Un coup de projecteur pour faire pression sur l’État. C’est ce qu’espĂšrent les ex-salariĂ©s de Luxfer, Ă  Gerzat Ă  cĂŽtĂ© de Clermont-Ferrand, qui rĂ©clament depuis des mois la nationalisation de leur entreprise fermĂ©e en 2019. Ce jeudi 25 juin Ă  11 h, ils organisent une mobilisation devant le dernier site en Europe qui produisait des bouteilles d’oxygĂšne pour le secteur mĂ©dical. Le mot d’ordre de cette journĂ©e : lutter contre la dĂ©sindustrialisation et pour la relocalisation de la production, afin que les jours d’aprĂšs ne soient plus comme avant.

Et la bataille est loin d’ĂȘtre gagnĂ©e d’avance. L’État a en effet douchĂ© Ă  plusieurs reprises les espoirs de nationalisation des ex-salariĂ©s de Luxfer. D’abord dĂ©but avril par la voix de Bruno Le Maire, puis par le rejet Ă  deux reprises de propositions de loi Ă  l’AssemblĂ©e nationale. Pour reprendre l’initiative, les Luxfer ont invitĂ© de nombreuses personnalitĂ©s d’envergure nationale Ă  Gerzat ce jeudi. Outre les syndicalistes de GM&S et ceux des entreprises de la rĂ©gion menacĂ©es de plans de licenciements, Philippe Martinez viendra apporter son soutien. À ses cĂŽtĂ©s : de nombreux reprĂ©sentants de la gauche politiques parmi lesquels Jean-Luc MĂ©lenchon, RaphaĂ«l Glucksmann ou Éva Sas (EELV).

Avec cette journĂ©e, les ex-salariĂ©s de Luxfer espĂšrent au moins contraindre l’État Ă  faire pression sur le propriĂ©taire de l’usine pour qu’il la cĂšde Ă  un des repreneurs qui s’est portĂ© candidat Ă  un redĂ©marrage de l’activitĂ©.


Article publié le 24 Juin 2020 sur Rapportsdeforce.fr