Septembre 11, 2017
Par Rebellyon
93 visites


Malgré une large mobilisation au printemps dernier contre la loi travail portée par le gouvernement socialiste, Macron semble bien décider à mener l’attaque la plus violente de ces dernières décennies contre les travailleuses et travailleurs, au grand bonheur des capitalistes.
Face à cette offensive, prenons la rue le 12 septembre et démontrons notre détermination.

13h30 : les flics laissent sortir en échange d’un contrôle complet. Déjà 2 arrestations.

13h20 : bientôt 2 heures que la manif devrait être partie mais tout le monde est toujours bloqué dans ou en dehors de la nasse.

13 h : après quelques hésitations, la CGT a décidé de ne pas avancer et entame une négociation avec les flics pour libérer la nasse.

12h40 : cortège de tête nassé, gazé et tabassé comme le cortège syndical empeché de brisé la nasse. Déjà 5 blessé·es.

Maj 12h30 : il semblerait que les flics refusent de bouger jusqu’au retrait des ordonnances de la loi travail !!

Maj 12h20 : alors que le cortège démarrait dans un esprit bon enfant, les flics coupent le cortège de tête du reste du cortège, les syndicalistes leurs arguent le fait qu’ils sont seuls garants de la manif et n’ont pas besoin d’eux, les flics refusent de bouger.

Maj 12 h : un très gros cortège est en place et commence à se mettre en marche, de nombreuses personnes sont contrôlées au faciès autour de la manif.

Le gouvernement entend légiférer par ordonnances cet été afin de précipiter la procédure législative et éviter la réaction de tous celles/ceux qui en seront affecté·e·s.

Concrètement, ce projet d’ordonnances permet tous les coups sans distinction ! Au programme :

• Généralisation des CDD et remise en cause des CDI

• Licenciement sans contrainte et suppression des risques de condamnation des patron·ne·s

• Obligation pour les chômeur·euse·s d’accepter des boulots indécents et sabotage de l’assurance

chômage

• Négociation entreprise par entreprise des conditions de travail et de la sécurité

• Réduction des contre-pouvoirs des représentants du personnel et des syndicats


Toutes ces attaques n’ont qu’un seul but :


Augmenter les profits et le pouvoir des patron·nes au dépend des salaires, des conditions de travail et des salarié·e·s. La conséquence directe de ces mesures anti-sociales sera inévitablement l’explosion du nombre de travailleur·euse·s pauvres.

La sécurité sociale, les retraites, l’éducation, les fonctionnaires… sont aussi menacés dans l’année !

Manifestation – 14 juillet à 17h – place Guichard

Assemblée de lutte – 30 août à 18h – bourse du travail

Manifestation et grève nationale – 12 septembre 11h30 Manufacture des tabac

Le Front Social est une coordination composée de syndicats, associations, collectifs, groupes politiques, de militant-e-s, de femmes et d’hommes construisant la convergence des luttes et la riposte face aux attaques capitalistes.




Source: