276 visites

Pour la plupart des gens aujourd’hui, le nom de Mohamed Saïl n’évoque rien. Celui à qui Prévert a probablement dédié son poème L’étrange étranger (d’où le titre de ce recueil) a sombré dans l’oubli, comme bien d’autres. Il fut un de ces militants produits par le mouvement révolutionnaire internationaliste et incarne parfaitement le «  tempérament indomptable  » prêté aux Kabyles algériens.

Ce livre regroupe une trentaine de ses textes écrits entre 1924 et 1951. N’y cherchez pas des interrogations sur l’anarchisme, Mohamed Saïl n’était pas un théoricien. Mais sa vie entière fut animée par cet anarchisme anticapitaliste, internationaliste, antimilitariste, anti-étatiste et athée… Un concentré actif et vivant de la pensée libertaire qui impose le respect.

Né en Algérie en 1894, il devint libertaire très tôt. Durant la première guerre mondiale, il déserta et fut jeté en prison. En 1934, face aux menaces des ligues d’extrême droite, il rejoignit les groupes antifascistes. En 1936, il rejoignit le Groupe international de la colonne Durruti. Comme anti-stalinien, il s’en prit ouvertement à ces « radoteurs assermentés » qui veulent enrégimenter la classe ouvrière.

Opposant acharné du colonialisme et de ce Code de l’indigénat qui, du colonisé, fait un esclave… et un immigré en puissance, Mohamed Saïl n’opposa pas Algériens et Français mais appela à l’unité des travailleurs face aux exploiteurs, en bon internationaliste anticapitaliste. Il dénonça le système colonialiste, tant économique, politique que culturel. Il se reconnut dans une culture de l’autonomie, des assemblées et du fédéralisme qui lui firent dénoncer le centralisme étatique.

Mohamed Saïl, militant communiste libertaire, s’est éteint en 1953, peu avant une insurrection qu’il espérait de tout son être.

Kabyles de la Chapelle et des quais de Javel

hommes des pays loin

cobayes des colonies…

Étranges étrangers

Vous êtes de la ville

vous êtes de sa vie

même si mal en vivez

même si vous en mourez.

Jacques Prévert.

Dominique Sureau (UCL Angers)

  • Mohamed Saïl, L’étrange étranger. Écrits d’un anarchiste kabyle, Lux, 2020, 176 pages, 10 euros.



Source: Unioncommunistelibertaire.org