce qui se dissimule derrière les appels à la « liberté » lancés à tue-tête par certains, ni du blanc virginal arboré ostensiblement ça et là et de manière relativement codée, moins encore des exhortations adressées le samedi précédent :  «aux militaires, aux policiers, aux pompiers, aux secouristes à nous rejoindre», nous avions décidé de ne pas laisser les réacs manipuler de façon aussi aberrante la lutte contre le contrôle social dont ils ont toujours été un indéfectible soutien.  

Comme convenu, à 17 heures, sur l’esplanade de Nausicaà, nous avons déployé deux drapeaux aux couleurs du mouvement ouvrier anti-autoritaire et distribué plusieurs centaines de tracts : «Contre le passe sanitaire et les autres attaques de classe»(1). A peine nous étions nous mis à la tâche que deux individus arborant un drapeau tricolore nous intimaient l’ordre de replier les nôtres et de partir ! Les bougres nous suspectaient de récupération politique et nous décrétaient indésirables en ces lieux. 

L’incident fut proprement réglé quand une camarade rétorqua aussi sec à l’un d’eux : «qu’on ne l’avait jamais vu jusqu’à aujourd’hui dans une manif ! et qu’il n’avait, lui, qu’à dégager !». L’individu obtempéra emmenant son double dans son sillage … Signalons que des membres de LFI se sont joins à notre camarade pour recadrer le réac, piteux. 

Inutile de dire que notre présence n’est pas passée inaperçue. De nombreuses personnes sont venues nous réclamer le tract ou nous questionner sur notre identité politique. Certaines satisfaites et solidaires, comme ces gilets jaunes qui nous ont interrogé à propos de l’absence de la CGT depuis juillet (2); d’autres plus préoccupées de constater que les «rouges» bougeaient encore !

S’il nous a semblé avoir croisé moins de pancartes au contenu douteux ou à la teneur complotiste, comme celles évoquant le samedi précédent «Le Grand Reset» ou cette autre comparant le gouvernement de Macron au «Quatrième Reich» ; la tonalité apparaissait nettement anti-vaccin. La question du contrôle social est totalement absente ou du moins ne se pose pas en ces termes au sein du cortège local. Quand à la dimension de classe de cette pandémie, il est évident que la sociologie composite à dominante petite bourgeoise des rassemblements boulonnais tend à l’invisibiliser  davantage encore.  

Le pass sanitaire, on s’en fout ! On ne veut plus de contrôle social du tout !

Qu’envisageons-nous pour la suite ? La visibilité que nous nous sommes octroyée samedi n’a d’intérêt que si d’autres que nous sur des positions dont on peut évidemment discuter se joignent au cortège qui pour le moment n’est que l’expression d’un « mouvement d’opinion » offrant à certaines franges de l’extrême droite, aux réacs de tous poils et aux illuminés en tous genres une vitrine à bon marché. A leurs côtés, on trouve aussi des travailleurs et des travailleuses légitimement inquiets de la tournure que prend la politique de l’Etat à leur égard.

Pour autant, ces manifs hebdomadaires ne constituent pas un réel mouvement ; aucun texte, aucune réunion, aucune discussion, aucune velléité de s’organiser collectivement afin de préciser et donner du contenu à ces déambulations ne semble se dégager du marigot dont elles ont accouché pour le moment.

Dans un premier temps, rencontrons-nous, débattons et envisageons collectivement la manière de nous organiser pour riposter aux mesures que l’Etat et le patronat tentent de nous imposer, comme celle de l’assurance chômage, de l’allongement de l’âge de départ en retraite et des plans de licenciements. Le passe sanitaire n’est qu’une étape supplémentaire dans l’élaboration d’un arsenal sécuritaire capable de prévenir toute contestation présente et à venir des politiques anti-sociales.  

Seul, un ample mouvement porté par les travailleurs, les chômeurs et les précaires, eux mêmes, sera en capacité de mettre un coup d’arrêt aux menées autoritaires de l’Etat et du patronat. 

A bientôt, on l’espère, pour faire chauffer le bitume !

Boulogne-sur-mer, le 15/08/2021 

(1) Ce tract que nous joignons a été rédigé par des camarades du Poitou. 

(2) Que font les syndicats ? On ne sait pas … Partis en vacances sans doute ; non ?

(3) Pour celles et ceux qui voudraient en savoir plus sur l’origine du drapeau rouge et noir, ils peuvent se rendre sur le site de l’Union Communiste Libertaire : https://www.unioncommunistelibertaire.org/Histoire-sur-les-origines-du-drapeau-rouge-et-noir


TRACT ANTI PASS DISTRIBUÉ SAMEDI 14 AOÛT



on Twitter


on Facebook




Source: Lamouetteenragee.noblogs.org