Avril 5, 2021
Par Paris Luttes
179 visites


Dans le cadre de notre militantisme au sein du mouvement de libĂ©ration, de la construction du confĂ©dĂ©ralisme dĂ©mocratique, et surtout du mouvement de libĂ©ration des femmes, les hommes militants ont Ă©galement des responsabilitĂ©s et des tĂąches Ă  remplir. Notre lutte dans le mouvement de libĂ©ration des femmes est une lutte interne, une lutte contre nous-mĂȘmes. Il s’agit de donner plus que de la solidaritĂ© avec nos sƓurs, il s’agit de lutter contre les hommes qui sont en nous et de mettre fin Ă  la culture de domination et de viol qui nous a Ă©tĂ© inculquĂ©e par les institutions patriarcales du systĂšme. Pour ce faire, la premiĂšre Ă©tape est un acte d’humilitĂ© et de remise en question. En acceptant le fait que le systĂšme a façonnĂ© notre vision du monde, il s’est appropriĂ© une partie de notre mentalitĂ©. Le patriarcat a façonnĂ© notre relation avec notre corps, nos Ă©motions, notre nature propre et donc nos relations avec les autres. Il s’agit de rechercher dans notre esprit les manifestations de la mentalitĂ© patriarcale pour redĂ©couvrir notre moi le plus profond, notre moi naturel, notre essence libre et dĂ©mocratique.

Notre responsabilité, détruire le patriarcat

Il est de notre responsabilitĂ© de redĂ©couvrir l’identitĂ© de l’homme en dehors des schĂ©mas de domination, de nous comprendre en tant qu’homme et de comprendre nos Ă©motions. Seule une dialectique collective peut nous permettre de redĂ©couvrir ce qui nous a Ă©tĂ© volĂ©, l’identitĂ© d’humanitĂ© en nous. Il ne s’agit pas d’effacer une partie de notre personnalitĂ©, mais d’apprendre Ă  vivre Ă  nouveau. Apprendre Ă  contempler et Ă  interagir avec la rĂ©alitĂ© dans laquelle nous vivons sans essayer de la dominer ou de la contrĂŽler.

Le patriarcat et son histoire millénaire ont créé le statut socio-historique des femmes, mais aussi celui des hommes dans une binarité contre nature. Il a asservi les femmes, tout en enfermant les hommes dans un rÎle de domination perpétuelle.

Nous devons comprendre comment le rĂŽle que le systĂšme de la civilisation capitaliste nous attribue fait aussi de nous, en tant qu’hommes, des esclaves, des laquais du pouvoir. Le patriarcat est basĂ© sur la mentalitĂ© qu’il a inculquĂ©e dans nos esprits pour maintenir les femmes sous sa domination, il a fait des hommes la police qui est la premiĂšre Ă  rĂ©primer les femmes qui rĂ©sistent Ă  leurs conditions. Il a crĂ©Ă© des hommes qui sont en concurrence constante les uns avec les autres, trĂšs souvent incapables de dĂ©velopper une intelligence Ă©motionnelle, incapables de se comprendre. Le patriarcat crĂ©e de toutes piĂšces des hommes sans valeur, sans racines, esclaves des impulsions que le systĂšme utilise pour contrĂŽler nos dĂ©sirs et gĂ©nĂ©rer des besoins artificiels en nous.

La mentalitĂ© capitaliste est basĂ©e sur l’idĂ©e de domination. La domination des choses matĂ©rielles par la propriĂ©tĂ© et la volontĂ© d’accumulation que cela gĂ©nĂšre en nous. L’impulsion qui se dĂ©place vers le besoin de possĂ©der, de garder sous notre contrĂŽle tout ce qui peut exister, la nature, les autres hommes et bien sĂ»r les femmes. Le systĂšme crĂ©e des hommes apathiques avides de pouvoir et de monopoles parce qu’ils sont plus faciles Ă  contrĂŽler, Ă  influencer. L’attraction que reprĂ©sentent le profit et le pouvoir sont les carottes qui conduisent des lĂ©gions d’hommes au rythme infernal de la machine capitaliste. La peur d’ĂȘtre faible ou d’ĂȘtre perçu comme faible est le bĂąton qui met au pas les identitĂ©s masculines rĂ©calcitrantes. Et les femmes sont utilisĂ©es comme une classe, comme un bouc Ă©missaire pour la constitution de cette masculinitĂ© toxique dominante. Elles sont les trottoirs sur lesquels marchent ces lĂ©gions de la mort. ƞehĂźd Atakan Mahir avait coutume de dire que, dans le systĂšme, lorsqu’un homme aime une femme, il s’aime lui-mĂȘme. C’est sa capacitĂ© de contrĂŽle et de propriĂ©tĂ© qu’il ressent, et c’est ainsi que le systĂšme veut que nous comprenions l’amour.

Le systĂšme nous prive des liens qui font des hommes des ĂȘtres vivants, nous empĂȘche d’exprimer et de concevoir notre amour pour la vie, aliĂšne notre comprĂ©hension de l’amour et de la libertĂ©. Or, cet amour, cette libertĂ© a rĂ©sistĂ© pendant des siĂšcles au plus profond de nos Ăąmes, c’est cet amour refoulĂ© qui explose parfois en feux d’artifice rĂ©volutionnaires.

L’amour et la volontĂ© rĂ©volutionnaire

Lorsqu’un homme Ă©tudie l’histoire du patriarcat et de l’asservissement des femmes et de la nature, sa premiĂšre rĂ©action est de haĂŻr le statut d’homme. Elle gĂ©nĂšre en lui une haine de l’homme et une rĂ©flexion sur lui-mĂȘme qu’il reconnaĂźt dans l’attitude des autres hommes. Cette haine n’est que l’expression d’un amour profond pour la libertĂ© et la justice que, face au rĂŽle historique que nous reproduisons malgrĂ© nous, nous ne parvenons Ă  exprimer que sous forme de haine, puisque l’amour nous est interdit. C’est le point de dĂ©part de la construction de la personnalitĂ© dĂ©mocratique. Comprendre l’amour qui est en nous, le contempler et l’accepter. C’est l’amour qui nous donne l’impulsion pour la volontĂ© rĂ©volutionnaire, qui nous donne le courage de rĂ©sister au systĂšme capitaliste et Ă  son hĂ©ritage d’injustice et de mĂ©faits historiques. Nous devons comprendre l’amour qui est cachĂ© en nous et apprendre Ă  l’exprimer en d’autres termes que ceux du patriarcat. Nous devons chercher Ă  dĂ©velopper l’amour rĂ©volutionnaire. Celui qui nous fait sentir la libertĂ© de l’autre comme notre propre libertĂ©, cette Ă©motion joyeuse de voir un oiseau voler librement dans les montagnes.

Cette Ă©motion nous permet de construire l’hevalti (camaraderie rĂ©volutionnaire) dans laquelle l’épanouissement et le dĂ©veloppement de l’autre est notre objectif commun. L’amour est cachĂ© au plus profond de nous et une fois libĂ©rĂ©, crĂ©e l’unitĂ© des ĂȘtres, l’unitĂ© des peuples. Cette unitĂ© sera notre force pour vaincre une fois pour toutes la modernitĂ© capitaliste et sa mentalitĂ© patriarcale.

A lire (autres articles majoritairement en espagnol) sur : https://www.revistalegerin.com/post/lutter-contre-l-homme-abattre-la-domination

Pour tĂ©lĂ©charger le numĂ©ro 1 de « LĂȘgerĂźn Â» : https://www.revistalegerin.com/revista-legerin-fr

Revista LĂȘgerĂźn sur instagram et twitter : @RevistaLegerin




Source: Paris-luttes.info