Mai 16, 2022
Par Nantes Révoltée
261 visites

Il y a 5 ans prĂ©cisĂ©ment, Emmanuel Macron venait d’ĂȘtre Ă©lu, et choisissait pour le jour de sa prise de fonction de dĂ©filer sur un vĂ©hicule militaire. Sinistre symbole qui en annonçait d’autres. En ce jour de 2017, nous dĂ©crivions, dĂ©jĂ , un prĂ©sident «chef de guerre». Voici notre texte publiĂ© Ă  l’époque, il y a 5 ans jour pour jour :


«L’histoire retiendra que Macron a choisi d’ĂȘtre intronisĂ© sur un vĂ©hicule militaire, entourĂ© d’une garde prĂ©torienne. LĂ  ou Sarkozy et Hollande avaient choisi, comme leurs prĂ©dĂ©cesseurs, le confort des voitures de luxe, le nouveau prĂ©sident s’affirme d’entrĂ©e de jeu comme un chef de guerre. Curieuse mise en scĂšne assumĂ© de la RĂ©publique en treillis. 14 juillet avant l’heure. Sur fond d’effondrement de la politique classique, c’est donc une guerre Ă  plusieurs niveaux qui est annoncĂ©e.

  • Guerre intĂ©rieure. Avec en ligne de mire le renforcement de l’état d’urgence et de l’impunitĂ© policiĂšre. Macron annonçait dans l’entre-deux tour comme prioritĂ© du mandat l’antiterrorisme, le recrutement de policiers supplĂ©mentaires et la volontĂ© d’armer encore d’avantage des forces de l’ordre. Une logique illustrĂ©e par le choix d’un prĂ©fet particuliĂšrement violent durant le mouvement contre la Loi Travail en guise de directeur de cabinet, et la sĂ©lection d’un ancien chef du RAID pour reprĂ©senter En Marche ! dans une circonscription parisienne.
  • Guerre extĂ©rieure. Dans la logique impĂ©rialiste belliqueuse ravivĂ©e par dix ans de Sarkozysme et de Hollandisme, qui ont vu les interventions militaires et les ventes d’armes françaises exploser dans le monde entier. Dynamique que le nouveau prĂ©sident entend bien confirmer voire accentuer.
  • Guerre sociale. Fillon avait choquĂ© pendant la campagne en promettant une «Blitzkrieg [guerre Ă©clair] sociale» dĂšs le dĂ©but de son mandat, en sabrant les acquis sociaux le plus vite possible en utilisant le 49.3 et le passage par ordonnances. Macron compte procĂ©der exactement de la mĂȘme maniĂšre, en imposant dĂšs les prochaines semaines une Loi Travail puissance 10 par ordonnance, pour provoquer un effet de sidĂ©ration et neutraliser tout mouvement social. Il s’agit clairement, ici, de guerre contre les pauvres.

Vous avez choisi la finance pour éviter la guerre ? Vous aurez les deux.»


Depuis, non seulement Macron a menĂ© les guerres que nous avions pressenties, mais il faut y ajouter la gestion militaro-policiĂšre de la crise sanitaire, avec la dĂ©claration «Nous sommes en guerre», qui a prĂ©cipitĂ© l’accĂ©lĂ©ration autoritaire du pouvoir.

Il y a 5 ans, Nantes Révoltée avait vu juste sur le quinquennat à venir. Lisez-nous et soutenez-nous pour y voir plus clair dans la période !




Source: Nantes-revoltee.com