L’AG inter-luttes du 21 Mars 2016 à l’Université de Tolbiac, cette fac qui a tout tenté pour casser la mobilisation en fermant ses grilles le 17 mars et en autorisant la police à entrer déloger, blesser et appréhender ses étudiants, s’est terminée par une manifestation dite “sauvage”. Un réel moment de liberté et de libre expression d’une colère légitime face à l’état d’urgence, les violences policières et la misère sociale. L’occasion de rappeler brièvement à l’état qu’il n’est pas craint par sa jeunesse mais que lui serait bien inspiré de la craindre…

“État d’Urgence, état policier”… Tu t’y attendais pas à celle là ?

Parce qu’à force de promesses en l’air, de répression, de poudre aux yeux, d’exploitation, de fermetures administratives, de misère sociale, de violence policière, ta jeunesse reprend ses libertés : occupe des lieux, discute, s’exprime, s’organise, manifeste où bon lui semble et sans attendre ton autorisation ou celle des syndicats à ta botte ! Ces vrais moments de liberté ta jeunesse les prennent et c’est ton beau mobilier urbain qui part en éclat ! Tes banques, tes multinationales et tout les symboles de ta violence subissent alors la sienne avant même que tes chiens de garde n’aient pu réagir ! Cette colère c’est toi qui la provoque… 300 ce soir, peut être des milliers demain ! Tu ne pourra pas gagner !!