Mars 2, 2020
Par Le Monde Libertaire
146 visites


« A un petit nombre d’ exceptions prĂšs, celui qui occupe une grande place, sans y avoir Ă©tĂ© portĂ© par l’opinion publique, son droit, ou son mĂ©rite, est nĂ©cessairement un intrigant. »
Pensées (1829) de Constance Marie de Théis, princesse de Salm-Dyck

Entre 2009 et 2013, Macron a encaissĂ© 3.100.000 euros, 2.900.000 qui venaient de chez Rothschild dont 1.000.000 alors qu’il Ă©tait « en mĂȘme temps » Ă  l’ÉlysĂ©e. En admettant qu’il ait payĂ© la totalitĂ© de l’impĂŽt sur le revenu, il lui reste au minimum 2 Millions. « Or », cette somme, on ne la retrouve pas !
Dans sa dĂ©claration de nouveau ministre Ă  l’HATPV, en octobre 2014, il dĂ©clare un patrimoine de 136.000 euros. C’est faux ! Puisque dans sa dĂ©claration du 24 aoĂ»t 2014, il prĂ©cise : « un actif immobilier, une rĂ©sidence principale Ă  Paris dans le XVe arrondissement acquise en juin 2007, (prix d’achat 890.000 euros plus travaux 70.000 euros), soit un prix de revient de 960.000 euros.
A cette Ă©poque, il Ă©tait encore un trĂšs jeune inspecteur des impĂŽts. OĂč a-t-il trouvĂ© l’argent ? Son explication est quelque peu alambiquĂ©e. Il aurait empruntĂ© 560.000 euros Ă  Henry Hermand (un magnat de la presse et de la grande distribution) et pour rembourser cet emprunt, en 2011, il aurait fait un autre emprunt de 1.000.000 euros dont 856.000 au CrĂ©dit mutuel (en deux fois), puis 200.000 euros Ă  nouveau Ă  Henry Hermand. Il n’a donc pas touchĂ© Ă  son capital de 2.000.000 d’euros.
Comment un ĂȘtre aussi brillant, qui, de surcroĂźt est inspecteur des finances, conseiller financier Ă  l’ÉlysĂ©e du PrĂ©sident de la RĂ©publique, puis ministre de l’Économie, de l’Industrie et du NumĂ©rique peut-il avoir de telles lacunes en matiĂšre fiscale ?
Car l’étude de la HATVP (Haute autoritĂ© pour la transparence publique) pose clairement la question de la nature des rapports qui pourraient exister entre Macron et Rothschild et Co Bank ainsi qu’avec le monde de la finance en des termes qui ne laissent planer que peu de doute sur la collusion de ses intĂ©rĂȘts politiques et financiers :
– dĂ©claration mensongĂšre et erronĂ©e ;
– sous-Ă©valuation financiĂšre ;
– anomalie fiscale ;
– omission de crĂ©ance ;
– dissimulation de trĂ©sorerie ;
– omission de dĂ©claration d’une perte substantielle de ses intĂ©rĂȘts ;
– dĂ©claration mensongĂšre et omission manifeste de pertes d’actifs ;
– omission de dĂ©claration de revenus communs entre (Brigitte et Emmanuel) ;
– omission de souscription de dĂ©claration Ă  l’ISF (impĂŽt sur la fortune).
Excusez du peu, cela fait beaucoup pour un seul homme, mĂȘme si ce dernier est devenu PrĂ©sident de la RĂ©publique
 Il doit confondre opacitĂ© et transparence pour quelqu’un qui n’a Ă  la bouche que le mot transparence, cela sonne faux !
Toutes ces malversations, ces passe-droits n’ont pas empĂȘchĂ© cet « honnĂȘte personnage » de se prĂ©senter aux Ă©lections prĂ©sidentielles et de se draper de toutes les vertus dont celle de la vĂ©ritĂ© !

Et Miracle !
Une fois Ă©lu prĂ©sident, 18 % sur 45 millions d’électeurs inscrits, il est devenu subitement intouchable et tout comme son homologue le pape François, il est parĂ© de toutes les vertus et notamment l’honnĂȘtetĂ© et il ne peut pas mentir. La rĂ©vĂ©lation divine lui est apparue, il ne peut donc pas se tromper. Le savoir lui est tombĂ© sur le crĂąne
 Il est blanc comme une image pieuse, tel l’enfant qui vient de naĂźtre. Il ne peut pas ĂȘtre jeune et donc dĂ©jĂ  corrompu comme les vieilles ganaches politiciennes. Quand il apparaĂźt, on lui donnerait le bon Dieu sans confession tant ses paroles, son sourire de jĂ©suite pourtant mĂ©prisant, sont emprunts de compassion
 pour « son » peuple. Il n’a de cesse que de vouloir « son » bonheur, seulement « en mĂȘme temps », il met tout en Ɠuvre pour le priver des libertĂ©s, l’appauvrir pour mieux l’enchaĂźner !
C’est au point oĂč la HATVP aurait dĂ» faire en sorte qu’il soit mis en examen pour tous les manquements Ă  la dĂ©ontologie et Ă  la Justice et ne pas lui permettre d’ĂȘtre candidat. Mais cet organisme a Ă©tĂ© subitement atteint de cĂ©citĂ© et je dirais mĂȘme de la maladie d’Alzheimer puisqu’il a dĂ©clarĂ© illico presto que tout Ă©tait normal dans la dĂ©claration de Macron. Et, coĂŻncidence et cerise sur le salaire d’Émile Logeot, le prĂ©sident de la commission chargĂ©e du contrĂŽle des comptes de campagne, il a Ă©tĂ© augmentĂ© de 65% avec effet rĂ©troactif dĂšs l’élection de sa saintetĂ© Macron !
De mĂȘme que la curiositĂ© et le sens critique de la quasi-totalitĂ© de tous les journalistes se sont Ă©teints.

Justhom (Groupe de Rouen)




Source: Monde-libertaire.fr