La ville des Mureaux illustre les mutations de la société française avec la déstructuration du monde ouvrier. Cité qui abrite les ouvriers de l’usine Renault Flins, cette ville incarne également les luttes de l’immigration et des quartiers populaires. 

La classe ouvrière évolue durant la fin du XXsiècle, mais elle continue de lutter. L’observation des quartiers populaires peut permettre de comprendre les mutations économiques et sociales. Dans la ville des Mureaux, les quartiers HLM sont construits dans les années 1960 pour loger les ouvriers de l’usine Renault-Flins.

Ce territoire, avec son urbanisation et son immigration, permet de comprendre l’évolution de la société française. Les quartiers populaires sont souvent observés comme un présent permanent, à travers des clichés médiatiques. Mais ces territoires s’inscrivent dans une histoire, à la fois ouvrière et immigrée. Les luttes qui les traversent permettent de repenser la question sociale.

Manon Ott propose un regard original sur les mutations de ce territoire ouvrier. Elle réalise une enquête sociologique, mais aussi un film documentaire. Elle vit pendant une année aux Mureaux et noue des liens avec les habitants. Elle relie l’histoire de la cité ouvrière avec des trajectoires individuelles dans son livre De cendres et de braises.

 

                  

 

Luttes ouvrières à Flins

 

Après la seconde guerre mondiale, des usines automobiles s’installent dans la vallée de la Seine. Renault, qui appartient à l’Etat, subit des révoltes ouvrières. L’usine de Billancourt à Paris est secouée par de nombreuses grèves. L’Etat décide alors d’implanter des usines plus loin de la ville pour recruter des ouvriers issus de milieux ruraux. La Régie Renault construit des bâtiments à proximité pour loger ses ouvriers.

Le maire socialiste des Mureaux décide d’accueillir des logements collectifs. L’automobile incarne alors la modernité et Renault demeure un fleuron de l’industrie française. L’usine de Flins est inaugurée en 1952 et comprend déjà 2300 employés. Pour les paysans, travailler à Flins est perçu comme une promotion sociale avec des salaires relativement élevés.

La Régie fait construire des grands ensembles aux Mureaux dès 1953. Les tours et les barres apparaissent comme une architecture moderne. L’usine de Flins ne cesse de se développer durant les années 1960. Elle fait alors appel à une main d’œuvre immigrée. Elle recrute des Italiens et des Abruzzes, puis des ouvriers espagnols et portugais. C’est une population jeune et masculine. Mais la contestation de Mai 68 va souffler sur l’usine Renault et sa banlieue.

 

Les ouvriers subissent les cadences et le travail à la chaîne, avec des gestes répétitifs et fatigants. La contestation se développe et l’usine de Flins qui devient un des emblèmes de la grève de mai-juin 1968. Les ouvriers de Flins entrent en grève le 16 mai. Ils sont à l’initiative du mouvement comme du discours. La grève devient particulièrement dure et longue. Les ouvriers sont soutenus par des étudiants et des habitants des communes voisines. Des affrontements violents éclatent face aux forces de l’ordre. Un étudiant, Gilles Tautin, meurt noyé en cherchant à échapper aux CRS.

Les ouvriers n’ont pas de mot d’ordre révolutionnaire. Ils veulent réduire la durée du temps de travail et avoir un meilleur salaire. Mais la grève permet une libération de la parole et de la réflexion. « Pour nous, ouvriers, les idées se formulent et se clarifient à partir de l’action et de notre expérience », souligne un syndicaliste. Jean-Pierre Thorn filme cette grève dans le film Oser lutter, oser vaincre. Comme d’autres jeunes maoïstes, il travaille comme ouvrier pour connaître ce monde depuis l’intérieur.

Flins devient emblématique des luttes ouvrières. Les maoïstes décident de s’implanter dans cette usine. Robert Linhart, chef de l’UJCml devient un « établi ». Dans son sillage, d’autres étudiants décident de travailler à l’usine. Les maoïstes de Flins laissent de nombreuses traces avec des livres, des journaux, des tracts, des films. Nicolas Dubost publie Flins sans fin. Les militants investissent également la vie de quartier. Des grèves de loyer sont organisées. Les maoïstes sont également présents dans diverses associations, au théâtre, avec une émission de radio ou dans des groupes féministes.

Les établis maoïstes insistent sur la centralité de la classe ouvrière. Mais le travail en usine fait voler en éclats bon nombre de leurs représentations. La résistance à l’exploitation et à l’oppression passe par des petits gestes du quotidien plutôt que par des discours idéologiques. Une grève éclate en 1971. Les tracts et les journaux dénoncent les conditions de travail des ouvriers immigrés et le rôle des petits chefs. Néanmoins, les gauchistes préfèrent glorifier la combativité de la classe ouvrière plutôt que d’analyser les mutations du monde du travail.

 

                        

 

Luttes des travailleurs immigrés

 

Le développement de l’industrie française durant les Trente glorieuses repose sur la main d’œuvre immigrée. Des vagues successives proviennent du sud de l’Europe, puis du Maghreb et de l’Afrique subsaharienne. Les ouvriers immigrés travaillent comme OS à l’usine de Flins et sont logés aux Mureaux. Les OS exécutent uniquement quelques gestes. Le fordisme débouche vers une parcellisation du travail. Renault embauche des immigrés et leur extorque de l’argent. Le film On vous parle de Flins réalisé en 1970, évoque ce trafic des travailleurs immigrés. Après 1975, les nouvelles recrues proviennent de régions rurales Sénégal.

L’usine de Flins développe une hiérarchie entre les ouvriers pour créer des divisions. Les travailleurs immigrés sont maintenus au poste d’OS sans possibilité de promotion professionnelle. Laure Pitti observe ces hiérarchies entre ouvriers imposées par la Régie Renault. « Cette grille des classifications qui vise à créer la division et à rendre la solidarité ouvrière plus difficile est au cœur des conflits sociaux à venir, à l’usine de Flins comme ailleurs », analyse Manon Ott.

La révolte des OS secouent l’industrie automobile. Les travailleurs immigrés deviennent majoritaires et lancent des luttes importantes. Des grèves dans un atelier ou un secteur entier sont appelées des « grèves bouchons ». Elles bloquent la production et peuvent paralyser l’usine entière pour quelques heures ou plusieurs jours. Les grèves des OS remettent en cause les conditions de travail, les cadences, les rémunérations, les divisions et le système des classifications, le bruit et la chaleur. En 1976, des ouvriers demandent huit semaines de congé supplémentaires pour visiter leurs familles dans leurs pays d’origine.

« Ne pas rester OS toute sa vie », lancent les grévistes. Ils dénoncent également le système de classification à travers le slogan « A travail égal, salaire égal ». Ces grèves des travailleurs immigrés portent sur des revendications communes à tous les ouvriers et non pas sur des revendications spécifiques. Les travailleurs immigrés expriment des revendications en tant qu’OS, et non comme étrangers. Mais les sociologues et les politiciens préfèrent insister sur la dimension identitaire plutôt que sociale. Ces grèves concernent pourtant la nature du travail et sa pénibilité.

Des luttes concernent également le logement dans la cité des Mureaux. Les foyers se dégradent et les conditions de vie deviennent difficiles. Des grèves de loyers se développent. La lutte des foyers Sonacotra devient emblématique. « La référence ouvrière continue d’y être centrale, comme dans les grèves à l’usine, posant cette fois la question du logement des ouvriers », souligne Manon Ott. La population des logements sociaux aux Mureaux reste jeune et ouvrière. La diversité de leurs origines est à l’image de celles des OS immigrés de l’usine. Mais ces luttes de l’immigration semblent peu connues. La mémoire de ces révoltes ne s’est pas transmise aux nouvelles générations.

Dans les années 1970, le chômage de masse se développe. L’industrie se restructure. Renault multiplie les licenciements. Les effectifs de l’usine diminuent avec le recours à la robotisation et à la sous-traitance. Des luttes dans les usines PSA éclatent dans les années 1980. Le conflit de Talbot-Poissy pendant l’hiver 1983 ne parvient pas à s’opposer à des licenciements. Les contremaîtres tiennent des discours racistes et la gauche au pouvoir ne soutient pas les grévistes. Le Premier ministre Pierre Mauroy fustige des « groupes religieux » pour dénoncer une lutte ouvrière. En Italie, des luttes ouvrières sont vaincues dans les usines Fiat. Les ouvriers de l’automobile n’incarnent plus la force de la classe ouvrière, mais le déclin du monde industriel.

Renault s’appuie sur le travail temporaire les intérimaires. Cette précarité et les nouvelles formes de management fragilisent les collectifs ouvriers. Les jeunes intérimaires peuvent difficilement faire grève et risquent un non-renouvellement de leur contrat. Ils se résignent à des mauvaises conditions de travail. « Les travailleurs sont ainsi de plus en plus précarisés, atomisés », observe Manon Ott.

 

 

Mutations des banlieues

 

Dans les années 1980, la population des Mureaux reste jeune et ouvrière. Mais les quartiers populaires subissent d’importantes transformations sociologiques. Le chômage et l’appauvrissement s’accompagnent de la déstructuration du monde ouvrier local. Les ouvriers français puis maghrébins quittent les HLM des Mureaux pour s’installer dans des logements plus confortables. La diversité disparaît. La cité regroupe surtout des populations d’Afrique subsaharienne qui subissent le racisme et la misère. Les habitations HLM ne sont plus perçues comme un quartier ouvrier mais comme des logements pour « familles pauvres et immigrées ».

Depuis le début des années 1990, les médias et les institutions comparent les banlieues françaises aux ghettos américains. Mais la ségrégation, bien réelle, s’explique par des processus socio-historiques. Les quartiers populaires s’éloignent du monde ouvrier. Le tissu social et associatif se désagrège. Les syndicats perdent de leur influence. Si l’ancienne « banlieue rouge » continue de voter à gauche, l’abstention se développe fortement. Le chômage et la précarité frappent ces quartiers dont les représentations médiatiques évoluent.

Dans les années 1980, les médias insistent sur le « problème des banlieues ». En 1981, des émeutes éclatent aux Minguettes. Les jeunes immigrés et sans travail sont associés à la délinquance. « La figure du jeune révolté se substitue aux représentations traditionnelles du travailleur immigré, docile et discret », observe Julie Sedel. Mais la question sociale est remplacée par une lecture ethnique. Les médias se concentrent sur les événements spectaculaires, comme la délinquance ou les émeutes, plutôt que sur la vie ordinaire des habitants de ces quartiers. La crise économique, les inégalités sociales et les mutations du travail sont occultées. Les Mureaux ne sont plus perçus comme une cité ouvrière mais comme une ville d’immigrés. Pourtant, les habitants sont toujours des ouvriers et des employés.

 

Sylvie Tissot observe le développement des politiques de la ville. Les politiques publiques pour combattre le chômage et les inégalités sociales sont abandonnées. La rénovation urbaine est alors censée régler tous les problèmes. Sylvie Tissot observe également l’évolution du regard sociologique. Alain Touraine et François Dubet insistent sur l’exclusion et « la galère ». Cette approche estime que l’exploitation et les conflits de classe ont disparu. Ce n’est plus le monde du travail mais la ville qui devient au centre des analyses. « Les jeunes qui grandissent dans ces espaces sont décrits indépendamment de toute position sociale », observe Manon Ott.

Les habitants ne sont pas majoritairement des chômeurs ou des délinquants. Les membres de l’association les CROMS sont des jeunes travailleurs. Leurs pères ont été ouvriers chez Renault. Ils ont eux-mêmes travaillé brièvement à l’usine comme intérimaires. Ils critiquent l’aliénation et l’abrutissement du travail à la chaîne. « Leurs descriptions font écho aux récits d’anciens O.S. évoqués précédemment, sur les gestes répétitifs, le fait de devenir comme étranger à son propre corps ou de se sentir dépossédé de soi-même », décrit Manon Ott. Ces jeunes estiment que leurs pères ont baissé la tête. Ils ne veulent plus subir ce travail aliénant.

Mais ces jeunes ne connaissant pas les luttes des travailleurs immigrés. Les CROMS fuient l’usine et travaillent dans le secteur des services : électricien, chauffeur de bus, gardien d’immeuble, livreur. Ils changent souvent de travail et sont employés à travers des contrats courts. La sociabilité ne se crée plus sur le lieu de travail et la solidarité ouvrière s’est désagrégée. Les jeunes ne croient plus à la possibilité d’instaurer des rapports de force sur les lieux de travail. En plus de l’exploitation, c’est le racisme et les violences policières qui frappent cette jeunesse qui vit dans ce territoire. Mais le quartier n’est pas uniquement perçu comme négatif. C’est aussi un espace dans lequel se nouent des liens d’amitié durables et des solidarités.

 

DE CENDRES ET DE BRAISES

 

Luttes des quartiers populaires

 

Les quartiers populaires ne sont pas des déserts politiques. Des associations et des luttes se développent. Aux Mureaux, la figure de Mohamed Hocine reste incontournable. En 1989, il participe au réseau Résistance des banlieues. En 1990, il anime le Comité national contre la double peine (CNDP). A partir de 1995, il participe au Mouvement de l’immigration et des banlieues (MIB). Aux Mureaux, l’association Solact (Solidarité active) est créée en 1989. Dès le début des années 1980, des jeunes lancent le mouvement Rock against police (RAP). Des concerts de rock sont organisés au milieu des cités. Ce réseau permet de lutter contre les violences policières. En 1983, des jeunes pacifistes lancent la Marche pour l’égalité et contre le racisme. Mais ce mouvement est rapidement récupéré par SOS Racisme et le PS.

Mohamed Hocine crée Solact en 1990 après un séjour en prison. Cette association repose sur l’entraide sociale mais aussi sur une dimension revendicative. Les jeunes veulent participer à la politique de la ville et à la programmation culturelle. Ils s’engagent surtout dans la lutte contre les violences policières. Ils organisent des manifestations. Mohamed Hocine rencontre des anciens marcheurs comme Nordine Iznasni et Tarek Kawtari. Ils luttent contre la double peine et fondent le MIB. Mohamed Hocine est lui-même menacé d’expulsion pour son passé de délinquant. Le MIB se distingue des associations de gauche. Ce sont les jeunes quartiers et les anciens détenus qui décident de prendre la parole et de s’auto-organiser. Le MIB élargit son champ d’action : « violences policières, double peine, chômage programmé, éducation au rabais, justice raciste, cités à l’abandon, islam radicalisé, contrôle au faciès, drogue : victimes oubliées, prisons mortelles… ».

Le MIB s’apparente à un mouvement autonome et à un syndicat qui défend les intérêts des habitants des quartiers populaires. Mais des tensions opposent les jeunes précaires à l’élite beur plus éduquée et plus aisée. Les militants du MIB revendiquent leur autonomie et leur ancrage sur le terrain, dans les quartiers. Ils se méfient de toute récupération et valorisent une certaine radicalité dans leur discours comme dans leurs pratiques de lutte : manifestations, barrages pour empêcher des expulsions, interventions dans des procès. Le MIB s’oppose à la gauche et à SOS Racisme pour porter une lecture sociale des problèmes des banlieues.

« Les causes de leur révolte sont ainsi sociales et politiques, et leur désir d’égalité est aussi un désir de prendre part à un monde commun », souligne Manon Ott. Mais l’histoire des marcheurs et du MIB reste aussi mal connue que celle des grèves des travailleurs immigrés. Les collectifs de lutte sont également écrasés par les mairies. Les politiques locales aux Mureaux alternent entre répression et clientélisme. Les associations s’intègrent à la logique institutionnelle ou se retrouvent marginalisées. La jeunesse actuelle peut alors difficilement s’organiser et se politiser. Les nouvelles générations semblent éloignées des formes traditionnelles de socialisation politique.

 

« De cendres et de braises », un documentaire sur les grands ensembles de la ville des Mureaux, dans les Yvelines.

 

Luttes sociales et quartiers ouvriers

 

Le livre de Manon Ott retrace l’histoire méconnue des luttes de l’immigration et des quartiers populaires. Elle choisit d’ancrer cette histoire dans les cités des Mureaux. La dimension locale et la dimension nationale s’entremêlent. Sa lecture sociale permet d’observer les mutations des quartiers populaires et du monde du travail. Surtout, elle démonte beaucoup de clichés médiatiques et politiques.

Les problèmes des quartiers populaires restent souvent observés à travers une lecture ethno-raciale. Manon Ott montre comment cette vision s’est progressivement imposée. Les Mureaux sont d’abord considérés comme une cité ouvrière. L’usine de Flins, avec ses luttes et ses grèves, rythme la vie de la banlieue ouvrière. Les habitants des Mureaux restent avant tout perçus comme des prolétaires et des ouvriers. Mais le chômage de masse et la désindustrialisation brisent la conscience de classe et les collectifs ouvriers.

Manon Ott observe également que le regard sur les ouvriers se modifie. Les partis de gauche au pouvoir renoncent à défendre la classe ouvrière. Les travailleurs en lutte qui s’opposent à un Etat de gauche ne peuvent alors qu’être considérés comme des islamistes. Ensuite, le PS impose une lecture racialiste avec la récupération de la « Marche des beurs ». La gauche refuse de défendre les jeunes des quartiers en tant que prolétaires pour mieux les soutenir en tant que « beurs » ou « français d’origine immigrée », et maintenant comme « musulmans ».

Cette lecture ethno-raciale s’est désormais imposée dans l’ensemble de la gauche, du PS jusqu’à certains militants autonomes. La lutte des classes n’est plus une lecture de la société. Les problèmes dans les quartiers populaires ne sont plus perçus comme des problèmes sociaux. La politique de la ville, la diversité et la méritocratie doivent alors permettre d’intégrer la jeunesse. Mais cette population refuse se faire intégrer, de subir la précarité et l’exploitation au travail.

 

Manon Ott n’évoque pas les problèmes liés à la religion et au communautarisme. Elle tente probablement de sortir des clichés médiatiques. Elle préfère également insister sur la dimension sociale plutôt que sur l’emprise religieuse. Néanmoins, ces problèmes ne doivent pas être éludés. Manon Ott évoque les regroupements familiaux qui forment des quartiers avec une population qui provient de la même région. Ce regroupement choisit par les habitants eux-mêmes pour s’installer avec des proches n’est évidemment pas un problème. En revanche, l’attribution de logement HLM selon les origines ethno-raciales peut également être imposée par les pouvoirs publics. Ce communautarisme institutionnel n’existe peut-être pas aux Mureaux. Mais il existe dans d’autres villes. De même, le clientélisme et les subventions aux associations doivent permettre de maintenir un contrôle sur la population.

La question de la religion, très présente dans les médias, n’est jamais évoquée par Manon Ott. La population des Mureaux, qui vient d’Afrique subsaharienne, est probablement autant chrétienne que musulmane. Ce qui ne provoque aucun intérêt médiatique. Néanmoins, la destruction des solidarités ouvrières provoque un repli sur la sphère privée voire sur la communauté religieuse. Le chômage et la misère débouchent vers un repli sur soi. Plus banalement, c’est la solution individuelle de la débrouille qui doit résoudre les problèmes sociaux. La culture du chacun pour soi prime sur la solidarité de classe. Les Mureaux s’appuient sur une histoire et sur des associations de lutte. Mais certains quartiers peuvent au contraire sombrer dans la déshérence.

Mais Manon Ott a bien raison d’insister sur les luttes des quartiers populaires plutôt que de se complaire dans une approche misérabiliste. Elle montre que la solution aux problèmes ne peut provenir que des habitants eux-mêmes, à travers la lutte collective. Mohamed Hocine a bien raison de s’énerver contre les discours de victimisation. Manon Ott ne se contente pas de dresser un constat sociologique, mais elle présente aussi les luttes et leur histoire. Néanmoins, les luttes dans les quartiers populaires restent limitées. Elles sont animées par quelques collectifs de militants déterminés mais trop peu nombreux. Ces luttes locales peuvent permettre de répondre à des urgences et de dénoncer des situations. Néanmoins, c’est un mouvement global porté par une large majorité des exploités qui peut renverser l’ordre capitaliste à l’origine de tous les problèmes sociaux.

 

Source : Manon Ott, De cendres et de braises. Voix et histoires d’une banlieue populaire, Anamosa, 2019

Articles liés :

Révolte ouvrière à PSA Aulnay

Les maoïstes de la Gauche Prolétarienne

Police et violences d’Etat

Les émeutes de Chicago en 1919

Racisme anti-musulman et logique identitaire

 

Pour aller plus loin :

Vidéo : Banlieue : une histoire populaire de la France ?, émission diffusée sur France Culture le 24 septembre 2019 

Radio : #13 Entretien avec Manon Ott & Grégory Cohen, chercheurs-cinéastes, mis en ligne par le site Négatif le podast le 30 septembre 2019

Radio : La Matinale de 19H – De cendres et de braises, émission diffusée sur Radio Campus Paris le 30 septembre 2019

Radio : émission Midi magazine diffusée sur Fréquence Protestante le 7 mai 2020

Radio : ROCK AGAINST POLICE. Des lascars s’organisent – Une série documentaire sonore en six épisodes

Revue de presse publié sur le site De cendres et de braises

Manon Ott, Aux Mureaux, rencontre avec une jeunesse engagée, publié sur le site The Conversation le 19 septembre 2019

Entretien avec Manon Ott et Grégory Cohen, publié sur le site Seul le cinéma le 20 novembre 2018

Entretien avec la réalisatrice Manon Ott, publié sur le site du Groupement National des Cinémas de Recherche

Éric Lafon, Les Mureaux, son usine, sa cité, sa vie, publié sur le site de l’OURS le 27 décembre 2019

Luc Chessel, « De cendres et de braises », déambulation intra Mureaux, publié sur le site du journal Libération le 24 septembre 2019


Article publié le 02 Juil 2020 sur Zones-subversives.com