Juin 12, 2022
Par Nantes Révoltée
152 visites

Le tract assez ridicule nous a été envoyé par un lecteur qui habite à Orvault, au Nord de Nantes. Nous avons eu du mal à y croire, mais il est bien authentique. Il s’agit du tract conçu par des communicants et déposé dans de nombreuses boites aux lettres de la 1ère circonscription de Loire-Atlantique, par les équipes du candidat LREM Mounir Belhamiti. Ça se passe dans le fief du mangeur de homard De Rugy, qui passe le flambeau à son poulain.

Ce tract est une charge contre les candidats de gauche : il oppose le clan Macroniste aux candidats de la NUPES. Et parmi les oppositions, il y a d’un côté : «un député pour voter l’augmentation des effectifs de police et de justice» face à «un candidat rallié aux partisans des activistes de Nantes Révoltée». Notre média, présenté comme un groupuscule et utilisé comme repoussoir par le parti présidentiel. Pas sûr que l’argument fasse mouche, dans une ville déjà sur-fliquée, où l’affaire Steve et les très nombreuses violences d’État ont laissé des traces.

Il faut dire que la droite nantaise cultive une obsession maladive contre Nantes Révoltée. Ce sont des élus LREM locaux qui ont exigé la dissolution de notre média. Ce sont eux qui font des envolées lyriques mensongères après chaque manifestation. Et ce jeudi 9 juin encore, lors d’un débat entre les candidats sur Télénantes, le présentateur a demandé au représentant LREM : «un mot sur Nantes Révoltée Mounir Belhamiti, il y avait une demande de dissolution et on en entend plus parler». Réponse : «pour Nantes révoltée, le dossier est en cours». «Ça prend quand même énormément de temps» s’excite la présentatrice, dont on se demande si elle est journaliste ou attachée de la Préfecture.

Belhamiti conclut : «le projet de Nantes Révoltée pour notre ville et pour notre territoire on le voit tous les samedis après midi à Nantes. Et je crois que c’est aussi le projet de désordre que nous présentent les candidats NUPES». Du délire complet, dans la droite ligne de la campagne agressive d’un macronisme en plein naufrage.

4 réponses à ce tract qui frôle la diffamation :

➡️ Nantes Révoltée est un média, et pas un épouvantail facile pour les électeurs de droite gavés de la propagande de Cnews et de BFM TV.

➡️ Merci quand même pour la publicité. Peut-être que ce tract nous amènera de nouveaux lecteurs et lectrices. Notre petit média bénévole est la cible des attentions de toutes les autorités policières, judiciaires et élues à Nantes. Nous leur faisons peur. Il est donc à notre portée de faire trembler les gouvernants et de jouer un vrai rôle de contre-pouvoir. Rejoignez-nous, soutenez-nous financièrement, nous pourrons ainsi vraiment les déranger.

➡️ Nantes Révoltée n’a rien à voir avec la NUPES. Dans cette 1ère circonscription, le candidat NUPES est un apparatchik du Parti Socialiste qui a passé les dernières semaines à critiquer les mobilisations sociales. Un politicien centriste de la trempe de Johanna Rolland ou Manuel Valls. Faire croire qu’il puisse être «rallié aux activistes de Nantes Révoltée» est parfaitement grotesque.

➡️ La NUPES présente un projet social-démocrate modéré, qui prône une timide répartition des richesses et un peu moins de répression. C’est en-dessous du programme du PS de 1981. Et très très loin d’une révolution ou de l’anticapitalisme, même si cela reste évidemment moins cauchemardesque que le régime en vigueur. La diabolisation de la NUPES, présentée comme le parti du «désordre», montre une fois encore que LREM n’est qu’une des nombreuses nuances de l’extrême droite.




Source: Nantes-revoltee.com