Rappelons les circonstances :

Le 15 novembre, La Cour de Rennes avait infirmé les deux mandats d’arrêt européens menaçant Vincenzo Vecchi, car pour l’un, la peine avait déjà été exécutée, et pour l’autre son droit à la double défense n’avait pas été respecté. Or celle-ci devrait être un droit fondamental européen !

Elle consiste à ce que les avocats des deux pays soient mis en relation pour mieux défendre l’accusé en permettant l’échange d’informations juridiques.

Sa nécessité a été clairement établie grâce à l’existence d’un comité de soutien qui, palliant les défauts de la procédure, a pu fournir les informations prouvant que le Mandat d’Arrêt Européen de Milan n’avait pas lieu d’être et que celui de Gênes était défaillant.

Pourtant le mercredi 18 novembre, le parquet contestant cette décision, se pourvoit en cassation.

Le mercredi 18 décembre, la cour de cassation casse le jugement de la cour d’Appel de Rennes et la sanctionne implicitement en déplaçant le prochain jugement à Angers.

Elle ne prend alors en compte ni les lettres des avocats italiens, ni les arguments de l’avocat soulignant l’importance de la double défense et les difficultés rencontrées par les avocats de Vincenzo Vecchi du fait du manque de transmission du parquet français en direction de la justice italienne.

Depuis le début de cette affaire, le parquet français brille par son attitude discriminatoire et son mépris face à l’inculpé déjà privé par le MAE d’une partie de ses droits à la défense : par exemple, alors qu’il s’agit de statuer en cassation sur une décision procédurale de la Cour d’Appel de Rennes, le parquet ne manque pas de désigner Vincenzo Vecchi comme un militant anticapitaliste et de rappeler sa condamnation à de lourdes peines. Dans la foulée les avocats sont avisés de l’issue de la cassation et du transfert du dossier à Angers par un tweet du procureur destiné aux médias.

En bref jusqu’à ce jour il paraît clairement que Monsieur Vecchi est l’enjeu de relations diplomatiques qui ne semblent plus guère relever de la justice, mais présentent toutes les apparences d’une volonté de se débarrasser d’une affaire gênante ! Ce qui par ailleurs révèle en Europe de graves atteintes structurelles aux droits fondamentaux dont celui de manifester n’est pas le moindre.

Nous sommes en droit de nous interroger sur l’indépendance du parquet face à l’exécutif et du traitement qui lui sera réservé lors de son procès à Angers.

Dans ce contexte de lutte contre le recul de tous les droits sociaux et politiques, la justice parviendra-t-elle à faire entendre sa voix et son indépendance ?

Cette juste cause et son caractère emblématique pour les libertés publiques nous concernent tous.

En conséquence la mobilisation de chacun est nécessaire, vous trouverez ci-dessous les différentes possibilités de vous manifester.

Le Comité de soutien de Rochefort-en-Terre

les différentes possibilités de soutien :

le comité de soutien site : https://www.comite-soutien-vincenzo.org/

la page facebook : https://www.facebook.com/soutienvincenzo/

la pétition : https://www.change.org/p/soci%C3%A9t%C3%A9-civile-libert%C3%A9-pour-vincenzo-vecchi

Youtube : https://www.youtube.com/channel/UC1…

Le lien vers la page des outils à publier où vous trouverez entre autres la tribune déjà signée par de nombreuses personnalités que vous pouvez rejoindre, ainsi que l’appel déjà signé par plus de 90 organisations : https://www.comite-soutien-vincenzo.org/documents-a-diffuser/


Article publié le 28 Fév 2020 sur Rennes-info.org