La réponse de la mairie est celle de la non-intervention et, surtout, du refus de condamner fermement la présence et l’activité bouillonnante de l’extrême-droite à Lyon.

PNG - 2.4 Mo
Mairie du 1er arrondissement de Lyon, ou le drapeau noir flotta le 1er Mai 2017.

Rue 89 rapporte que le maire Georges Képénékian a déclaré un lapidaire “Nous sommes ici extrêmement attentifs à ce sujet. Je ne peux que réaffirmer la volonté de notre ville que le quartier classé, Vieux Lyon, ne devienne pas leur point de ralliement. Une fois que cette affirmation est reformulée ici vous imaginez bien que ça prend des temps, des tournures et des dispositifs multiples et différents mais croyez bien que nous avons cette détermination.”

PNG - 612.7 ko
Une des photos des deux ultra élus à la tête de Lyon qui avaient déclaré que nous étions dans le « temps de l’action ». RedKépénékian and Blacksecheresse

Tandis que les mairies de Strasbourg et de Chambéry ont voté des motions symboliques, ici, à Lyon, la réaction est de prendre des pincettes et de ne pas se mouiller. Tandis que Gérard Collomb n’a pas de mots assez durs pour parler des groupes progressistes et révolutionnaires qui viennent en aide aux migrants et aux migrantes, il s’est toujours montré d’une prudence d’ange envers les fascistes.

Collomb et son dauphin, Képénékian, illustrent la double face des dirigeant.e.s bourgeois.e.s. Lorsqu’il s’agit des masses populaires, des exploité.e.s, des opprimé.e.s, là, l’Etat ne connaît ni les limites, ni ses propres lois. En témoignent les exécutions extrajudiciaires que sont les bavures en bavures. Lorsqu’il s’agit des fils et filles de bonne famille, de la bonne bourgeoisie catholique et réactionnaire de Lyon et des alentours, là, immédiatement, les lois doivent être respectées le plus strictement possible.

Le refus d’une prise de position a un sens, il est celui de la protection envers les fascistes. Il est celui d’avouer que ceux-ci ont droit de cité dans la ville de Lyon. La bourgeoisie ne punira pas ses enfants, surtout qu’ils lui sont bien utile, en ces temps de lutte sociale, comme cela a pu être observé à Montpellier ou à Lille. Là, les fascistes ont agi en auxiliaire de police. Dès lors pourquoi les réprimer.

Mais naïfs et naïves sont celles et ceux qui espéraient autre chose ! La GALE a toujours défendu l’idée qu’il n’y avait rien à attendre des discussions de salon qu’entretiennent les bourgeois et les bourgeoises entre eux. Il n’y a de plus rien à attendre de la part des institutions autrement que des promesses en l’air, des pactes avec le diable, ou des trahisons. Tout ce que proposent les bourgeois.e.s, c’est de sacrifier la mobilisation antifasciste, de la détruire.
D’autant que l’application du programme des fascistes se fait déjà, économiquement par les Lois Travail, juridiquement par l’état d’urgence permanent, dans la répression des réfugiés par les circulaires Collomb. Et il faudrait compter sur ces individus, sur le PS, sur ceux qui appliquent ou ont appliqué la politique des fascistes pour gagner ?

La GALE défend une conception de l’antifascisme autre. Un antifascisme indépendant des institutions, basée sur l’autonomie de classe. La victoire contre le Bastion Social, l’an passé, fut la fruit d’une mobilisation qui a forcé les autorités à mettre fin à l’existence de cette verrue immonde sur la Presqu’île. C’est également par la mobilisation que le nouveau Bastion Social, tout comme les lieux fascistes en général, pourront être rendus intenables.

Les fascistes ont beau se voir en seigneurs des rues, ont beau parader lorsqu’ils sont en nombre, ils savent que la plus grande majorité des lyonnais et des lyonnaises les regardent comme des fanatiques, comme des racistes de bas étage, comme des illuminés. Seuls, ils se camouflent, cachent ce qu’ils et qu’elles pensent, de peur d’être démasqué.e.s. Lyon la bourgeoise peut les voir comme des auxiliaires de police comme une milice réactionnaire, mais Lyon la populaire les rejette !

La GALE continuera sa lutte pour démasquer ces fascistes aux yeux de tous et de toutes. Pour que les fascistes n’aient plus de refuge. Pour que, partout où ils aillent, ils soient chassés comme les vermines qu’ils sont !

La GALE