Juin 25, 2016
Par Rebellyon
282 visites


Dimanche 26 juin aura lieu la « consultation » orchestrée par le gouvernement sur le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Affichée d’emblée comme un moyen de relégitimer le projet, tout a été mis en place pour favoriser la victoire du « oui à l’aéroport ». Quelle que soit l’issue de cet ersatz de démocratie, la ZAD est menacée mais la ZAD ne se laissera pas faire ! A Lyon comme ailleurs, des dizaines de comités locaux continuent de relayer la lutte.

Oh la belle banderole ! Il y a de la couleur, pour égayer les automobilistes. Et parce que les couleurs, c’est ça qu’on aime et qu’on défend. En face, la grisaille, le monde sécuritaire et aseptisé des bâtisseurs d’aéroports – à peu près les mêmes d’ailleurs qui souhaitent imposer la loi « travaille » à grand renfort d’article 49-3, de lacrymo et de tonfa.


Le silence médiatique est presque total sur la « consultation » qui aura lieu dimanche dans le département de Loire-Atlantique, mais la situation est de plus en plus tendue localement. L’utilité d’un nouvel aéroport ? Bah, ce n’est plus la question ! On ne compte plus les contre-expertises et les argumentaires qui ont désintégré point par point chaque volet – économique, technique, environnemental – d’un projet mal ficelé et d’un autre temps. Lubie de quelques politicards bien copains avec des gros bétonneurs. Oui, ils ont bidouillé les études pour que ça passe crème (raté d’ailleurs !), sous-estimé par-ci, surestimé par-là, et alors ?


Et alors, tout le monde s’en fout ou presque, parce que ce qui s’oppose maintenant dans la région nantaise, ce n’est plus « est-ce que ça vaut vraiment le coup de faire un nouvel aéroport ? », c’est deux visions du monde. Une France qui veut encore croire dans ses institutions, prête à fermer les yeux, à accepter qu’on lui enlève des libertés publiques et à faire semblant d’ignorer la catastrophe environnementale à venir. Pas trop chaude pour changer, tant qu’on lui garantit un minimum de confort et de tranquillité. Cette France-là a peur de ce qui se passe à la ZAD, de ce qu’on y dessine. Un autre monde, d’autres valeurs, un autre mode de vie, tourné vers l’avenir et pas vers le passé. Tant que ça restait quelques paysans, deux trois écolos, un ou deux hippies, bah c’était pas trop inquiétant. Mais depuis 2012, ça devient inquiétant, alors ça fait peur, et l’Etat montre les dents. Mais pour nous, la ZAD c’est l’espoir, un espoir qui déborde dans toute la France et même au-delà. On ne nous l’enlèvera pas comme ça !


Le collectif Rhône NDDL

Des infos détaillées sur le mouvement d’opposition à l’aéroport sur :
http://rhonenddl.wordpress.com
http://zad.nadir.org




Source: