Nous avons Ă©crit une lettre ouverte Ă  l’attention de la Ministre du travail. Elle aborde la demande scandaleuse de Korian de pouvoir licencier notre dĂ©lĂ©guĂ©e syndicale, M. Khedidja, Aide mĂ©dico-psychologique et lanceuse d’alerte. CollĂšgues, salariĂ©-es du secteur ou non, familles de personnes ĂągĂ©es en EHPAD, nous avons besoin de votre soutien !

La lettre ouverte

Co-signez cette lettre ouverte en suivant ce lien

Madame la Ministre du Travail,

cela fait plusieurs mois que vous avez sur votre bureau une demande de la multinationale “Korian – Expert des services de soin et d’accompagnement aux seniors”. Les dirigeants de cette entreprise vous ont en effet demandĂ© de contredire vos services d’inspection du travail de l’Yonne. En avril dernier la Direccte avait refusĂ© d’autoriser le licenciement de Mme M. Khedidja, aide-soignante auprĂšs de personnes ĂągĂ©es et lanceuse d’alerte. Korian s’est donc tournĂ© vers vous en juin dernier afin que vous vous prononciez sur cette demande de licenciement.

Korian vous demande d’autoriser le licenciement d’une reprĂ©sentante du personnel qui a jouĂ© son rĂŽle d’élue. Elle a mis sur la table les dysfonctionnements de sa structure, les impacts que cela a sur les salariĂ©-es mais aussi sur les personnes ĂągĂ©es accueillies.

Korian vous demande d’autoriser le licenciement d’une dĂ©lĂ©guĂ©e syndicale SUD SantĂ© Sociaux – Union Syndicale Solidaires. Alors que les Ă©lections professionnelles auront lieu dans quelques semaines dans cette entreprise et que Khedidja bat la campagne Ă©lectorale avec les autres militantes de la section syndicale.

Korian vous demande d’autoriser le licenciement d’une salariĂ©e qui a respectĂ© les procĂ©dures internes et qui a alertĂ© sa direction en constatant par exemple l’utilisation de mĂ©dicaments et nourritures pĂ©rimĂ©s. En juillet dernier, un audit interne pilotĂ© par l’employeur lui-mĂȘme a d’ailleurs confirmĂ© la prĂ©sence de mĂ©dicaments pĂ©rimĂ©s. Dans un autre Ă©tablissement Korian prĂšs de Toulouse, une enquĂȘte est toujours en cours suite au dĂ©cĂšs par intoxication alimentaire de 5 rĂ©sident-es.

Comme vous le savez, cette histoire scandaleuse a de multiples volets, des procĂ©dures juridiques sont d’ores-et-dĂ©jĂ  lancĂ©es et certains chapitres se rĂ©gleront devant le conseil des Prud’hommes et devant les tribunaux au pĂ©nal.

C’est donc Ă  vous de dĂ©cider, Madame la Ministre, depuis juin dernier.

Vous connaissez le contexte catastrophique dans les EHPAD.

Madame Buzin, ministre des SolidaritĂ©s et de la SantĂ©, a Ă©tĂ© interpellĂ©e Ă  plusieurs reprises par les salariĂ©-es du secteur et de l’aide Ă  domicile. Des reportages provoquent rĂ©guliĂšrement un Ă©moi important dans l’ensemble de la population. Des collectifs de familles d’usager-es se forment et se mobilisent rĂ©guliĂšrement. Cette situation n’est pas sans faire Ă©cho Ă  la mobilisation dans les services d’urgence des hĂŽpitaux.

La semaine passĂ©e, L’Obs a consacrĂ© un premier articlesur ce cas particulier Ă  Korian qui illustre une problĂ©matique globale. D’autres suivront.

Autoriser le licenciement de Mme M. Khedidja serait un triple signal envoyĂ© aux salariĂ©-es, aux employeurs et aux usager-es des EHPAD.

- Cela montrerait le dĂ©sintĂ©rĂȘt de l’ensemble du gouvernement sur la maniĂšre dont on traite nos aĂźnĂ©-es dans les EHPAD et le rĂŽle que les salariĂ©-es peuvent jouer en tant que lanceurs et lanceuses d’alerte,

- Cela entretiendrait le sentiment d’impunitĂ© qui rĂšgne dans un secteur fortement fĂ©minisĂ© en matiĂšre de respect du droit du travail,

- Cela en dirait long sur le peu de cas que vous faites de la notion de “salariĂ©-e protĂ©gĂ©-e”, concept juridique pourtant essentiel Ă  l’exercice d’un mandat Ă©lectif ou syndical dans une structure privĂ©e.

Ce n’est pas la premiĂšre fois que des syndicalistes de l’Union Syndicale Solidaires et d’autres organisations syndicales font face Ă  ce genre de procĂ©dure.

Sachez donc que les salarié-es dans leur globalité, de la Santé, du Médico-social, du Social en particulier ainsi que les familles des personnes ùgées et nos organisations attendent votre décision avec impatience.

Madame PĂ©nicaud,

c’est l’heure de refuser le licenciement de Khedidja !

Lettre ouverte de la fédération Sud Santé Sociaux et de son Union Syndicale Solidaires. Septembre 2019


Pour aider Khadidja :

– Co-signez cette lettre ouverte en suivant ce lien

– Relayez cette lettre ouverte autour de vous !

– Prenez contact avec les syndicats SUD SantĂ© Sociaux et l’Union Syndicale Solidaires la plus proche de chez vous.

ensemble levons l’omerta dans les ehpad !


Article publié le 26 Sep 2019 sur Solidaires.org