Avril 24, 2016
Par Paris Luttes
207 visites


 - 369.7 ko

Comment faire grève si je suis isolé.e

En période de mobilisation contre la loi dite “loi Travail” plusieurs journées de mobilisation et de grèves sont prévues et nombreux sont ceux et celles qui souhaitent y participer. Mais comment faire ? Nous avons demandé à un camarade anarcho-syndicaliste du groupe Salvador-Seguí de nous aider à y (…)

Communiqué de la CNT-F

Les journées de mobilisation des 9, 31 mars et celle du 9 avril ont montré la détermination du monde salarié et de la jeunesse à faire barrage au nouveau projet de loi antisocial du gouvernement “socialiste”.

Ce gouvernement de “gauche” réprime comme jamais le monde du travail

Les salariés d’Air France licenciés pour une malheureuse chemise déchirée, les Goodyear condamnés à de la prison ferme pour avoir retenu des cadres quelques heures, une inspectrice du travail condamnée pour avoir fait son boulot (Tefal, Annecy), des policiers qui interviennent dans un centre de tri lors d’une assemblée syndicale (La Poste, Asnières), un militant condamné à 40 000 euros d’amende pour avoir participé à la lutte anti-CPE (SNCF, Metz), une section syndicale licenciée pour avoir fait grève (People and Baby, Paris)…

Ce gouvernement de “gauche” réprime comme jamais la jeunesse dans les manifestations et la précarise au boulot

Mais beaucoup d’autres journées et initiatives lancées par les étudiants et lycéens, qui sont aussi souvent des salariés précaires, ont révélé une jeunesse consciente et combative.

Après la droite aux affaires, la gauche aussi : c’est tout pour les patrons !

L’ensemble des forces sociales doit donc prendre acte que ce gouvernement, comme les précédents, ne sert que les intérêts du patronat. Les changements ne viendront que de notre engagement social.

Ainsi les quelques organisations étudiantes ou lycéennes qui ont été reçues chez Valls le 11 avril dernier, peut-être suivies par d’autres, reconnaissent non seulement ce dernier comme interlocuteur, mais prennent en outre la responsabilité de fractionner et casser le mouvement plutôt que de le renforcer, en restant fermes sur le retrait sans autre négociation.

Comme d’habitude, les intérêts des uns et des autres jouent le rôle néfaste de la division.

Lire la suite

Du 28 avril au 1er mai, faisons sa fête à la loi travail

Appel du Mili (Mouvement Inter Luttes Indépendant) à manifester jeudi 28 avril et dimanche 1er mai.

Communiqué de la CGT IDF

Les différentes manifestations unitaires contre le projet de « loi travail » ont ras- semblé des centaines de milliers de manifestants !

Salariés, jeunes, retraités : une majorité de la population considère que le projet de loi « El Khomri » est néfaste, et qu’il doit être retiré ! Face à la mobilisation, le gouvernement est contraint d’entendre les organisations de jeunesse et de répondre à certaines de leurs revendications. Pour autant, les jeunes et leurs organisations montrent une détermination intacte : Le gouvernement doit retirer son projet de loi !

La « loi travail », répond aux exigences des grands patrons du Medef de baisser le coût du travail, d’assouplir les critères du licenciement économique, d’étendre « les accords pour travailler 
plus et gagner moins » au prétexte de préserver l’emploi et la compétitivité avec une hausse du temps de travail et baisse de la rémunération.

La négociation collective serait dévoyée et les syndicats contournés, grâce au référendum d’entreprise et à la possibilité de mandater un salarié pour négocier un accord en l’absence de représentant syndical. Ce serait un affaiblissement de la démocratie sociale en laissant les salariés sous la pression de l’employeur.

L’essence même de ce projet de loi est d’augmenter le lien de subordination du salarié vis-à-vis de l’employeur et renforcer le chantage à l’emploi sur les salariés et leurs représentants au prétexte de la crise économique et de ses conséquences.

Lire la suite

Communiqué de l’intersyndicale

Le gouvernement a présenté le 11 avril dernier, des mesures importantes en faveur des jeunes (Aide à la Recherche du Premier Emploi, surcotisation des CDD, amélioration de la rémunération des apprentis, revalorisation des bourses, prolongation du droit aux bourses, création de places en BTS….). Pour les organisations CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL ces annonces sont le fruit des fortes mobilisations des jeunes, à l’appel des organisations lycéennes et étudiantes au côté des salariés. Elles répondent aux revendications portées de longue date par les organisations de jeunesse. Les organisations seront particulièrement vigilantes sur la mise en œuvre de ces mesures pour améliorer la formation et l’insertion à l’emploi des jeunes.

Pour autant, le désaccord sur le projet de loi reste entier. Et le 9 avril a permis à des milliers de personnes de toutes catégories sociales n’ayant pu se mobiliser jusqu’ici de s’inscrire dans le mouvement. L’opinion publique soutient cette mobilisation et de nombreuses initiatives se multiplient au niveau local. Le gouvernement doit poursuivre dans la voie du dialogue amorcé avec les organisations de jeunesse. Il doit aussi écouter les organisations de jeunesse et de salariés qui restent toujours opposées à la loi Travail.

Les organisations signataires rappellent une nouvelle fois que les pouvoirs publics doivent garantir le droit à manifester, à se réunir, à s’organiser tout en assurant la sécurité des manifestants.

Lire la suite




Source: