reçu par mail / vendredi 21 août 2020

HENDRIX GENETICS : LA TORTURE GÉNÉTIQUE, UN BUSINESS SADIQUE

Hendrix Genetics (HG) est une société « familiale » privée néerlandaise, dont les parts majoritaires sont détenues par la famille Hendrix (société « Thijs Hendrix Beheer BV ») et dont le président est Thijs Hendrix.
Le groupe est implanté dans plus de 25 pays sur les 5 continents, leader mondial dans la « production » de dindes, de poules asservies pour leurs œufs, et de truites [1]. Il dispose également d’une part de marché croissante dans la « production » mondiale de cochons, de pintades [2], de saumons et de crevettes [3], et possède la société d’abattage STVO. Hendrix Genetics contrôle ces filières de A à Z, torture génétique, naissage, puis assassinat.

L’objectif des sociétés de torture génétique comme HG est principalement de créer des souches d’animaux toujours plus productifs afin que chacun·e d’entre elleux constitue une garantie de rendement maximum, que ce soit tout au long de son exploitation (pour le lait ou les œufs par exemple), ou au moment de la pesée à l’abattoir.
Hendrix Genetics travaille notamment sur des poules dites « pondeuses » capable de pondre 500 œufs par an [4]. Dans la filière actuelle, chaque poule – déjà génétiquement torturée – produit environ 368 œufs par an, ce qui semble encore trop peu pour ces assoiffés d’argent et de sang. Dans la nature, les poules pondent moins de 20 œufs par an [5].

Le lieu qui a été ciblé ici, dans le Maine-et-Loire, est spécialisé dans la génétique des dindes. HG est le leader mondial de la « production » de dindes. Plus de la moitié des reproductrices·eurs expédié·es dans le monde entier sont des dindes torturé·es génétiquement par HG. « Hybrid Turkeys » est une de leurs marques génétiques [6], dont l’objectif principal est d’obtenir des dindes et dindons à la poitrine plus développée, ainsi qu’une baisse des coûts de « production » [7].

HG travaille également sur la génétique salmonicole, et est implantée dans deux des trois plus importants pays « producteurs » de saumon à l’échelle mondiale : au Chili et en Écosse. Les œufs de saumons sont commercialisés aux élevages sous leur marque « Landcatch » [8].

HG a créé, sous la société Hypor, « la truie la plus prolifique au monde » [9]. Cette truie permet aux esclavagistes d’augmenter leurs revenus tout en réduisant leurs dépenses. D’une part, cette truie a besoin de moins d’aliments que les autres, faisant ainsi baisser les coûts d’alimentation, qui représentent 60 à 70% des coûts de « production » d’un élevage. D’autre part, cette véritable truie-usine peut mettre au monde plus de 30 porcelets par an, avec un « taux de survie » élevé et des poids uniformes à la naissance. Leur croissance est accélérée, c’est-à-dire que ces cochons peuvent être envoyé·es à l’égorgement 10 jours plus tôt que les autres souches, permettant aux éleveurs de diminuer encore leurs coûts de « production ». La chair de ces cochons serait plus « maigre », de « meilleure qualité », offrant donc un meilleur « rendement carcasse ».

Enfin, HG s’est également spécialisé en sélection de « poulets traditionnels » sous la marque Sasso, qui intervient dans la torture génétique de poussins « de chair » depuis les années 60, lorsque la première volaille « Label Rouge » a été créée.
Sasso a été créée pour « produire » des animaux génétiquement modifié·es et pour les vendre aux esclavagistes de poussins à l’âge d’1 jour.

Les ABOLITIONNISTES de L’ESCLAVAGE doivent impérativement comprendre les rouages de l’élevage.
Pour stopper les assassinats, c’est au début de la chaîne qu’il faut intervenir :
– Les tortures génétiques permettant un rendement maximal du corps-usine de nos sœurs et frères
– Les tortures hormonales avec des prises médicamenteuses forcées venant du sang de juments enceintes issues de « fermes à sang » [10], afin de déclencher et de synchroniser les chaleurs des femelles
– Les tortures génitales avec les viols procréatifs pour faire naître sans arrêt, et « produire » des individu·es à la chaîne

Tout ceci profite à plusieurs secteurs :
– Les sociétés de tortures génétiques comme Hendrix Genetics (mais il en existe une multitude !) qui fournissent aux élevages les animaux esclaves qui remplissent les hangars
– Les centres de recherche comme l’INRAE, qui bénéficie d’argent PUBLIC investi dans la recherche POUR l’élevage
– Les laboratoires pharmaceutiques comme Sanofi, Roche, Ceva, Hipra, Merck, etc. qui vendent des hormones de juments enceintes aux élevages, ainsi que les shoots médicamenteux de vaccins, antibiotiques et autres drogues pour faire fonctionner l’élevage dans sa globalité
– Les éleveurs qui diminuent leurs dépenses et augmentent leurs revenus grâce à la génétique et aux laboratoires pharmaceutiques
– Mais surtout, la fin de la chaîne : les multinationales comme Nestlé, JBS, Lactalis, Danone, Tyson Foods, Cargill, Bigard, etc.

INFORMONS-NOUS ET STOPPONS LA SOURCE DU MAL : DÉTRUISONS LA GÉNÉTIQUE ANIMALE !

[1] hXXps://www.hendrix-genetics.com/fr/selection-animale/truite/
[2] hXXps://www.hendrix-genetics.com/fr/selection-animale/pintades/s%C3%A9lection-pintades/
[3] hXXps://www.hendrix-genetics.com/fr/selection-animale/crevette/
[4] hXXps://www.hendrix-genetics.com/fr/selection-animale/poules-pondeuses/
[5] hXXps://www.permaculturedesign.fr/evolution-poule-coq-origine-histoire-elevage-nature-oeuf/
[6] hXXps://www.hybridturkeys.com/fr/about-us-fr/
[7] hXXps://www.hendrix-genetics.com/fr/selection-animale/dindons/
[8] hXXps://www.hendrix-genetics.com/fr/selection-animale/saumon/
[9] hXXps://www.hypor.com/fr/product-fr/libra-fr/
[10] hXXps://www.youtu.be/Jf_HN4O8r28


Article publié le 22 Août 2020 sur Attaque.noblogs.org