258 visites


Militante féministe, opposante de la première heure à Bachar Al-Assad, Samar Yazbek construit peu à peu une grande œuvre sur la Syrie contemporaine, qui fera date. Il y a eu d’abord un journal de la révolution [1], traduit en France dès 2012, (aujourd’hui indisponible). Menacée par le régime, elle a dû fuir, et s’est réfugiée en Europe. Elle est retournée en Syrie, incognito et au péril de sa vie, pour suivre l’évolution de la situation, en allant à la rencontre des civils, mais aussi des rebelles, et même d’un chef djihadiste [2]. Et il faut lire son roman [3], dans lequel elle utilise toutes les armes de la littérature pour aller chercher de l’humain et faire briller la poésie en plein cœur de la cruauté la plus absolue, le massacre de toute une population au vu et au su d’une communauté internationale muette.

Cette fois-ci, elle s’efface, et laisse place aux témoignages… Dix-neuf femmes racontent leurs dix-neufs parcours  ; à chaque chapitre, un «  je  » différent, et donc une ville de départ différente, une génération différente, une origine différente, une entrée dans l’action différente… Mais une aspiration semblable  : plus de liberté, la fin du régime autoritaire, et toujours, le désespoir qui monte face à la violence de la répression. Leur façon de résister va varier d’une femme à l’autre, mais un motif revient, tragique  : toutes ont dû, à un moment de leur combat, lutter aussi contre leurs homologues révolutionnaires masculins, pour affirmer leur droit à se battre comme elles l’entendent.

Samar Yazbek a réécrit les témoignages, de sa plume qui allie richesse littéraire et clarté concise. On le lit par petits bouts, d’une traite c’est insupportable. Mais indispensable.

Mélanie (UCL Grand Paris sud)

  • Samar Yazbek, 19 femmes. Les Syriennes racontent, Pocket, 2021, 394 pages, 7,60 euros.



Source: Unioncommunistelibertaire.org