248 visites

Voici une bien étrange biographie tant le sujet s’avère ardu. Comme le souligne Jacques Rougerie, toute la difficulté tient dans le peu de sources directes et la brièveté de la vie politique, de 1865 à 1871 d’Eugène Varlin (1839-1871).

Voici une bien étrange biographie tant le sujet s’avère ardu. Comme le souligne Jacques Rougerie, toute la difficulté tient dans le peu de sources directes et la brièveté de la vie politique, de 1865 à 1871 d’Eugène Varlin (1839-1871).

Issu d’une famille paysanne, il fréquenta l’école jusqu’à ses ­treize ans, puis rejoignit Paris en 1852 et entra dans la Société ­civile des ouvriers relieurs. Il appartient à l’aristocratie des ouvriers d’art parisiens, des ouvriers lettrés. Jacques Rougerie insiste sur le fait qu’on ne peut approcher la vie de Varlin qu’en se référant à la période historique et sociale. Il emprunte donc les chemins qui jalonnent les premiers temps de l’histoire du mouvement ouvrier. En évitant de le mythifier, il en fait un acteur de l’émergence des temps forts des coopératives avec la création de la Ménagère, fin 1865.

Jacques Rougerie situe Eugène Varlin dans une filiation fouriériste et non proudhonienne, en référence à ses positions égalitaristes sur le travail des femmes. Comment ne pas évoquer l’action de Varlin au sein de la Première Internationale, les questions du droit de grève, du droit syndical, la participation aux réunions publiques, son action au sein de la Commune comme membre de la commission des Finances, puis à la commission des Subsistances, enfin à la Commission militaire où il fut nommé directeur général de la Manutention et des Approvisionnements militaires.

A la fin de la Commune, il fit parti des opposants au Comité de salut public. Il finira conspué par la foule puis exécuté à Montmartre.

Un livre à lire et à relire qui fourmille de renseignements sur Eugène Varlin, mais aussi sur ce mouvement ouvrier qu’il servit. Un livre sur celui que Jules Vallès qualifiait ainsi  : « la personnalité la plus remarquable de la Commune. »

Dominique Sureau (UCL Angers)

  • Jacques Rougerie, Eugène Varlin. Aux origines du mouvement ouvrier, éditions du Détour, 2019, 256 pages, 19,90 euros.



Source: Unioncommunistelibertaire.org