Mars 15, 2021
Par Cerveaux Non Disponibles
188 visites


En janvier 2020, nous Ă©crivions un article intitulĂ© “Macron, Startup fasciste”. C’était avant la loi sĂ©curitĂ© globale, avant la pandĂ©mie et ses dĂ©rives liberticides, avant la loi sĂ©paratisme. dĂ©jĂ , nous pointions les Ă©lĂ©ments autoritaires et fascisants du rĂ©gime Macron. Les 13 derniers mois n’ont fait qu’accentuer ces traits. Le cĂŽtĂ© autoritaire du pouvoir actuel fait presque consensus aujourd’hui, Ă©tant mĂȘme pointĂ© du doigt par plusieurs ONG et instances internationales.

Mais si autoritaire soit-il, Macron est-il raciste ?

Selon nous, le prĂ©sident de la RĂ©publique n’a pas un racisme viscĂ©ral. Il ne pense pas aux noirs, arabes et/ou aux musulmans tous les matins, terrorisĂ©, en se rasant. Il ne pense pas que certaines “races” soient supĂ©rieures Ă  d’autres. Sur la question des religions, il a mĂȘme probablement une certaine ouverture et une comprĂ©hension de la diversitĂ© et de la richesse des cultes qui traversent le monde (et donc la France).

De ce point de vue, Macron n’est pas Le Pen (Marine, Jean Marie ou Marion).

Mais l’ensemble du tableau prĂ©sidentiel n’en reste pas moins trĂšs sombre et inquiĂ©tant. Rarement les minoritĂ©s (culturelles, religieuses, ethniques) n’avaient Ă©tĂ© aussi stigmatisĂ©es de façon structurelle, au plus haut niveau de l’état. Bien sĂ»r, il y a eu Chirac avec “le bruit et l’odeur” ou plus rĂ©cemment Sarko et son Karcher. Mais jamais le racisme n’avait Ă©tĂ© aussi prĂ©sent et permanent dans les discours, les dĂ©bats et les lois votĂ©es.

Comment expliquer ce “paradoxe” ?
Malheureusement trĂšs simplement. Macron n’est pas le prĂ©sident de tous les Français. Il est le prĂ©sident des riches. Des ultras riches. Ce sont eux qui l’ont placĂ© au pouvoir, et c’est pour eux qu’il gouverne.

Or, dĂšs le dĂ©but du rĂšgne Macron, le systĂšme a Ă©tĂ© Ă©branlĂ© comme rarement il l’avait Ă©tĂ© depuis mai 68. Le mouvement des Gilets Jaunes a frĂŽlĂ© l’insurrection et le renversement du systĂšme. Pendant des mois, une trĂšs large partie de la population a soutenu un mouvement qui appelait ouvertement Ă  renverser la table, Ă  redĂ©finir les rĂšgles du vivre ensemble, les principes de solidaritĂ©, de justice fiscale, de rĂ©partition des richesses. En ligne de mire, ce n’était pas Macron qui Ă©tait visĂ©, mais le systĂšme ultra libĂ©ral. Il ce systĂšme l’a bien compris.

Si l’arsenal sĂ©curitaire et ultra rĂ©pressif a permis de stopper la contestation dans la rue, il n’était pas suffisant pour stopper la rĂ©volte des esprits. Or, dans ce cas lĂ , l’ultime recours est bien Ă©videmment de diviser la population. Monter les pauvres les uns contre les autres, pour Ă©viter qu’ils s’unissent pour combattre. Pointer des responsables. Faire la chasse aux sorciĂšres.

Les questions de l’Islam et de l’immigration sont donc sciemment utilisĂ©es par le pouvoir pour crĂ©er des divisions et donc des diversions. Et cela marche.

A tel point que Macron se retrouve pris au piĂšge de l’engrenage raciste : il a placĂ© ces thĂšmes au centre des enjeux de la France 2021, bien aidĂ© par ses mĂ©dias amis. Il doit donc dĂ©sormais porter ces thĂšmes racistes et nausĂ©abonds jusqu’aux prochaines Ă©lections. Pire, avec Le Pen prĂ©sentĂ©e (par les mĂ©dias) comme adversaire principal, Macron se retrouve obliger, pour espĂ©rer ĂȘtre rĂ©Ă©lu, Ă  devoir ĂȘtre plus royaliste que le roi. Enfin, plus raciste que la raciste pure souche.

Au final, qu’importe qu’il soit profondĂ©ment raciste ou fasciste. Ce qui compte pour un prĂ©sident n’est pas ce qu’il pense mais ce qu’il dit, ce qu’il fait, ce qu’il vote. Et sur ce point, Macron est raciste. A la fin de son mandat, il laissera au pays un hĂ©ritage autoritariste et raciste, Ă  la fois dans les esprits, dans les dĂ©bats mais aussi dans les lois.

Dans une Ă©poque oĂč tout va trĂšs vite, oĂč tout peut basculer de façon extrĂȘme et inattendue, ce qu’a fait Macron Ă  la France est extrĂȘmement grave et prĂ©occupant. Et aura des consĂ©quences pendant de longues annĂ©es.

Si une personne se balade dans une forĂȘt en renversant de l’essence et en laissant Ă  plusieurs endroits des allumettes, sans jamais allumer de feu, dira-t-on d’elle que c’est un pyromane ? Est-elle aussi responsable de l’incendie que le pyromane qui, quelques heures aprĂšs, dĂ©couvre des allumettes, en craque une et la balance par terre, ravageant toute la forĂȘt ?

En voulant sauver ses amis et le systĂšme ultra libĂ©ral, Macron a allumĂ© la flamme du racisme. Seul feu capable de protĂ©ger le systĂšme de sa chute inĂ©vitable. Faire cela ne peut ĂȘtre considĂ©rĂ© que comme du racisme, qu’importe si la finalitĂ© ultime n’était pas de faire du mal aux Ă©trangers, aux musulmans ou au noirs.




Source: Cerveauxnondisponibles.net