Mai 11, 2022
Par Nantes Révoltée
171 visites

À l’heure oĂč certaines candidatures sont scrutĂ©es par les mĂ©dias dominants dans le cadre des lĂ©gislatives, d’autres candidats, ceux de la majoritĂ©, Ă©chappent miraculeusement aux polĂ©miques mĂ©diatiques. Pourtant, de nombreux dĂ©putĂ©s LREM, qui sont investis de nouveau en 2022, sont mis en cause dans des affaires graves.

1 – Anne France Brunet, dĂ©putĂ©e de Loire-Atlantique. Responsables de 5 burn out, elle est visĂ©e par une plainte pour «violence» et «harcĂšlement» par d’anciens collaborateurs. Cette Ă©lue a aussi fait preuve d’un fort absentĂ©isme Ă  l’AssemblĂ©e Nationale. Elle se reprĂ©sente.

2 – Buon Tan, dĂ©putĂ© de Paris : accusĂ© d’ingĂ©rence au profit de la dictature Chinoise, il a fait l’objet d’une enquĂȘte pour dĂ©tournement de fonds. Il vient lui aussi d’obtenir l’investiture Renaissance.

3 – Thierry SolĂšre, trĂšs proche de Macron, est mis en examen pour pas moins de 13 chefs d’accusation, notamment dĂ©tournement de fonds publics, trafic d’influence passif et emploi fictif.

4 – Eric Woerth, ancien ministre de Sarkozy venu de LR, est mis en examen car il est soupçonnĂ© d’avoir aidĂ© au niveau fiscal Bernard Tapie.

5 – Patricia MirallĂšs, Ă©lue dans l’HĂ©rault : a fait passer le dĂ©mĂ©nagement de son fils, la rĂ©paration du disque dur de sa fille ou un sĂ©jour Ă  l’hĂŽtel avec son conjoint en note de frais, payĂ©es par l’argent public.

6 – M’jid El Guerrab, dĂ©putĂ© des français de l’étranger, poursuivi pour violence avec arme pour avoir frappĂ© Ă  coup de casque un Ă©lu socialiste.

7 -JérÎme Peyrat, député de Dordogne, proche de Macron condamné pour avoir frappé sa compagne. Il est réinvesti par LREM.

8 – Laetitia Avia, dĂ©putĂ©e de Paris : elle est visĂ©e par une enquĂȘte pour harcĂšlement moral, a fait preuve de maltraitance envers ses associĂ©s. Elle est aussi accusĂ©e d’avoir «mordu» un chauffeur de taxi.

9 – Sira Sylla, dĂ©putĂ©e de Seine Maritime, reconnue responsable de harcĂšlement moral, heures supplĂ©mentaires non payĂ©es et d’un licenciement sans cause rĂ©elle.

10 – Pierre CabarĂ©, dĂ©putĂ© de Haute-Garonne, visĂ© par une plainte pour agression sexuelle.

11 – BenoĂźt Simian, dĂ©putĂ© de Gironde, venu du PS, poursuivi pour des faits de harcĂšlements envers son ex-femme.

Ne dites plus “majoritĂ© parlementaire”, dites “association de malfaiteurs”.




Source: Nantes-revoltee.com