Quelques jeunes amis parisiens nous ont proposé d’organiser deux fois par mois des discussions autour de textes parus sur lundimatin en partenariat avec le théâtre de l’Échangeur de Bagnolet. Ces rencontres s’intitulent lundisoir et la première aura lieu le lundi 25 mars de 19h à 22H en présence du sociologue Michalis Lianos à propos des deux entretiens que nous avons réalisés avec lui et que vous pouvez relire ici

Si notre rédaction essentiellement provinciale ne pourra malheureusement pas participer, un certain nombre de nos contributeurs réguliers devrait se joindre aux discussions.

Un événement facebook a été créé pour l’occasion, n’hésitez pas à vous y inscrire et à le partager :

https://www.facebook.com/events/2119361968147794/

La présentation conjointe avec l’Échangeur

D’un côté, il y a le contenu d’un site comme « Lundimatin », qui réunit un grand nombre de lecteurs par ce qui dans le même temps les sépare : le virtuel. De l’autre, il y a des théâtres, qui s’affirment aujourd’hui comme des lieux où la mise en partage des murmures isolés ouvre à la discussion.

Un cycle de rencontres publiques pourra être l’occasion de faire converger ces deux espaces, de créer une interface où se retrouver.

Lundisoir, ce sera donc, un lundi soir sur deux, une courte intervention prenant appui sur un texte publié par « Lundimatin », faite par son auteur ou par un discutant, suivie d’un débat avec celui-ci, et d’un moment plus informel au bar du théâtre.

SOIRÉE DU 25 MARS – Discussion avec Michalis Lianos

Depuis le mois de novembre 2018, le sociologue Michalis Lianos est allé à la rencontre de centaines de gilets jaunes afin de recueillir leurs paroles et de tenter d’analyser ce mouvement aussi surprenant que protéiforme. Il livrait les premiers résultats de son enquête dans deux entretiens publiés sur lundi.am, intitulés « Une politique expérientielle ». Lors de cette première séance de Lundisoir, il reviendra sur les principaux aspects de ces textes à l’aune des suites qu’a connues le mouvement, avant d’évoquer plus spécifiquement le rapport entre la configuration actuelle des pouvoirs et les mouvements dits – ou accusés d’être – « populistes ».