Mais après une semaine dans un gymnase, le SIAO 13 [1] leur trouve des places dans des hôtels indécents. La mairie aurait pourtant dû, dès l’évacuation, prendre en charge l’ensemble des occupant.e.s selon les obligations inscrites dans la charte de relogement. Ces solutions n’ont toujours pas été mises en place. Or, on peut supposer que les délais en hôtel seront interminables et déboucheront sur des propositions inadaptées au regard de leur situation économique et des conditions d’accueil des demandeur.euse.s d’asile dont l’État, par le biais de l’OFII [2] et de la PADA [3], est responsable. Ceci fait écho à la politique indigne du logement à Marseille.

Nous exigeons que la ville de Marseille prenne ses responsabilités sans faire de discrimination parmi les délogé.e.s du bd Dahdah. Nous demandons un logement décent et adapté, non seulement pour les délogé.e.s, mais aussi pour toutes les personnes mises à la rue par l’État et ses politiques de paupérisation. Nos revendications restent les mêmes que celle rendues publiques lors de la conférence de presse du vendredi 22 novembre :

  • Que la ville de Marseille applique immédiatement la charte pour un relogement digne
  • Que l’EAPE mène ses missions à bien et reconnaisse comme occupantes de bonne foi toutes les personnes délogées du 51 boulevard Dahdah
  • Que l’OFII et son sous-traitant la PADA respectent le droit des étrangers et assurent un logement immédiat pour tou.te.s les demandeur.se.s d’asile et dubliné.e.s tout au long de la procédure
  • Que l’Etat reconnaisse que sa gestion déplorable de l’hébergement dans le cadre de sa politique d’asile fait prospérer le business des marchands de sommeil au détriment des personnes les plus précarisées
  • Que les délogé.e.s soient toutes et tous relogé.e.s de manière pérenne et dans des conditions qui répondent à leurs besoins
  • Un logement digne pour tous et toutes

De plus, nous exigeons que les délogé.e.s aient accès dans les plus brefs délais au bâtiment pour récupérer leurs affaires ou constater la disparition de celles-ci, une inquiétude partagée parmi eux et elles.

Jeudi 12/12 rassemblement a 14h devant la pada (halle puget) puis marche vers la Mairie

Les expulsé.es du Bd Dahdah, Collectif du 5 Novembre, Al Manba/Soutien Migrant.e.s 13


Article publié le 11 Déc 2019 sur Mars-infos.org