Mai 4, 2020
Par Le Monde Libertaire
191 visites

Rubrique à parution aléatoire, Le rat noir de la bibliothèque vous propose les livres que le ML aura lus et aimés. Que la lecture de ces recensions vous donne l’envie de lire les livres proposés.

De l’athéisme

Alain Georges Leduc nous a fait parvenir ce petit bouquin. Quelle respiration en ces premiers jours de printemps durant lesquels les culs-bénis de religions monothéistes se donnent rendez-vous pour fêter leur machin-bidule-maison. Pessa’h pour les Juifs, Pâques pour les protestants, les cathos ou les orthodoxes, tandis que le Ramadan vient de commencer pour les Musulmans. Difficile pour un athée d’échapper à cette « omnipotence » religieuse dans nos villes. Où se réfugier alors ? Le rat Noir dirait : « Mais dans les livres, tiens ! » Encore plus dans celui-ci, petit assemblage heureux de textes qu’il fait si bon lire ou relire. Ecrits d’époques encore proches puisque l’athéisme n’a pas d’âge ! Epoques (bénies !) où la gouaille se disputait encore avec l’élégance du discours.
AG Leduc présente tout d’abord la réédition d’un échange par articles interposés entre deux résistants, Roger Vaillant et Louis Martin-Chauffier. 1945. La guerre vient de se terminer. Tous les deux sont liés par les mêmes journaux d’obédience communiste, « Action » et « Libération ». Roger Vaillant est un écrivain sans dieu, aux accents anarchistes et Louis Martin-Chauffier un antifasciste catholique, mais rebelle. Il a connu les camps et a réussi à en revenir. Dans leurs échanges, ils savent rester courtois tout en se cherchant des poux dans la tête. S’ils ne sont pas d’accord, tous les deux en conviennent c’est sur : l’essentiel ! Après des échanges dignes de gens intelligents, car chacun ira au bout de sa logique, ils finiront par convenir que l’essentiel donc, fut « de s’être battus côte à côte pendant la Résistance, dans une fraternité humaine, simplement humaine ».
AG Leduc nous ressort ensuite deux articles de Louis Martin-Chauffier. Dans l’un « Accusé levez-vous », il pose la juste question de savoir ce qu’il aurait convenu de faire au traitre Pierre Laval, entre une condamnation à l’exil qu’il juge « trop généreuse » ou une autre à la prison « trop douce », (on connait la chute). Dans le second « Le métier de grand-homme », Martin Chauffier s’interroge sur Charles de Gaulle « Cet homme qui s’était préparé toute sa vie au métier de grand homme et qui avait un mépris radical de l’homme au sens « chrétien » du terme » … Une analyse digne d’intérêt. Un autre texte présente une interview du même Martin-Chauffier, retranscrite par Dominique Aury, la sulfureuse Pauline Réage, auteure d’Histoire d’O, sur les leçons de vie qu’il a tiré contre les leçons de mort durant son séjour en camp de concentration.
Enfin, Alain Georges Leduc nous raconte la vie et comment avec beaucoup de doigté quelques œuvres de trois grands écrivains athées. Le Marquis de Sade, le libertin qui sévit dans son dialogue entre un prêtre et un moribond. Octave Mirbeau, le journaliste, critique d’art, romancier et dramaturge. Matérialiste impitoyablement lucide, athée radical. Et enfin, Roger Vailland qui appartient à cette lignée essentiellement française « D’esprits libres qui mène depuis des siècles le combat singulier de la Raison humaine contre la notion du sacré sous toutes ses formes, contre l’autel et le trône. » Vaillant rejetant avec la même rigueur, le puritanisme judéo-chrétien et l’hypocrisie communiste en ce qui concerne le sexe et le droit de l’homme au plaisir.
La brochure se clos par l’article de Gustave Brocher « Athéisme » de l’encyclopédie anarchiste de Sébastien Faure. Faure et ses 12 preuves de l’inexistence de dieu dont on ne se lasse pas. Quelques-unes : « La multiplicité des Dieux atteste qu’il n’en existe aucun » / « Dieu n’est pas infiniment bon, l’enfer l’atteste » / « Irresponsable, l’homme ne peut être puni, ni récompensé » / « Dieu viole les règles fondamentales de l’équité » ou encore « Ce Dieu n’a pas voulu être connu de nous et ne se soucie aucunement de nos adorations. En ce cas, tous les cultes sont absurdes et tous leurs dieux sont faux, car aucun ne ressemble au Dieu réel. » Ces, Sébastien Faure, Sade, Mirbeau et Vaillant qui, -tout comme les Helvétius, d’Holbach, d’Alembert, Diderot, Marat, Babeuf ou Buonarotti- ont été soumis à l’opprobre et salis par tous les écrivains réactionnaires…
Patrick Schindler, groupe Botul FA
Alain Georges Leduc, De l’Athéisme, éd. Theolib (Résistances), 16€. Disponible à la librairie Publico




Source: Monde-libertaire.fr