Mars 20, 2018
Par Collectif Emma Goldman
301 visites


Texte provenant du site web rojinfo. Pour lire l’original, cliquez ici.
Lors d’une interview, la porte-parole des Forces démocratiques syriennes (FDS), Lilwa Ebdullah, a confirmé l’arrêt temporaire de l’opération « Tempête de Cizire » à cause des attaques de l’armée turque à Afrin.
« La seule raison de cet arrêt est l’attaque de l’armée turque à Afrin. Les troupes de l’État islamique (EI) sont toujours présentes dans une zone à l’est de l’Euphrate. Elles attaquent des positions des Forces démocratiques syriennes de temps en temps et nos forces présentes répliquent immédiatement. »
La porte-parole a ensuite accusé la Turquie de vouloir maintenir la présence de l’EI en Syrie. Après avoir rappelé la hausse des attaques de l’EI, elle a affirmé que l’organisation tirait beaucoup d’avantages des opérations turques.
Ebdullah a de plus déclaré que les déclarations concernant le retrait des FDS des zones pétrolières pour en donner le contrôle à la Russie étaient totalement fausses: « nous ne quitterons jamais ces zones libérées et nous ne les « donnerons » jamais aux autres forces ».
——————————————————————————————–
DÉCLARATION CONJOINTE DE L’ADMINISTRATION DU CANTON D’AFRÎN SUR L’INVASION TURQUE ET LA RÉSISTANCE D’AFRÎN:
La résistance héroïque d’Afrîn contre l’armée turque et leurs partenaires, vestiges de Daesh et al-Nusra, est entrée dans son 58ème jour. Les attaques sur Afrîn ont débuté le 20 janvier grâce à une alliance (de la Turquie) avec la Russie et le silence des forces présentes dans la région. La Russie a activement participé (à l’agression) en ouvrant l’espace aérien afin que la Turquie puisse massacrer notre peuple avec toutes sortes d’armes. Ces attaques ont été menées alors qu’un silence complet règne chez les puissances internationales, la Coalition, l’Union européenne et le Conseil de sécurité de l’ONU. Afrîn est exposée à un génocide et un déplacement forcé de population. Des centaines de civils ont été la cible d’attaques en tout genre. Cela démontre l’échec des puissances à effectuer leurs devoirs humanitaires et politiques envers notre peuple et nos combattant.e.s qui ont défendu le monde entier contre Daesh et la terreur d’Erdogan, qui eux, ont répandu le terrorisme partout sur le globe.
L’état turc utilise ses mercenaires afin de changer la démographie de la région d’Afrîn en y installant les forces takfiri[1] et leurs familles. Ils (la Turquie et ses alliés djihadistes) ont aussi massacré des centaines de civils qui tentaient de fuir leurs attaques. Durant les 58 derniers jours, nos combattant.e.s et le peuple ont démontré une grande résistance contre la deuxième plus grande armée de l’OTAN. Cependant, étant donné que l’État turc cible directement les civils, nous avons décidé de les évacuer de la ville dans le but d’éviter une catastrophe humanitaire.
Par conséquent, nous voulons déclarer que notre guerre contre l’occupation turque et les forces takfiri, appelées ”Armée libre”, vient d’entrer dans une nouvelle phase. Une transition de la guerre de confrontation directe à une autre tactique (la guérilla) afin de mieux frapper l’ennemi et d’éviter la mort de civils. Nos forces sont partout à Afrîn. À chaque opportunité, elles vont frapper l’agresseur turc et ses mercenaires. La déclaration de victoire d’Erdogan et ses partenaires n’a aucune signification pour la population turque et le reste du monde. Nos forces vont faire de chaque zone un cauchemar pour les soldats turcs et leurs alliés djihadistes. La résistance à Afrîn va continuer jusqu’à ce que chaque pouce d’Afrîn soit libéré et que les habitant.e.s puissent retourner à leurs maisons.
Traduit par le Collectif anarchiste Emma Goldman.
[1] Groupe djihadiste né d’une scission avec les Frères musulmans.
***Rappel***: Nous répondons à l’appel lancé par plusieurs groupes américains à une journée internationale d’action, samedi 24 mars, pour le Rojava et la défense d’Afrîn. Nous ferons une action de solidarité et d’information à la Place du citoyen (au centre-ville de Chicoutimi) à partir de 11h30, samedi 24 mars. Ce massacre ne peut pas passer sous silence!
Bijî Kurdistan!



Source: