Cette politique a atteint son point critique avec le désastre de la rue d’Aubagne et les nombreux délogements qui l’ont suivi. Les revendications des habitant.e.s de la ville, non prises en compte, mais réprimé.

On se souvient par exemple de la marche de la colère, de la répression sur la Plaine allant jusqu’à un mur érigé en 48h contre les habitants et l’acharnement sur les Gilets Jaunes chaque semaine depuis six mois. Nous n’oublions non plus les violences exercées dans les quartiers Nord comme le délogement des habitant.es du parc Corot et de Kalliste ainsi que l’abandon des mineur.es isolé.es de la part du département.

100 000 mal logé.es ou pas logé.s du tout, 33 000 logements vides : défendons ensemble les réquisitions et les occupations en cours, à l’image du 59 St Just (procès le 27 juin) et des dizaines de lieux menacés d’expulsion.

Les pouvoirs publics ont suffisamment prouvé leur mépris des habitant.es et leur bonne volonté au service des spéculateurs immobiliers pour alimenter un apartheid social et raciste.

Ensemble, habitant.e.s, Gilets Jaunes, reprenons la main sur la politique, prenons la ville le 1er juin.

Rendez-vous 14h au Vieux-Port


Article publié le 20 Mai 2019 sur Mars-infos.org